émousser

(Mot repris de émousserait)

émousser

v.t. [ de 4. mousse ]
1. Rendre moins tranchant, moins pointu : Émousser la lame d'un couteau affûter, aiguiser
2. Fig. Diminuer la force, la vivacité de ; affaiblir : Les années ont émoussé sa douleur atténuer, estomper, modérer ; affermir, attiser, renforcer

s'émousser

v.pr.
1. Devenir moins tranchant, en parlant d'une lame.
2. Perdre de sa vigueur, de son acuité : Sa révolte s'est émoussée s'amenuiser, s'éteindre

ÉMOUSSER1

(é-mou-sé) v. a.
Rendre mousse, moins tranchant, moins aigu. Émousser un rasoir, la pointe d'une épée. Terme de guerre. Émousser les angles d'un bataillon, en retrancher les quatre coins, de sorte que, formant un octogone, il puisse faire face de tous côtés.
Fig. Affaiblir, diminuer. L'habitude émousse le plaisir.
La mort émoussera tous ces piquants propos [TRISTAN, Mariane, III, 2]
Son dessein pouvait être d'amollir peu à peu leurs esprits en désarmant leurs mains, d'émousser cette pointe de courage qui les piquait sans cesse par une noble émulation.... [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. V, p. 514, dans POUGENS]
Dût César me punir d'avoir trop émoussé Le fer sacré des lois entre nos mains laissé [VOLT., Guèbr. I, 4]
Jean Rousseau, banni de Paris, Vit émousser dans ce pays [Bruxelles] Le tranchant aigu de sa pince [ID., Ép. 53]
S'émousser, v. réfl. Devenir moins aigu. L'acier de Damas coupe le fer sans s'émousser.
Le fer.... s'émousse s'il [Dieu] l'ordonne [ROTR., St Genest, IV, 2]
Fig. Le courage s'émousse dans l'oisiveté.
Tous ses sens s'émoussent et perdent leur usage naturel [MASS., Av. Mort du péch.]
Qui peut savoir combien toute douleur s'émousse, Et combien sur la terre un jour d'herbe qui pousse Efface de tombeaux ? [V. HUGO, F. d'automne, 6]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Si que sa vertu [d'une substance] est mussée, Et leans sa pointe esmoussée Faulte de respiration [, Traité d'alch. 206]
  • XVIe s.
    Les aigles et les lions en marchant resserrent leurs ongles au dedans, de peur qu'ilz n'en usent et emoussent les pointes [AMYOT, De la curiosité, 19]
    Quand la science pourroit esmoucer et rabbattre l'aigreur des infortunes [MONT., II, 211]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et mousse, adj.

ÉMOUSSER2

(é-mou-sé) v. a.
Ôter la mousse d'un arbre.
Les arbres sont bien taillés, bien émoussés, les espaliers bien tenus [LAQUINTINYE, Jardins, I, 4]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et mousse. s. f.

émousser

ÉMOUSSER. v. tr. Rendre mousse, moins tranchant, moins aigu. Émousser la pointe d'une épée. Émousser un rasoir. La pointe de ce couteau s'est émoussée. Pointe émoussée. Instrument émoussé. Par extension, Un esprit émoussé. Des sens émoussés.

Il signifie figurément Rendre moins sensible, moins vif. Le spectacle continuel des infirmités humaines émousse la sensibilité. L'habitude émousse le plaisir. Le courage s'émousse dans l'oisiveté.

émousser

ÉMOUSSER. v. tr. T. d'Arboriculture. Débarrasser un arbre de la mousse dont la tige est couverte. On dit aussi par analogie Émousser les tuiles d'un toit. Par extension, Faire émousser un toit.

emousser

Emousser un arbre, luy oster la mousse, Emuscare arborem. Columel.

émousser


ÉMOUSSER, v. act. [É-mou-cé; 1re et dern. é fer.] Rendre moins tranchant, moins perçant. "Émousser un rasoir, la pointe d' une épée. "Les lancettes s'émoussent facilement. Au figuré, afoiblir, amolir. "L'afliction émousse l'esprit. "La débauche émousse les sentimens d'honeur et de probité; le courage, etc.

Synonymes et Contraires

émousser

verbe émousser
2.  Rendre moins tranchant.
Traductions

émousser

blunt, allay, dull, deaden

émousser

הקהה (הפעיל), הִקְהָה

émousser

afstomp

émousser

abstumpfen, dämpfen, mildern, stumpf machen

émousser

malakrigi

émousser

arromar, despuntar

émousser

[emuse] vt → to blunt (fig) → to dull