éclat

éclat

n.m.
1. Fragment d'un objet brisé : Un éclat de verre brisure, morceau
2. Bruit soudain et violent : Un éclat de rire.
3. Intensité d'une lumière : L'éclat d'une lampe halogène.
4. Reflet brillant ou vivacité d'une couleur ; chatoiement, scintillement : Sa robe en satin brillait de mille éclats. L'éclat d'un rouge à lèvres.
5. Fig. Qualité de ce qui s'impose à l'admiration : L'éclat d'un défilé de mode faste, magnificence somptuosité, splendeur
Action d'éclat,
action remarquable par son audace ; exploit : Son élection dans ce fief de l'opposition est une action d'éclat.
Faire un éclat,
se faire remarquer par une manifestation bruyante, par un scandale : Il fit un éclat en voyant l'addition il fit un esclandre, une scène
Rire aux éclats,
rire très fort.

ÉCLAT

(é-kla ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des é-kla-z inconsidérés ; éclats rime avec appas, mâts) s. m.
Partie détachée d'un corps dur par une force subite, instantanée. Un éclat d'une branche rompue. Il fut blessé d'un éclat de pierre.
[Je vis] en mille éclats d'acier choir et voler vos armes [ROTR., Bélis. V, 5]
L'essieu crie et se rompt, l'intrépide Hippolyte Voit voler en éclats tout son char fracassé [RAC., Phèd. V, 6]
À Luxembourg, blessé d'un éclat de grenade [MASS., Or. fun. Conty.]
Fente, commencement de séparation, de rupture dans une pièce de bois.
Son, bruit soudain et violent. Les éclats du tonnerre.
À tous les éclats de risée il haussait les épaules et regardait le parterre en pitié [MOL., Crit. 6]
Je l'allais aborder, quand d'un son plein d'éclat L'autre m'a fait prendre la fuite [LA FONT., Fabl. VI, 5]
Ces paroles à quoi Gelaste ne s'attendait point, et qui firent faire un petit éclat de risée, l'interdirent un peu [ID., Psyché, I, p. 89]
Elle fit un éclat de rire si naturel que.... [SÉV., 484]
Avocat, De votre ton vous-même adoucissez l'éclat [RAC., Plaid. III, 3]
Que la foudre en éclats ne tombe que sur moi [VOLT., Zaïre, II, 3]
Entends-tu ces clameurs, entends-tu ces éclats ? [ID., Fanat. V, 2]
Qu'est-ce, amis ? nos éclats, nos jeux se ralentissent ? [A. CHÉN., ÉLég. XXII]
Mais quels éclats, amis ? c'est la voix de Julie : Entrons ; Ô quelle nuit ! joie, ivresse, folie [ID., Élég. XXIV]
Eudore prononça ces paroles avec un grand éclat de voix [CHATEAUB., Mart. II, 20]
Fig. Un éclat de tonnerre, c'est-à-dire quelque chose de foudroyant, d'atterrant.
Quel revers imprévu, quel éclat de tonnerre ! [CORN., Perthar. III, 6]
Sur moi seul doit tomber l'éclat de la tempête [ID., Cid, II, 9]
Manifestation remarquable, violente, bruyante.
Ce grand éclat qu'elle laisse faire à son amour [CORN., Ex. du Cid.]
Leur amour importun viendrait avec éclat Par des cris, par des pleurs troubler notre combat [ID., Hor. II, 8]
Mais je ne comprends point toute cette conduite, Ni comme à cet éclat la reine vous contraint [ID., Nicom. III, 4]
Jusqu'au dernier éclat poussez la frénésie [ID., Sert. IV, 2]
C'étaient de vains éclats de générosité Pour rehausser ta gloire avec impunité [ID., Perthar. V, 3]
Et pourtant votre gloire a fait de tels éclats Que les filles de roi ne vous manqueront pas [ID., Suréna, I, 3]
Faites de votre flamme un éclat glorieux [MOL., la Princ. I, 1]
Un parti qui causa quelque émeute civile.... L'obligea d'en sortir une nuit sans éclat [ID., l'Étourdi, IV, 1]
Il craint les éclats qu'elle fera en apprenant cette nouvelle [SÉV., 367]
Dont il était sur le point de faire de l'éclat [LA BRUY., XIV]
... après l'éclat et les pas que j'ai faits [RAC., Bérén. V, 6]
Qu'importe de faire un grand éclat pour sortir des mains d'un homme corrompu ? [FÉN., Tél. XII]
Il crut qu'il pouvait se dispenser à son âge de faire un éclat dans Rome [en se convertissant] [MASS., Car. Resp. hum.]
On se réconcilie pour éviter un certain éclat désagréable [ID., ib. Pard.]
L'outrage et le danger Du malheureux éclat d'un amour passager [VOLT., Zaïre, I, 1]
De son premier courroux vous voyez les éclats [DUCIS, Othello, I, 7]
Ces éclats d'un courroux peut-être légitime [BENJ. CONSTANT, Walstein, III, 3]
Faire éclat, divulguer.
Le secret est à vous, et je serais ingrat Si, sans votre congé, j'osais en faire éclat [CORN., Héracl. II, 2]
Faire éclat, se livrer à quelque manifestation violente.
L'hôte s'étant levé commence à faire éclat [LA FONT., Berc.]
Faire éclat, se dit aussi des choses dont la manifestation est violente. La rupture fit éclat.
À cause du grand éclat que cela ferait [BOSSUET, Lett. quiét. 174]
Cette affaire avait fait un trop grand éclat pour être dissimulée [ID., Var. 1]
Une aventure si publique fit l'éclat qu'on peut imaginer [HAMILT., Gramm. 9]
En venir à un éclat, en venir à une extrémité violente.
Emporté jusqu'à l'éclat, vindicatif jusqu'à la fureur [MASS., Car. Culte.]
Manifestation qui fait scandale.
Mais c'est peu des soupçons ; il en fait des éclats [MOL., D. Garc. IV, 8]
Ce n'est point mon humeur de faire des éclats [ID., Tart. III, 4]
Mais je suis bonne et ne veux point d'éclat [LA FONT., Gag.]
Mais que deviendras-tu, si, folle en son caprice, N'aimant que le scandale et l'éclat dans le vice.... [BOILEAU, Sat. X]
Vous rendez la rupture difficile et l'éclat inévitable [MASS., Car. Pâques.]
Intensité avec laquelle une vive lumière et, par suite, une surface polie, une couleur animée frappent l'œil ; aspect brillant. L'éclat du soleil. L'éclat des fleurs. L'éclat des couleurs.
Le Verbe qu'il engendre éternellement en se contemplant lui-même, qui est l'expression parfaite de la vérité, son image, son fils unique, l'éclat de sa clarté et l'empreinte de sa substance [BOSSUET, Hist. II, 6]
Enfin le jour, un jour sombre parut ; il vint s'ajouter à cette grande horreur [l'incendie de Moscou], la pâlir, lui ôter son éclat [SÉG., Hist. de Nap. VIII, 6]
Il se dit aussi des yeux, du teint. L'éclat du teint.
Je n'aurais adoré que l'éclat de ses yeux [CORN., Polyeucte, IV, 5]
Et quoique d'un autre œil l'éclat victorieux Eût déjà prévenu le pouvoir de vos yeux [RAC., Andr. IV, 5]
Le roi n'avait jamais aimé que des femmes dans tout l'éclat de la première jeunesse [GENLIS, Mme de Mainten. t. I, p. 54, dans POUGENS]
Avoir de l'éclat, se dit d'une femme qui est dans le brillant de la jeunesse et dont la peau a de vives couleurs.
Jeune et belle, elle avait sous ses pleurs de l'éclat [LA FONT., Matr.]
C'était une figure de plus d'éclat qu'elle n'était touchante [HAMILT., Gramm. 6]
Magnificence, splendeur. L'éclat des habits, des toilettes. L'éclat des cérémonies.
Comme Anselme vivait avec assez d'éclat [LA FONT., Petit chien.]
Les rois, non plus que le soleil, n'ont pas reçu en vain l'éclat qui les environne ; il est nécessaire au genre humain, et ils doivent, pour le repos autant que pour la décoration de l'univers, soutenir une majesté qui n'est qu'un rayon de celle de Dieu [BOSSUET, Marie-Thér.]
Il aimait les choses qui ont de l'éclat [FÉN., Tél. XXII]
Irais-je, adulateur sordide, Encenser un sot dans l'éclat, Amuser un Crésus stupide, Et monseigneuriser un fat ? [GRESSET, Chartreuse.]
Aimer l'éclat, aimer les choses fastueuses.
Fig. Ce qui, dans les pensées, dans le style, a comme un éclat de lumière. Cette pensée, ce discours a de l'éclat. La facilité qu'ils ont à parler donne un certain éclat à leurs pensées, quoique fausses, qui les éblouit eux-mêmes, NICOLE, Traité des moyens de conserver la paix avec les hommes.
Nicole dit que l'éloquence et la facilité donnent un certain éclat aux pensées ; cette expression m'a paru belle et nouvelle ; le mot d'éclat est bien placé ; ne le trouvez-vous pas ? [SÉV., 96]
Il se dit aussi, au sens moral, de tout ce qui resplendit comme une lumière, comme des rayons.
La guerre en tel éclat a mis votre valeur [CORN., Hor. II, 1]
De tels remercîments ont pour moi trop d'éclat [ID., ib. IV, 2]
Je l'aime, mais l'éclat d'une si belle flamme, Quelque brillant qu'il soit, n'éblouit pas mon âme [ID., M. de Pompée, II, 1]
Meurs ; mais quitte du moins la vie avec éclat [ID., Cinna, IV, 2]
Remettez en éclat la puissance absolue [ID., Nicom. II, 2]
Tout me paraît facile en l'éclat où je suis [ID., Tois. d'or, V, 3]
Cette pièce eut d'abord grand éclat sur le théâtre [ID., Ex. de D. Sanche.]
Tous les discours sont des sottises Partant d'un homme sans éclat [MOL., Amph. II, 1]
La gloire de Jésus-Christ a eu un si grand éclat que.... [BOSSUET, Hist. II, 12]
....Le cœur les suit, et tous gardent le rang Que leur donne leur charge ou l'éclat de leur sang [PERRAULT, dans RICHELET]
Il doit au sang d'Hector tout l'éclat de ses armes [RAC., Andr. I, 4]
Mais je veux faire au moins la chose avec éclat [ID., Plaid. II, 14]
M. de Turenne vit ajouter un nouvel éclat à sa gloire [HAMILT., Gramm. 5]
Arts trop pernicieux dont l'éclat les captive [VOLT., Tancr. I, 1]
Le nom de Solamir, l'éclat de sa vaillance [ID., ib. IV, 5]
Du faux éclat qui t'environne, Serons-nous toujours éblouis ? [J. B. ROUSS., Ode à la fortune.]
Une action d'éclat, Qui surprit à la fois le peuple et le soldat [SAURIN, Spartacus, II, 1]
En vain pour s'étayer du nom de mes aïeux, Par l'éclat des emplois Charles flattait mes yeux [C. DELAV., Vêp. sicil. I, 1]
Tout cet éclat dont l'Europe est si fière, Tout ce savoir qui ne la défend pas, S'engloutira dans les flots de poussière Qu'autour de moi vont soulever tes pas [BÉRANG., Chant du cosaque.]
Terme de minéralogie. Éclat de Jersey, pierre à aiguiser.
Variété de pomme.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    ....Li chevaus contre l'areste D'un fossé vient de tel esclate Que li ribaus à terre flate [tombe], Si qu'à poi qu'il ne se tua [, Fabliaux mss. n° 7218, f° 236, dans LACURNE]
  • XIVe s.
    De quodam baculo vocato esclate [DU CANGE, sclata.]
    Tels cols [coups] es hiaumes se donnerent, Les lances volent par esclas [J. DE CONDET, p. 32]
  • XVe s.
    Encore ara [il aura] nape trop mal buée, Orde, crasse, noire com cornillat ; Aucune foiz à la table clouée, Sans plus oster, tant qu'il en dure esclat [lambeau] [EUST. DESCH., Poésies mss. dans LACURNE]
    Yssit du ciel plusieurs grans esclas de tonnoire, espartissemens et merveilleuse pluye [, Chron. scandal. de Louis XI, p. 150, dans LACURNE, au mot mars]
    ....lors j'enpongne ung esclat [de bois] ; Dessus le nez lui en fais un escript En ce bourdel où tenons nostre estat [VILLON, Ball.]
  • XVIe s.
    Cet esclat [brillant fait d'armes] porta dans le Bearn leurs nouvelles ensemble et l'estonnement [D'AUB., Hist. I, 294]
    Pluviaud estropié d'un esclat de canon [ID., ib. I, 298]
    ....Pour ouïr dans l'air un bruict de grand esclat [ID., ib. II, 29]
    Ton regard dans le cœur, dans le sang m'est entré Comme un esclat de foudre alors qu'il fend la nue [RONS., 227]
    Mais, à bien parler, [l'honneur] c'est l'es clat d'une belle et vertueuse action.... [CHARRON, Sagesse, I, 62]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. ÉCLATER ; wallon, skla.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ÉCLAT. Ajoutez :
    10° Dans les phares et signaux, un éclat, un jet vif de lumière.
    Quand le feu blanc sera varié par deux éclats rouges suivis d'un éclat vert, la profondeur d'eau sera de 4m, 25 [, Journ. offic. 25 nov. 1876, p. 8650, 2e col.]

éclat

ÉCLAT. n. m. Partie détachée brusquement d'un corps qui éclate. Sous le choc, la vitre vola en éclats. Il a été blessé par un éclat d'obus. Il a recu un éclat de bois à la figure.

Il se dit également d'un Son, d'un bruit plus ou moins violent qui se fait entendre tout à coup. Un éclat de tonnerre. Les éclats de la foudre. Un éclat de voix. Un éclat de rire. Rire aux éclats.

Il signifie aussi figurément Bruit, rumeur, scandale. Cette affaire fait éclat, fait de l'éclat, grand éclat, beaucoup d'éclat. Cet homme est emporté, il est à craindre qu'il ne fasse quelque éclat mal à propos. Il fallait assoupir cette affaire pour prévenir l'éclat, pour empêcher l'éclat.

En venir à un éclat, En venir à une mesure violente, à un parti extrême.

Il se dit en outre d'une Lueur brillante, de l'effet d'une vive lumière, et en général de Ce qui produit sur la vue, par une apparence brillante, un effet analogue à celui de la lumière. On ne saurait soutenir l'éclat du soleil. L'or mat n'a point d'éclat. L'éclat des yeux, du teint, des fleurs. L'éclat de sa beauté. Avoir de l'éclat.

Il s'applique figurément, dans un sens analogue, au Style, aux pensées. Cette pensée a moins de solidité que d'éclat. Le style de cet écrivain a de l'éclat.

Il se dit encore figurément de la Gloire, de l'illustration, de la splendeur, de la magnificence. Ses belles actions répandirent un grand éclat sur sa famille. Action d'éclat. Être ébloui par l'éclat des grandeurs, des richesses.

éclat


ÉCLAT, s. m. [Ekla: 1re é fer.] 1°. Partie d'un morceau de bois, qui est rompu en long. Il fut blessé de l'éclat d'une lance. "Les lances des deux Chevaliers volèrent en éclats. — On le dit aussi des pierres, des bombes, des grenades, etc. = 2°. Lueur brillante. "L'éclat du soleil, des pierreries, des couleurs, des yeux, du teint, etc. = 3°. Figurément, gloire, splendeur, magnificence. "Action d'éclat "Cela a répandu un grand éclat sur sa famille, sur son nom, sur sa répuation. "Il a paru à la Cour avec éclat. "Il n'aime point l'éclat et la pompe: "Ne vous laissez point éblouir par l'éclat des grandeurs et des richesses. = 4°. Bruit: Un éclat de tonnerre. un grand éclat de voix. — Cette action a fait éclat, ou, de l'éclat; a fait peu d' éclat, ou, beaucoup d'éclat, elle a fait beaucoup de bruit. — Eclat de rire, bruit qu'on fait en riant. "Il lui prit un éclat de rire. "Ils firent de grands éclats de rire. = 5°. Rumeur, scandale. Faire un éclat. "Craindre, éviter, prévenir, empêcher l'éclat, ou, un éclat. "Il devoit bien s'épargner cet éclat.
   Rem. 1°. Eclat, brillant, lustre (synon.) Il y a une gradation entre ces trois mots. L'éclat enchérit sur le brillant, et le brillant sur le lustre; de sorte que c'est avec quelque raison qu'on a critiqué l'expression d'un Auteur, qui a défini le je ne sais quoi, le lustre du brillant, et qu'on a remarqué qu'il aurait mieux dit, le brillant du lustre, s'il pouvait y avoir du mieux dans ce qui est absolument mauvais. — Mais ces mots ne sont pas faits pour être sous le régime l'un de l'autre. On ne dit pas l'éclat du brillant, ni le brillant du lustre, encôre moins le lustre du brillant, ou le brillant de l'éclat. Il faut opter pour l'un des trois, suivant le goût ou la force de ce qu' on veut exprimer; ou si l'on veut les apliquer tous trois au même sujet, il faut que ce soit sans régime et par forme de gradation, en disant, par exemple, d'une étofe, qu'elle a du lustre, du brillant, et même de l'éclat. "Les couleurs vives ont plus d'éclat que les couleurs pâles: les couleurs claires ont plus de brillant que les couleurs brunes; les couleurs récentes ont plus de lustre que les couleurs usées. Il semble que l'éclat tiène du feu, que le brillant tiène de la lumière, et que le lustre tiène du poli. = On ne se sert guère du mot de lustre que dans le sens littéral, pour ce qui tombe sous la vue.; mais on emploie quelquefois celui d'éclat, et encôre plus, celui de brillant, dans le sens figuré, pour le discours et les ouvrages d'esprit. Etant considérés dans ce sens, il me paroît, dit l'Abé Girard, que c'est par la vérité, la force et la nouveauté des pensées qu'un discours a de l'éclat; qu'il a du brillant par le tour et la délicatesse de l'expression; et que c'est par le choix des mots, la convenance des termes et l'arrangement de la phrâse, qu'on done du lustre à ce qu'on dit. Gir. Synon.
   2°. Il parait que c'est Mrs. de Port-Royal, qui les premiers ont apliqué le mot d'éclat aux pensées. "Nicole dit que l'éloquence et la facilité de parler donent un certain éclat aux pensées; cette expression m'a paru belle et naturelle: le mot d'éclat est bien placé: ne le trouvez-vous pas? Sév.
   3°. * Mettre en éclat, pour illustrer, est une locution surannée. Corneille s'en est souvent servi.
   Allons mettre en éclat cette belle journée.
      OEdipe.
  Je lui dis qu'en éclat j'avois mis votre vie, etc.
4°.On dit, faire un éclat, témoigner avec éclat son mécontentement. * Du Cerceau, qu'une syllabe de plus embarrassait, a dit, faire éclat.
   Si vous n'y pourvoyez; et ne faites éclat,
   Vos troupes de trois mois ne seront en état.
On ne dit point, faire éclat tout seul. Voyez n°. 5°. p. 17.
   5°. Plusieurs disent rire aux éclats, pour éclater de rire, faire des éclats de rire. "Gens, qui parlent toujours, et ne s'interrompent que pour rire aux éclats de ce qu'ils ont dit et de ce qu'ils vont dire. L' Abé Le Monnier. "Élle rioit aux éclats, en se peignant la contenance étonée et bête qu'auroient les Grands et les Magistrats, etc. Reine Fantasque, Conte atribué à J. J. Rousseau. "Elles me regardoient de la tête aux piés avec une mine... une vilaine mine, je vous assure, et puis elles rioient entre elles, et aux plus grands éclats. Th. d'Éduc.

Synonymes et Contraires

éclat

nom masculin éclat
1.  Fragment d'un objet brisé.
2.  Bruit soudain et violent.
Traductions

éclat

Splittersplinter, brilliance, brightness, sparkle, burst, chip, sliver, shine, glint, glory, flake, fire, flash, glamour, glare, glitter, radiance, shoutsplinter, scherf, glans, hels lawaai, pracht, schandaal, spaan, geschitter, schitteringבהיקות (נ), בוהק (ז), הבזקה (נ), הברק (ז), הזדהרות (נ), הילה (נ), זהירה (נ), זוהר (ז), טרסק (ז), נהרה (נ), ניצוץ (ז), נצנוץ (ז), רשף (ז), שבב (ז), הִלָּה, נְהָרָה, טְרַסְק, הִזְדַּהֲרוּת, זְהִירָה, זֹהַר, נִיצוֹץestellasplitoastilla, rancajofarpa, lascaλάμψη, φωταύγειαfrantume, scaglia, scenata, scheggia, scoppio, scroscio, splendore (ekla)
nom masculin
1. caractère de qqch qui brille l'éclat d'une pierre précieuse
2. morceau de qqch qui se casse des éclats de verre
3. bruit violent des éclats de voix des éclats de rire

éclat

[ekla] nm
[bombe, verre] → fragment
des éclats de verre (à terre)broken glass; (lors d'une explosion)flying glass
voler en éclats → to shatter
La vase a volé en éclats → The vase shattered.
[soleil] → brightness; [couleur] → brightness, vividness
[cérémonie] → splendour (Grande-Bretagne), splendor (USA)
action d'éclat → amazing feat
(= scandale) faire un éclat → to cause a stir
(locution) rire aux éclats → to roar with laughter