éborgné, ée

ÉBORGNÉ, ÉE

(é-bor-gné, gnée) part. passé.
Qui a perdu un œil. Un homme éborgné.
Qu'une jambe de bois te siérait assez bien, Et qu'après nos guerres finies Tu viendrais avec grâce encore aux Tuileries, Éborgné, clopinant, nous servir d'entretien [CHAULIEU, au chevalier de Bouillon, 1704]