ânée

(Mot repris de ânées)

ÂNÉE

(â-née) s. f.
La charge d'un âne.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et cil cui le plastre aura esté livré, rabastra de chacune asnée que il aura eue, autant come.... [, Liv. des mét. 109]
    Sur laquelle terre nous avons 18 livres de sols viennois de servise et 4 asnées de froment [DU CANGE, asinata.]
  • XIVe s.
    Guillaume avoit contraint le dit Renel de composer à lui à XX asnées de vin [ID., ib.]
  • XVe s.
    Lors dira : Bien suy à vilté Tenue comme une servente ; Je n'oseroye mectre en vente Une seule asnie de blé [E. DESCH, Miroir du mariage.]
  • XVIe s.
    On mesure la terre par portions : arpents, asnées, journaux, sesterées, acres, couples-de-bœuf [O. DE SERRES, 10]
    En autres quartiers de ce royaume, l'on parle [pour les mesures de blé] par asnées, bichets, sacs, raz et autrement [ID., 10]

ÉTYMOLOGIE

  • Âne ; bas-lat. asinata.

ânée

ÂNÉE. s. f. La charge d'un âne.