épargnant, ante

ÉPARGNANT, ANTE

(é-par-gnan, gnan-t') adj.
Qui use d'épargne, qui est très économe. Un homme épargnant.
Crassus : Je ne prétends pas être avare, je crois même en bonne foi que je ne suis pas assez épargnant [FÉN., t. XIX, p. 294]
Il ne put souffrir plus de trois mois les cruels remords de son humeur épargnante, au bout desquels il fit une taxe de deux écus par tête sur chaque académicien, pour le payement d'un repas qui était déjà mis en oubli [FURETIÈRE, Factums, t. I, p. 179]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Ceulx que nous appellons tenans ou espargnans ou avers ou chetifs [ORESME, Eth. 110]
  • XVIe s.
    On dressera cet enfant à estre espargnant et mesnagier de sa suffisance quand il l'aura acquise [MONT., I, 166]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ÉPARGNANT. Ajoutez :
    S. m. Celui qui épargne, fait des économies.
    Il est permis d'espérer que, dans dix ans, plus d'un million de livrets [de caisse d'épargne scolaire] ainsi distribués auront pu recruter à l'armée des épargnants un million d'ouvriers adultes [, Journ. des Débats, 14 nov. 1876, 2e page, 1re col.]