égorgé, ée

ÉGORGÉ, ÉE

(é-gor-jé, jée) part. passé.
À qui on a coupé la gorge, qu'on a tué.
Le mari par sa femme en son lit égorgé [CORN., Cinna, I, 3]
De princes égorgés la chambre était remplie ; Un poignard à la main l'implacable Athalie.... [RAC., Athal. I, 2]
Terme de pêche. Harengs égorgés, ceux auxquels on a emporté la tête en les habillant.
Fig.
Là sur l'autel sont égorgés tous les désirs propres, tous les retours intéressés sur nous-mêmes [FÉN., t. XVIII, p. 139]