édenter

(Mot repris de édentasse)

édenter

v.t.
Briser les dents de qqch : Édenter une scie.

ÉDENTER

(é-dan-té) v. a.
Faire perdre les dents. La vieillesse nous édente tour à tour. Arracher les dents, genre de torture.
Par extension, user, rompre les dents d'une scie, d'un peigne, etc.
S'édenter, v. réfl. Perdre les dents. Un peigne qui s'édente.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    ....une espée à un grès [il] l'a toute esdentée [, Fabliaux mss. n° 7996, p. 66, dans LACURNE]
  • XVe s.
    Je suis tout sain, et ay fievre quartaine ; Tout esdenté, mon frein me fault rongier [CH. D'ORL., Bal. 109]
  • XVIe s.
    Pour edenter le souci qui me mord [RONS., 31]
    Ô vieille edentée [DU BELLAY, VII, 52, verso.]
    Si, pour en preoccuper moy mesme l'accusation et la descouverte [de mes défauts], il luy semble [à mon détracteur] que je lui esdente sa morsure.... [MONT., IV, 113]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et dent ; provenç. esdentat, édenté ; ital. sdentato.

édenter

ÉDENTER. v. tr. Dégarnir de dents. Dans cette acception, il s'emploie surtout au participe passé. Une vieille édentée.

Par extension, Édenter une scie, un peigne, En rompre les dents.

edenter

Edenter, Edentare, id est, oster les dents.

Edenté, Edentatus, Edentulus.

édenter


ÉDENTER, v. act. [Édanté; 1re et 3e é fer. 2e lon.] Il ne se dit que des dents d'une scie, d'un peigne, etc. Les user, les rompre. "Vous édenterez votre scie. "Il a édenté son peigne.