échoir

(Mot repris de échues)
Recherches associées à échues: échus

échoir

v.t. ind. [ lat. excidere, de cadere, tomber ] (à)
Litt. Être dévolu à qqn par le sort, le hasard : Ce rôle m'a échu revenir
v.i.
Arriver à échéance, en parlant d'une dette, d'un engagement, etc. : Tous les délais sont échus.

échoir

(eʃwaʀ)
verbe intransitif
1. arriver à échéance, à terme Notre contrat d'assurance échoit à la fin du mois.
2. qui se produit, qui est attribué à qqn par hasard un héritage qui échoit à qqn

ÉCHOIR

(é-choir) v. n.Il n'a que les temps et personnes qui suivent : il échoit ou il échet, ils échoient, ils échéent ; il échoyait ; il échut, ils échurent ; il écherra ou échoira ; il écherrait ou échoirait ; qu'il échoie, qu'il échût ; échéant ; échu, échue. L'Académie dit que il échoit se prononce comme il échet ; cela ne paraît pas conforme à l'usage ; la prononciation échoit est même plus fréquente que la prononciation échet.
Être dévolu par le sort.
Les immeubles que les époux possèdent au jour de la célébration du mariage ou qui leur échoient pendant son cours, [, Code civil, art. 1404]
La longue [paille] échet sans faute au défendeur [LA FONT., Juge.]
Japhet, connu sous ce nom dans les poëtes, fut aussi adoré sous celui de Neptune, parce que les pays maritimes lui échurent [ROLLIN, Traité des Ét. 4e part. ch. 1]
Andromaque à Pyrrhus est échue en partage [CHATEAUBRUN, Troyennes, I, 6]
Terme de pratique. Si le cas y échoit, y échet, ou, simplement, s'il y échet, c'est-à-dire si l'occasion se présente, s'il y a lieu. Le cas échéant, c'est-à-dire à l'occasion, en telle circonstance. Se faire, avoir lieu, à un certain temps préfixe. Le terme échoit à la Saint-Jean.
La première année de la rente écherra en 1615 [PATRU, Plaidoyer 3, dans RICHELET]
En termes de palais, il s'est dit autrefois des peines imposées aux délits ou crimes. À cela, il y échoit amende.
En parlant des personnes, échoir bien, échoir mal, avoir bonne ou mauvaise chance. Je suis mal échu. Vous ne sauriez que bien échoir.
Pour un enfant qui sort du monastère, C'était échoir en dignes compagnons ! [GRESS., Vert-Vert, III]
Cet emploi d'échoir a vieilli. Échoir se conjugue avec l'auxiliaire être.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cui escheoit l'honor [le fief] et l'heritage [, Ronc. p. 159]
    Mais se pitiez me pooit escheoir [, Couci, XVIII]
  • XIIIe s.
    Se li heritages est esqueüs à plusors persones d'un meisme degré de lignage [BEAUMANOIR, 47]
  • XIVe s.
    Ce est si come il eschiet [ORESME, Eth. 157]
  • XVe s.
    Or escheï que le sire de Faguoelles estoit monté sur un coursier trop melancolieux et mal enfrené [FROISS., I, I, 91]
    Nous ne pouvons emouvoir guerre au roi de France.... sans escheoir en sentence d'excommunication [ID., I, I, 95]
    En ce temps eschurent Pasques si haut, que environ Pasques closes on eut l'entrée du mois de mai [ID., I, I, 194]
  • XVIe s.
    L'eternel est ma portion, mon sort m'est très bien escheu [CALV., Inst. 806]
    La principale partie est escheute aux evesques et aux prestres des villes [ID., ib. 879]
    Il n'escheoit pas de recompense à une vertu qui est passée en coustume [MONT., II, 65]
    Des dieux il ne peult venir aucun mal à l'homme, sinon pour son plus grand bien, quand il y escheoit, et pour un medecinal effet [ID., II, 146]
    Le jour de son retour, par cas d'adventure, escheut au propre jour que.... [AMYOT, Alc. 69]
    Il n'en peult advenir que peu d'avantage, s'il luy succede bien, et au contraire perte universelle du total, s'il luy eschet mal [ID., Pélop. 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, ékerre, échoir, ékeu, échu ; wallon, heûre ; provenç. eschazer ; ital. scadere ; du latin fictif ex-cadere, de ex et cadere (voy. CHOIR).

échoir

ÉCHOIR. (Il n'est plus guère usité qu'à l'infinitif présent, au participe présent Échéant, au participe passé Échu, aux troisièmes personnes du présent et du futur de l'indicatif. Il échoit ou il échet; il écherra.) v. intr. Être dévolu par le sort ou Survenir par cas fortuit. Il espère que le gros lot lui écherra. Cela lui est échu en partage. Il lui est échu une succession du chef de sa femme.

En termes de Procédure, Si le cas y échoit, y échet, le cas échéant, ou simplement S'il y échet, Si l'occasion arrive, si l'occasion s'en présente, s'il y a lieu. Ces locutions ne s'emploient pas dans le langage courant, sauf : le cas échéant.

Il signifie aussi, en parlant de Ce qui est dû, Être payable à une époque fixée d'avance. Le premier terme échoit à la Saint-Jean. Le premier paiement doit échoir le dix du mois prochain. Cette lettre de change est échue. Payer le terme échu.

échoir


ÉCHOIR, v. n. [É-choar.] Au présent de l'indicatif, il n'est en usage qu'à la 3e pers. du sing. il échoit, qu'on prononce quelquefois échet (é-choa, échè). J'échus; j'écherrai, j'écherrais, que j'échusse, échéant. — Il n'a point d'imparfait de l'indicatif, et l'on ne doit pas dire comme Mde. de B... (Hist. d'Angl.) La Loi lui permettoit d'aliéner les terres qui lui écheoient. M. des Essarts dit au futur, il échoira. "Pour jouir par les héritiers de la portion qui leur échoira. Causes Célèbres.
   ÉCHOIR, c'est 1°. Arriver par succession, par donation, par fortune, ou par hazard. Trév. Par sort, ou par cas fortuit. Acad. "Il lui est échu une succession, un lot de mille écus, etc. — On dit (st. famil.), si le câs y échoit, si l'ocasion s'en présente. = 2°. Il se dit du terme, du temps préfix auquel on doit faire certaines chôses. "Le premier terme échoit à la Saint-Martin. "Cette lettre de change est échue, et non pas a échu: Ce verbe prend dans ses temps composés l'auxil. être. = 3°. Il se dit des persones, avec bien ou mal, dans le sens de rencontrer. "Vous ne sauriez que bien échoir, bien rencontrer. "Je suis mal échu, j'ai mal rencontré. — Gresset lui fait régir la prép. en.
   Pour un enfant qui sort du Monastère,
   C'étoit échoir en dignes compagnons.       Ververt.

Synonymes et Contraires

échoir

verbe échoir
Être dévolu à quelqu'un.
Traductions

échoir

vencer

échoir

[eʃwaʀ] vi
[dette] → to fall due; [délais] → to expire
échoir à qn → to fall to sb