éculer

(Mot repris de éculiez)

ÉCULER

(é-ku-lé) v. a.
Marcher sur le talon de ses chaussures ; le rabattre en marchant.
Former la cire en petits pains.
On refond cette cire pour la troisième et dernière fois : cette opération se nomme éculer ; elle consiste à mouler la cire en petits pains [, Dict. des arts et mét. Amsterd. 1767, cirier]
S'éculer, v. réfl. Se déformer du côté du talon. Des souliers trop courts s'éculent.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Esculer [rompre le cul] [NICOT., ]
    Esculer une aiguille [ID., ]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et cul ; bourguig. écueillai, équelai.

éculer

ÉCULER. v. tr. Déformer une chaussure dans la partie du talon. Éculer des bottes. Cet enfant marche mal, il écule ses souliers. Un soulier trop court s'écule facilement.

éculer


ÉCULER, v. a. [1re et dern. é fer.] On doit dire, éculer des souliers, et non pas Aculer. Ce dern. verbe signifie presser, pousser en un lieu d'où l'on ait de la peine d'échaper. Aculer les énemis. Il ne vaut donc rien avec souliers. — L'Acad. dit, éculer des souliers, des bottes, et ajoute que plusieurs disent aculer, sans les condamner. L. T. Elle ne le dit plus dans les dernières éditions. = Il se dit aussi avec le pron. se "Quand un soulier est trop petit, il s'écule facilement.

Traductions