ébauché, ée

ÉBAUCHÉ, ÉE

(é-bô-ché, chée) part. passé.
Qui est en ébauche.
Tirer une Diane ou une Minerve hors d'un bloc de marbre qui n'est point encore ébauché [DESC., Méth. II, 6]
On s'attendait à une bataille ; le terrain s'y prêtait ; des ouvrages étaient ébauchés, mais tout avait été abandonné et l'on n'éprouvait pas la plus légère résistance [SÉGUR, Hist. de Nap. VIII, 4]
Fig.
Les anciens les ont trouvées [les sciences] ébauchées par ceux qui les ont précédés [PASC., Préf. Vide.]
Plus malheureux, je meurs, à ma gloire arraché, Et mon plus digne ouvrage est à peine ébauché [MILLEV., Élég. liv. II, Virgile.]
Du jour où la nature, au néant arrachée, S'échappa de tes mains comme une œuvre ébauchée.... [LAMART., Médit. I, 7]