écorcherie

(Mot repris de écorcheries)

ÉCORCHERIE

(é-kor-che-rie) s. f.
Voirie où l'on écorche les bêtes.
Fig. Auberge où l'on fait payer plus cher qu'il ne faut. C'est une vraie écorcherie. Demande excessive.
L'indemnité annuelle de cinquante mille francs, demandée par la ferme générale, serait une écorcherie dont il n'y a point d'exemple [VOLT., Lett. Mme de St-Julien, 10 oct. 1775]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Se fusse des hoirs Hue Capel [Capet], Qui fut extraict de boucherie, On ne m'eust parmy ce drapel Faict boyre à celle escorcherie [VILLON, Ball. sur l'appel.]
  • XVIe s.
    Mais Françoys endurcis à la tuerie Les assomoient comme en escorcherie [J. MAROT, V, 133]
    Trois cents [Huguenots] furent liez deux à deux et menez à l'escorcherie [à la mort] [D'AUB., Hist. I, 130]
    ès poissonneries, escorcheries, cemetieres.... [PARÉ, XXIV, 3]

ÉTYMOLOGIE

    ÉCORCHEUR.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉCORCHERIE. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
    Et disoient encore lidit Herbers et Aubers, que cis Jehans tient une maison en l'escorcherie, à roie des escorcheries lesdiz Herbert et Aubert (1302) [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 1re part. p. 23]

écorcherie

ÉCORCHERIE. n. f. Lieu où l'on écorche les bêtes. Envoyer, traîner un cheval, un chien à l'écorcherie.

écorcherie


ÉCORCHERIE, s. f. [1re é ferm. 3e et dern. e muet; 4e. lon.] Au propre, lieu où l'on écorche les bêtes. Au figuré, Hôtellerie où l'on fait payer plus qu'il ne faut. Cette auberge est une écorcherie. St. famil. = M. Desgrouais met écorcherie au nombre des gasconismes. L'Acad. le met sans remarque.