éphore


Recherches associées à éphore: gérontes

ÉPHORE

(é-fo-r') s. m.
Terme d'antiquité grecque. Magistrats lacédémoniens au nombre de cinq établis pour contre-balancer l'autorité des rois et du sénat et qu'on renouvelait tous les ans. Ils étaient élus par le peuple ; le premier d'entre eux donnait son nom à l'année.
Contraindre la plupart des magistrats à rendre compte de leur administration, suspendre de leurs fonctions ceux d'entre eux qui violent les lois, les traîner en prison, les déférer au tribunal supérieur, et les exposer, par des poursuites vives, à perdre la vie ; tous ces droits sont réservés aux éphores [BARTHÉL., Anach. chap. 45]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Ces princes effores ont la maistrise et la puissance des grans jugemens [ORESME, Thèse de MEUNIER.]

ÉTYMOLOGIE

  • Terme grec signifiant inspecteur et provenant de deux mots se traduisant par : sur et voir.
Traductions

éphore

éphore

éphore

ephorus

éphore

efor