âne

âne

n.m. [ lat. asinus ]
1. Mammifère voisin du cheval, à longues oreilles et au pelage souvent gris : L'âne est domestiqué comme bête de somme ou de trait.
2. Personne ignorante, à l'esprit borné imbécile

ÂNE

(â-n') s. m.
Bête de somme du genre cheval, à longues oreilles.
L'âne est d'un naturel aussi sensible, aussi patient, aussi tranquille que le cheval est fier, ardent, impétueux [BUFF., Âne.]
Plus bête que l'âne de la fable, je m'inquiétais beaucoup pour savoir de quel maître j'aurais l'honneur de porter le bât [J. J. ROUSS., Confess. v.]
En dos d'âne, en forme de dos d'âne, c'est-à-dire ayant deux parties réunies au sommet, et présentant un talus de chaque côté. Têtu comme un âne, très opiniâtre. Sérieux comme un âne qu'on étrille, d'une sévérité affectée. Méchant comme un âne rouge, difficile, méchant, d'un naturel difficile. C'est un âne bâté, c'est un homme fort ignorant. C'est un âne débâté, il est trop adonné aux femmes. Le pont aux ânes, ce que personne ne doit ni ne peut ignorer ; ce qui est si facile que tout le monde doit y réussir. Bonnet d'âne, bonnet en papier et garni de deux cornes qu'on met sur la tête des enfants en guise de punition.
Il n'y a qu'un bonnet d'âne à mettre sur la tête d'un savant qui croit savoir bien ce que c'est que la dureté, la cohérence, etc. [VOLT., Lett. Pruss. 57]
Oreilles d'âne, cornets de papier imitant la forme d'une oreille d'âne, qu'on met à un enfant, pour le punir d'une faute d'ignorance. Contes de Peau d'âne, petits contes inventés pour l'amusement des enfants, ainsi nommés de ce qu'il y en a un qui porte précisément ce titre.
Si Peau d'âne m'était conté, J'y prendrais un plaisir extrême [LA FONT., Fab. VIII, 4]
Peau d'âne, employé absolument, est masculin.
Fig. Homme sans intelligence, esprit fermé.
Un gros âne pourvu de mille écus de rente [RÉGNIER, Sat. IV]
Mais, Rapin, à leur goût, si les vieux sont profanes, Si Virgile, le Tasse et Ronsard sont des ânes [ID., Sat. IX]
Va, tu n'es qu'un gros âne [LA FONT., Cuv.]
Ma foi de tels savants sont des ânes bien faits [MOL., Fâch. III, 2]
Adjectivement.
Je n'y suis pas âne [je m'y connais] [MOL., Fâch. I, 1]
En astronomie, ânes, étoiles de la constellation du Cancer.
Tête d'âne, sorte de poisson, le chabot des rivières.
Pas d'âne, espèce de plante médicinale. Pas d'âne, s'est dit aussi d'une sorte de mors de cheval. Il s'est dit encore d'une sorte de garde d'épée qui couvre toute la main. C'est une garde à pas d'âne.
En technologie, étau et outils divers.

PROVERBES

  • L'âne du commun est toujours le plus mal bâté, c'est-à-dire les affaires d'une communauté sont plus mal faites que celles d'un particulier.
  • À laver la tête d'un âne on perd sa lessive ; c'est peine perdue de vouloir instruire une personne stupide.
  • Il cherche son âne et il est dessus ; il cherche ce qu'il a entre les mains.
  • Pour vous montrer que votre âne n'est qu'une bête ; pour vous faire voir que vous vous trompez.
  • Pour un point, faute d'un point, Martin perdit son âne ; c'est-à-dire peu de chose a manqué pour que l'affaire réussît.
  • Nul ne peut faire un âne boire, si ce n'est quand il a soif ; il faut vouloir les choses en leur temps.
  • Il ressemble à l'âne de Buridan, se dit d'un homme qui ne sait pas se décider. Buridan, dans la scolastique, disait qu'un âne placé à égale distance de deux boisseaux d'avoine, parfaitement égaux entre eux, n'ayant aucune raison de se décider pour l'un plutôt que pour l'autre, mourrait de faim entre les deux.

SYNONYME

  • ÂNE, IGNORANT. On est âne par disposition d'esprit, et ignorant par défaut d'instruction. L'ignorant n'a pas appris ; l'âne ne peut pas apprendre.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Returnum ; par aventure, mis peres ad jà les adnes mis à nonchaleir [, Rois, 29]
    Quant li baron l'entendent, chascuns s'est arrier trais, Tout ainsi com li asnes qui regarde le fais [, Sax. X]
  • XIIIe s.
    Tant con li vilains se demente, Timez, ses asnes espanois, Qui ne crient [craint] gelée ne nois, Oï dementer son seignor [, Ren. 16997]
  • XIVe s.
    Et se touz ceulx qui soustiennent perilz et peines par fureur ou autre passion estoient fors de vraye fortitude, les asnes le seroient [ORESME, Eth. 86]
    Pour che dist uns proverbes que dient li pluisour ; Qui asne et femme mainne, sans paine n'est du jour [, Baud. de Seb. VII, 659]
    Ils ne soient contrains et condamnés à chevaucher un asne [DU CANGE, asinus.]
    Il convenoit que le dit Vincent chevauchast un asne par la vile [ID., ib.]
  • XVe s.
    Querir un asne pour icelui asne chevaucher [DU CANGE, ib.]
    Il convient chevaucher l'asne [ID., ib.]
    Il est de grands clercs en françoys, Qui ne sont que asnes en latin [COQUILL., Droits nouv.]
    Rien n'y font sept pintes, ne huict, Tandis que dorment maistre et dame, Puis après, sans mener, grant bruyt, Je leur ramentoy le jeu d'asne [VILLON, Ball. des femmes de Paris.]
  • XVIe s. Dans RABELAIS : Deferrer l'asne [aller à pied] ; Tirer des pets d'un asne mort [tenter l'impossible] ; Faire de l'asne pour avoir du bren [du son] ; Il y aura de l'asne [quiproquo, malentendu] ; Laver la teste d'un asne [perdre son temps] ; Mener l'asne [tenir la chandelle] ; Chantez à l'asne, il vous fera des peds.
    Il adjouste que nul n'est fait nostre frere, que par l'esprit d'adoption, lequel n'est donné que par l'ouie de la foy : je respon que tousjours il retombe de son asne, appliquant mal et sottement aux petits enfans ce qui n'est dit que des gens aagez [CALV., Inst. 1091]
    On commença divers petits jeux, comme escorcher l'anguille, brider l'asne, prendre la grenouille, et autres [YVER, p. 615]
    Si lors je l'eusse entendu il y eust eu de l'asne [des coups] : je recevois tousjours quelque affront avec ces Nourmans [D'AUB., Faen. II, 13]
    À rude asne rude asnier [H. EST., Précell. p. 179]

ÉTYMOLOGIE

  • Maconnais, ône ; Berry, aine ; wall. âgne ; provenç. asne, aze ; catal. ase ; espagn. asno ; ital. asino ; d'asinus, terme grec ; kymr. asyn ; bas-bret. azen ; goth. asilus ; allem. esel ; angl. ass.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÂNE. Ajoutez :
  • Âne salé, jeu de jardin d'origine anglaise, consistant en un javelot suspendu à une corde qu'on lance, en le faisant osciller, contre un but qui est une figure de vieille femme grimaçante et la bouche ouverte (ce nom est une singulière corruption du nom anglais de ce jeu : aunt Sally, la tante Sarah).

    ÉTYMOLOGIE

    • Ajoutez : On pense (Benfey, Pictet) que l'âne et son nom grec sont de provenance sémitique, hébr. atana, marcher lentement, à petits pas ; Cependant Weber rapproche le grec du latin onus, fardeau, et du sanscr. anas, et asinus du sanscr. asita, gris cendré.

âne

ÂNE. n. m. Bête de somme du genre cheval, à longues oreilles. Un âne qui brait. Âne sauvage. Âne domestique. Le bât d'un âne. Bâter un âne. Aller sur un âne. Monter sur un âne. Transporter à dos d'âne.

En dos d'âne se dit de Ce qui est ou de ce qui semble formé de deux parties réunies ensemble de manière à présenter une pente, un talus de chaque côté. La couverture de cette maison, le dessus de ce coffre va en dos d'âne, est en dos d'âne.

Prov. et fig., L'âne du commun est toujours le plus mal bâté, Les affaires d'une communauté, d'une société sont souvent négligées, aucun membre ne se souciant d'y apporter tous ses soins, comme si elles étaient les siennes propres.

Prov. et fig., À laver la tête d'un âne on perd sa lessive, C'est perdre ses soins et ses peines que de vouloir instruire et corriger une personne stupide et incorrigible.

Prov. et fig., On ne saurait faire boire un âne s'il n'a soif, un âne qui n'a pas soif, On ne saurait obliger une personne entêtée à faire ce qu'elle n'a pas envie de faire.

Prov. et fig., Il cherche son âne et il est dessus, Il cherche ce qu'il a entre les mains.

Prov., Pour un point, ou Faute d'un point, Martin perdit son âne, Il a manqué fort peu de chose à quelqu'un pour gagner une partie de jeu ou pour réussir dans une affaire.

Têtu comme un âne, Qui est entêté, opiniâtre; Méchant comme un âne rouge, Qui est fort malicieux; et, Sérieux comme un âne qu'on étrille, Qui a l'air extrêmement grave.

Prov. et fig., C'est le pont aux ânes, C'est une chose si élémentaire, si commune, que personne ne peut l'ignorer; ou Cela est si facile, que tout le monde peut y réussir.

Prov., Il ressemble à l'âne de Buridan, Il hésite entre deux partis; il ne sait lequel prendre.

Contes de Peau-d'Âne, par allusion à un vieux conte dont l'héroïne s'appelle Peau- d'Âne, se dit de Petits contes inventés pour l'amusement des enfants.

Oreilles d'âne, Bonnet d'âne, Cornets de papier, imitant à peu près la forme d'une oreille d'âne, qu'on attache des deux côtés de la tête d'un enfant pour le punir d'une faute d'ignorance.

ÂNE signifie, figurément et très familièrement, Celui qui est d'un esprit lourd et grossier, d'une grande ignorance. C'est un âne. Il ne sera jamais qu'un âne. Quel âne! On dit dans le même sens C'est un âne bâté.

ane


ANE. Ordinairement cette pénult. est brève. Cabane, organe, etc. Elle est longue dans âne, crâne, les mânes. D'OLIVET.

âne


ÂNE, s. m. [1re lon. 2e e muet. On écrivait autrefois asne.] Bête de somme, qui a de grandes oreilles. Acad. Animal stupide assez connu. Trév. — Au figuré, esprit lourd et grossier, stupide, ignorant.
   ÂNE, ignorant (synon.) On est âne par disposition d'esprit; et ignorant par défaut d'instruction. Le premier ne sait pas, parce qu'il ne peut aprendre; le second, parce qu'il n'a pas apris. Les ânes, pour l'ordinaire, ne conaissent, ni ne sentent pas même le mérite de la science: les ignorans se le figûrent quelquefois tout autre qu'il n'est. GIR. Synon.
   En style proverbial, on apelle contes de peau d'âne, des contes puériles. La Fontaine, après avoir raconté le trait de Démosthène, qui reveilla l'attention des Athéniens distraits, par un conte puérile, finit par cette moralité.
   Nous sommes tous d'Athène en ce point; et moi-même,
   Au moment que je fais cette moralité,
   Si peau d'âne m'étoit conté,
   J'y prendrois un plaisir extrême.
   Le monde est vieux, dit-on: je le crois: cependant
   Il le faut amuser encor comme un enfant.
   On dit aussi proverbialement: méchant comme un âne rouge. — Brider l'âne par la queuë: faire une chôse à rebours: — âne bâté: stupide, ignorant. — Pont aux ânes: chôse commune que persone n'ignôre.

Synonymes et Contraires

âne

nom masculin âne
2.  Mammifère équidé.
baudet, bourricot, bourriquet -familier: bourrique.
Traductions

âne

Esel, Dummkopfdonkey, ass, jackass, burro, fool, jackezelחמור (ז), חָמוׁרdonkie, esel, groutjieмагареaseoselæselγάιδαρος, γάϊδαροςazenoburro, asno, jumento, pollino, borricoaasiszamárasino, ciuco, ciuccioasinuseselosiołburro, jumento, asno, bestaосёл, осел, ишакosolåsnapundaeşekحِمارmagaracロバ당나귀ลาcon lừa毛驴 (an)
nom masculin
animal ressemblant à un petit cheval charger un âne

âne

[ɑn] nm
(= animal) → donkey, ass
(péjoratif) (= imbécile) → dunce, fool