épouffer

(Mot repris de épouffe)

ÉPOUFFER (S')1

(é-pou-fé) v. réfl.
Terme populaire. Se dérober, disparaître, s'enfuir. Comme on le poursuivait, il s'est épouffé dans la foule.

ÉTYMOLOGIE

  • Pouffer, avec le préfixe es-, indiquant extraction : cesser d'être pouffant ou bouffant, disparaître.

ÉPOUFFER (S')2

(é-pou-fé) v. réfl.
Terme familier. S'essouffler, ne se dit guère en ce sens que dans la locution suivante : s'épouffer de rire, rire avec excès.
Ce que la jeune mariée trouva si plaisant, que, s'épouffant de rire en commençant de boire, elle couvrit le visage de sa belle-mère [SCARRON, Rom. com. II, 8]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ot le la dame [la dame l'entend], de rire s'esbofi [, la Mort de Garin, v. 1476]
  • XVIe s.
    Commencerent à s'esbouffer de rire [CHOLIÈRES, Contes, t. I, matinée 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Pouffer ou bouffer, avec le préfixe es- indiquant augmentation, dilatation.

épouffer

ÉPOUFFER (S'). v. pron. S'essouffler. Il est surtout usité dans cette locution : S'épouffer de rire. Il est familier.

épouffer


ÉPOUFFER, (s') v. réc. [é-pou-fé: 1re et dern. é fer.] S'enfuir secrètement, disparaitre. "Il s'est époufé. — Ce mot est bâs et populaire.