ébouler

(Mot repris de éboulant)

s'ébouler

v.pr. [ anc. fr. esboeler, éventrer, de bouel, boyau ]
Tomber en s'affaissant : La dune s'est éboulée.

ébouler

(sebule)
verbe pronominal
pierres, terre tomber en morceaux Une partie de la colline s'est éboulée pendant l'orage.

ÉBOULER

(é-bou-lé)
v. a. Renverser en faisant rouler.
Le blaireau se défend en reculant, éboule de la terre, afin d'arrêter ou d'enterrer les chiens [BUFF., Blaireau.]
V. n. Se renverser en roulant. Au moment où nous y mettions le pied, le sable a éboulé. Ce monticule est éboulé depuis hier. On emploie l'auxiliaire avoir pour marquer l'action ; l'auxiliaire être pour marquer l'état.
S'ébouler, v. réfl. Être renversé et rouler.
Le terrain s'était rendu ferme et ne s'éboulait point [VAUGEL., Q. C. liv. IV, ch. 6, dans RICHELET]
Ses oreillers s'éboulèrent [FAGON, Journ. de la santé du roi, 1707, p. 312]
Fig.
Ou la fortune s'éboule, ou elle se refait [RAYN., Hist. phil. IV, 1]

SYNONYME

  • S'ÉBOULER, S'ÉCROULER. Étymologiquement, s'ébouler c'est tomber comme une boule ; s'écrouler c'est être renversé par des ébranlements (voy. CROULER). Dès lors, au propre, ces deux mots seront synonymes quand l'idée de rouler ne fera rien à l'affaire ; mais quand cette idée ne pourra être écartée, s'ébouler sera le mot propre et non s'écrouler : ainsi un tas de sable s'éboule, il ne s'écroule pas. Au figuré, c'est s'écrouler qui s'emploie de préférence : on dit qu'un empire s'écroule et non qu'il s'éboule. On n'approuvera donc pas ces vers :
    Ne vous troublez donc pas d'un mot nouveau qui tonne, D'un empire éboulé, d'un siècle qui s'en va [LAMART., Harm. IV, 13]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Mais les ondes forment s'esboulent, Qui la nef dehurtent et foulent [, Roi Guillaume, p. 130, dans DU CANGE, gloss. fr]
    Toutes amendes qui sont por empiremens de quemins, si comme por esbouler quemins [BEAUMANOIR, XXV, 10]
  • XVIe s.
    Ils arrachoient les paulx [pieux] et esbouloient la levée de la closture du camp pour lui donner entrée [AMYOT, Anton. 22]
    Tout alentour de sa sepulture le rivage s'esboula [ID., ib. 91]

ÉTYMOLOGIE

  • Es- préfixe, et boule : rouler, tomber comme une boule ; bourguig. éboli, v. a. : Ail' éboli muraille et tor, il éboula muraille et tour.

ébouler

ÉBOULER. v. tr. Désagréger et faire tomber en ruines. Les fortes gelées de l'hiver ont éboulé cette muraille.

Il s'emploie aussi comme intransitif ou pronominal pour signifier Se désagréger et tomber en ruines. Le torrent a fait ébouler cette butte. Ces terres, ce tas de sable sont près d'ébouler. La terrasse, la muraille s'est éboulée. Cette pile de bois va s'ébouler.

Synonymes et Contraires

ébouler (s')

verbe pronominal ébouler (s')
Tomber en s'écroulant.
Traductions