épeler

(Mot repris de épèleriez)

épeler

[ eple] v.t. [ du frq. ]
Nommer successivement les lettres composant un mot : Mon nom de famille a une orthographe complexe, je vous l'épelle.

ÉPELER

(é-pe-lé. La syllabe pe prend deux ll, quand la syllabe qui suit est muette : j'épelle, j'épellerai ; on trouve aussi l'accent grave ; j'épèle, j'épèlerai) v. a.
Nommer les lettres qui composent un mot et en former des syllabes en les assemblant. Épeler un mot.
En épelant le doux nom de patrie Je tressaillais d'horreur pour l'étranger [BÉRANG., Déesse.]
Absolument. Cet enfant commence à épeler. Il épelle assez bien.
François Xavier, obligé de se servir d'un truchement [au Japon], ne fit pas d'abord de grands progrès : Je n'entends point ce peuple, dit-il dans ses lettres, et il ne m'entend point ; nous épelons comme des enfants [VOLT., Mœurs, 142]
Esprit qui tient le livre où l'innocence épèle [V. HUGO, Feuilles d'aut. 37]
Lire avec difficulté.
Le vieux prêtre se courbe, et, n'y voyant qu'à peine, À ce jour ténébreux épèle un livre obscur [V. HUGO, Crép. prél.]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Bethsames, cest nom espelt [veut dire] cité de soleil [, Rois, p. 22]
  • XIIIe s.
    Mès les entendanz [je] n'en dout mie, Ceus qui savent qu'espiaut [signifie] amie.... [, Lai du conseil]
    Adont s'esveilla Pieres, et Diex s'est esconsés [caché] ; Au patriarche en vint ; quant il fu apensés, Dist li qu'il a songié : sire, or le m'espelés [, Ch. d'Ant. I, 216]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, speli ; provenç. espelar, espelhar, expliquer ; du germanique : goth. spillôn, anc. h.-allem. spellôn, raconter ; angl. to spell. Du sens général d'expliquer, espeler a passé au sens particulier de nommer les lettres ; l'historique montre que le latin appellare n'a rien à faire ici.

épeler

ÉPELER. (J'épelle; nous épelons.) v. tr. Lire les mots lettre par lettre et grouper les lettres par syllabes. Épelez ce mot. Absolument, Il commence à épeler.

Par analogie, il signifie Lire avec peine, lentement.

epeler

Epeler, Cerchez Espeler, ou Eppeler, ou Appeler.

épeler


ÉPELER, v. act. [1re é fer. 2e e muet. — Dans l'ancien Trévoux on écrit épeler; mais le 2d e étant muet, il ne faut mettre qu'une l, pour ne pas induire à prononcer un é fer. L'Acad. le Rich. Port.l'Abr. de Trév. n'en mettent qu'une. — Devant l'e muet on en met deux, et alors le 2d e devient moyen. Il épelle ou épèle; il épellera ou épèlera, etc.] Nommer les lettres de l'alphabet, et en former des syllabes en les assemblant l'une avec l'aûtre. On dit à un enfant: épelez ce mot. — V. n. Il comence à épeler.
   Rem. On doit dire épeler, et non pas apeler les lettres, quoiqu'en dise l'Auteur des Réflexions sur la Langue. L. T.

Traductions

épeler

spellאיית (פיעל), אִיֵּתspellen, leren lezenتهجئ, يَتَهَجَّأُhláskovatbuchstabierenσυλλαβίζωliterumideletrearmuodostaa, kirjoittaabetűzmengejacompitare, sillabare綴る, つづる철자하다przeliterowaćcompor, soletrarпроизносить по буквам, писать или произносить (слово) по буквамčrkovati, 拼写stavesricatistavestavaอ่านสะกดคำtelaffuz etmekđánh vần法術 (epəle)
verbe transitif
dire les lettres d'un mot une àune épeler son nom

épeler

[ep(ə)le] vt → to spell
Est-ce que vous pouvez épeler votre nom s'il vous plaît? → Can you spell your name please?