épinglé


Recherches associées à épinglé: translate

épinglé, e

adj. et n.m.
Se dit d'un tissu légèrement côtelé : Velours épinglé.

ÉPINGLÉ

(é-pin-glé) adj.
Velours épinglé, tissu à petites côtes légères en travers de l'étoffe ; ces petites côtes sont faites avec des fils de soie comme s'ils avaient été enroulés sur des épingles fines qu'on aurait retirées après le tissage fini, ce qui fait une étoffe qui se froisse facilement comme le velours.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ÉPINGLÉ, ÉE. Ajoutez :
    Fig. Terme d'atelier. Tiré à l'épingle.
    Son pinceau [de Willems] est plus mince que celui de M. Alfred Stevens, et même un peu épinglé [BÜRGER, Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 381]

épingle

ÉPINGLE. n. f. Petite tige de métal (laiton, cuivre, fer, acier, etc.) pointue par un bout, ayant une tête à l'autre. Épingle blanche. Tête d'épingle. Pointe d'épingle. Piqûre d'épingle. Attacher avec une épingle. Il s'est enfoncé une épingle dans le doigt.

Épingle à cheveux, Fil d'acier, replié par le milieu de manière à former deux branches et qui sert aux femmes à fixer leurs cheveux. Épingle d'écaille, Petite fourche en écaille qui sert au même usage.

Épingles anglaises ou de nourrice, Épingles de sûreté, formées de deux branches dont l'une est terminée par un protège-pointe.

Fig. et fam., Tirer son épingle du jeu, Se dégager adroitement d'une affaire. Il s'était mis dans ce parti, mêlé à une fâcheuse intrigue, mais il a tiré son épingle du jeu.

Fam. et par exagération, Cela ne vaut pas une épingle, je n'en donnerais pas une épingle, se dit d'une Chose de très petite valeur. On dit de même, par indifférence ou par mépris, Je m'en soucie comme d'une épingle. On dit aussi. Ces deux choses se ressemblent tellement que j'en donnerais le choix pour une épingle.

Fam. et par exagération, Une épingle ne tomberait pas par terre, se dit d'un Endroit où la foule est très compacte.

Fam., Être tiré à quatre épingles, Être ajusté avec un soin extrême, et de manière à paraître craindre de déranger sa toilette.

Fig. et fam., Coups d'épingle, Piqûres d'épingle, Offenses légères, mais souvent répétées, faites à une personne.

Il se dit également d'une Espèce de bijou en forme d'épingle, qui porte souvent, au lieu de tête, quelque petite pierrerie ou quelque autre ornement, et qui sert principalement aux hommes pour fixer leur cravate ou aux femmes pour faire tenir leur chapeau. Épingle de diamant. Épingle d'or. Faire monter un camée, une médaille en épingle.

Il se disait au pluriel de Dons et gratifications que l'on ajoutait au prix d'un marché, d'un service rendu. Il a fallu payer telle somme et tant pour les épingles.

épinglé

ÉPINGLÉ. adj. m. Il se dit de Certaines étoffes à cannelures. Velours épinglé.

Il se dit encore, comme nom masculin, d'une Étoffe de laine servant surtout à faire des vêtements d'homme.

épingle


ÉPINGLE, s. f. [É-pein-gle: 1re é fer. 2e lon. 3e e muet. — Dans certaines Provinces on prononce éplingue, mais mal.] Petit brin de fer ou de léton qui sert à atacher, à coifer, et à d'aûtres usages. = On dit, figurément, (stile familier) tirer son épingle du jeu, se retirer d' une afaire. — Être tiré à quatre épingles; être fort leste et fort ajusté. — Tuer à coup d' épingles; faire soufrir par des douleurs ou par des mortifications réitérées. — Epingles se dit de ce qu'on done à une servante pour le service qu'elle a rendu, et de ce qu'on stipule avec un mari en faveur de la femme. "On lui a tant promis; elle aura tant pour ses épingles.