ébréché, ée

ÉBRÉCHÉ, ÉE

(é-bré-ché, chée) part. passé.
À quoi on a fait des brèches. Un couteau ébréché.
Dieu vous a remis le glaive de sa puissance et celui de sa justice, prenez garde de les lui rendre ébréchés [CHATEAUB., Natch. II, 212]
Par extension. Un pot ébréché.
Un chaudron ébréché, la bourse d'une montre [RÉGN., Sat. X]
Fig. Entamé, diminué. Une fortune ébréchée par des banqueroutes. Une réputation ébréchée.