échiné

échine

ÉCHINE. n. f. Partie du dos de l'homme ou de certains animaux, en forme d'épine, qui va de la nuque au coccyx. Il a une douleur le long de l'échine. Il s'est rompu l'échine. Il était crotté jusqu'à l'échine.

Fig., Courber, plier l'échine, Se soumettre humblement. Il a l'échine souple, flexible, Il s'abaisse devant ses supérieurs, il est prêt à toutes les complaisances.

Pop., Longue échine, maigre échine, se dit d'une Personne fort maigre.

échine

ÉCHINE. n. f. T. d'Architecture. Moulure convexe, taillée en quart de cercle.

Il se dit encore d'un Ornement sculpté qu'on appelle aussi OVE.

échine


ÉCHINE, s. f. ÉCHINÉE, s. f. ÉCHINER, v. a. [1re é fer., 3e e muet au 1er, é fer. aux aûtres.] Echine, est l'épine du dôs, la partie de l'animal qui prend depuis le cou jusqu'aux fesses. Trév. Depuis le milieu des épaules jusqu'au croupion. Acad. — On le dit toujours au singulier, quand on ne parle que d'une seule persone. * En Provence, plusieurs disent les échines, mais mal. = On ne s'en sert que dans le discours familier: L'Acad. n'en distingue point l'usage. L. T.
   ÉCHINÉE, pièce d'un cochon, qui se coupe sur le dos. Trév. Morceau du dos d'un cochon. Acad.
   ÉCHINER, au propre, rompre l'échine. "On lui a donné un coup qui l'a échiné. "Il s'est échiné en voulant soulever un trop grand poids. = Au figuré, tuer, assomer dans une mélée, dans une déroute. "Allez à la guerre vous faire échiner. — Échiner de coups, batre outrageûsement: c'est du figuré familier. — Trév. met échiner, ou échigner. On n'écrit plus que le premier.