épouvantail

(Mot repris de épouvantails)

épouvantail

n.m.
1. Mannequin grossier recouvert de haillons flottants servant à effrayer les oiseaux.
2. Ce qui effraie sans raison ou à l'excès : Agiter l'épouvantail des O.G.M. spectre

ÉPOUVANTAIL

(é-pou-van-tall, ll mouillées) s. m.
Objet quelconque propre à effrayer les oiseaux et placé dans un champ, un jardin, pour les empêcher de venir manger les semences déposées dans la terre, les fruits, etc. Mettre des épouvantails sur les cerisiers.
Comme on met auprès des concombres un épouvantail qui ne peut les garder, ainsi sont leurs dieux de bois, d'argent et d'or [SACI, Bible, Baruch, VI, 69]
Fig. C'est un épouvantail de chènevière, à chènevière, ou, simplement, c'est un épouvantail, se dit d'une personne ou d'une chose beaucoup moins redoutable qu'elle ne le paraît. Personne très laide.
Un vrai monstre amphibie, un triste épouvantail [FAVART, Soliman II, I, 10]
Par plaisanterie, dans le style de la galanterie, adorateur vieux et laid qu'on met en avant pour effrayer les autres ou dérouter les soupçons.
Au milieu de cette foule d'adorateurs, on en choisit un, le plus insignifiant, mais d'une patience à toute épreuve, qui est toujours là, prêt à profiter en apparence du plus léger refroidissement de ses rivaux ; sa vue seule entretient les craintes, irrite les amours-propres, empêche les défections ; c'est ce que j'appelle l'épouvantail [MÉLESVILLE et DUVEYRIER, la Marquise de Senneterre, I, 7]
Fig. Ce qui cause l'épouvante.
Ce grand mot dont il fait un épouvantail à son parti [BOSSUET, Var. 15]
Que tout ce qu'on leur prêche d'un avenir n'est qu'un épouvantail pour alarmer les enfants [MASS., Carême, Doutes]
Un des noms vulgaires de la sterne noire. sorte d'hirondelle de mer, appelée aussi goëlette et Pierre Garin. Au pl. Des épouvantails.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Li vilains a la face bise, Qui ressembloit espoentail [, Fabl. mss. de St-Germain, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Ils devoient avoir pour tiltre espouvantaux des hostes et jouets de nos ennemis [D'AUB., Hist. II, 486]

ÉTYMOLOGIE

  • Épouvanter ; provenç. espaventalh ; catal. espantall ; espagn. espantajo ; portug. espantalho.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉPOUVANTAIL. Ajoutez : - REM. Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne, a dit épouvantaux au pluriel, comme travaux de travail.

HISTORIQUE

  • Ajoutez : XIIe s.
    Quant li espoenteus doit oisiaus esmaier [, li Romans d'Alixandre, p. 265]

épouvantail

ÉPOUVANTAIL. n. m. Haillon que l'on met au bout d'une perche, d'un bâton dans les chènevières, dans les champs, dans les jardins, pour épouvanter les oiseaux. Il faut mettre là un épouvantail.

Fig. et fam., C'est un épouvantail à moineaux, ou simplement C'est un épouvantail, se dit d'une Personne habillée ridiculement.

Fig., Ce n'est qu'un épouvantail se dit pour donner à entendre qu'une personne ou qu'une chose, dont on veut nous faire peur, n'est propre qu'à épouvanter des personnes timides.

épouvantail


ÉPOUVANTAIL, s. m. [1re é fer. 3e lon. mouillez l'l finale: ai n'y a pas le son de l'e, tail, et non pas tel. — Il a au plur. épouvantails et non pas épouvantaux.] Hâillon que l'on met au bout d'un bâton dans les chenevières, les champs, les jardins, pour épouvanter et écarter les oiseaux. — On dit, proverb. d'une persone laide à faire peur, ou d'une chose qui fait peur sans pouvoir faire de mal, que c'est un épouvantail de chenevière.

Traductions

épouvantail

scarecrow, fright, bugbearדחליל (ז), מפלצת (נ), דַּחְלִילvogelverschrikker, schrikbeeld, vogelschrikstrašák, strašák do zelíVogelscheucheσκιάχτροbirdotimigilo, ĉifonofiguroespantapájaros, espantajolinnunpelätin, variksenpelätin, variksenpelättiorang-orangan, penakut burungfuglahræðaspaventapasseri, spauracchio案山子, かかし허수아비fugleskremselespantalhoпугало, чучелоplašilo, strašilofågelskrämma稻草人, 草人فَزَّاعَةfugleskræmselstrašilostrach na wróbleหุ่นไล่กาkorkulukbù nhìnПлашило (epuvɑ̃taj)
nom masculin
objet placé dans un champ pour faire peur aux oiseaux

épouvantail

[epuvɑ̃taj] nm (à moineaux)scarecrow (fig)spectre (Grande-Bretagne), specter (USA)
agiter l'épouvantail de qch → to raise the spectre of sth