épouvanter

(Mot repris de épouvantas)

épouvanter

v.t. [ lat. expaventare, de pavere, être troublé ]
1. Remplir d'épouvante : Ces agressions l'épouvantent effrayer, terroriser
2. Causer une vive appréhension ; inquiéter : Commencer dans cette nouvelle entreprise l'épouvante affoler, angoisser ; rasséréner

ÉPOUVANTER

(é-pou-van-té) v. a.
Causer de l'épouvante.
Et comme ils font du vrai, du faux ils m'épouvantent [RÉGNIER, Élég. I]
La rigueur de ses lois m'épouvante pour vous [RAC., Bérén. I, 5]
De noirs pressentiments viennent m'épouvanter [ID., Phèdre, III, 6]
C'est par vos faibles mains Qu'il [Dieu] veut épouvanter les profanes humains [VOLT., Fanat. III, 6]
Je cherchai la gloire dans les combats, je plongeai ma main dans le sang des malheureux ; et mes fureurs m'épouvantèrent [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 78]
Inspirer de l'horreur.
Le nom seul d'assassin l'épouvante et l'arrête [RAC., Andr. v, 2]
Je vais t'épouvanter par ce secret affreux [VOLT., M. de César, III, 2]
Je vous dis que vous m'épouvantez [DELAVIGNE, Éc. des Vieillards, IV, 3]
S'épouvanter, v. réfl. Être frappé d'épouvante.
Théodore, parlez sans vous épouvanter [CORN., Théod. II, 5]
Le peuple s'épouvante et fuit de toutes parts [RAC., Athal. II, 2]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Home nel veit qui mult ne s'espaent [, Ch. de Rol. CIX]
  • XIIe s.
    Paien fremissent, l'ost est espoantée [, Ronc. p. 66]
    Ne puet muer [ne peut s'empêcher] qu'il ne s'en espaant [, ib. p. 77]
    Que li plus fier en sont espoenti [, ib. p. 141]
    .... de voz manaces ne sui espoenté ; Del martire suffrir sui del tut aprestez [, Th. le mart. 148]
    Les ovres Belial me unt espovented [, Rois, p. 205]
  • XIIIe s.
    Quant sa fille le voit, forment s'en espouvente [, Berte, XCVI]
    Et bien appartient à office de bailli qu'il espoente et contraigne les mellix [querelleurs], si que les paisibles vivent en paix [BEAUMANOIR, 24]
    Et se li peres se plaint de son fils, il puet le fiz menacier et espoenter, s'il ne se contient en bone maniere [, Liv. de just. 72]
  • XVIe s.
    .... Dont les ennemis s'espouvanterent si fort qu'ilz reculerent arriere [AMYOT, Cor. 10]
    Il n'y avoit que ce populace de Paris qui s'espavante incontinent [CARLOIX, VIII, 35]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. eponter ; picard, epauter, epavander, eparvander, epeuter ; wallon, spawté ; norm. épeuter ; provenç. espaventar, espavantar ; espagn. et portug. espanter ; ital. spaventare ; du latin expaventem, avec la finale er, faire trembler, de ex, et pavere, avoir crainte, pavor, peur (voy. PEUR). La forme par a se trouve dans les plus anciens textes (voy. l'historique) : espaenter, d'où espoenter ; et puis, par l'intercalation d'un v, espoventer (comme l'ancien pooir devenu povoir).

épouvanter

ÉPOUVANTER. v. tr. Terrifier d'épouvante. Il l'épouvantait par ses menaces. Il les épouvantait de ses triomphes rapides. Il pensait m'épouvanter, mais je ne m'étonne pas pour le bruit. La moindre chose, un rien, tout l'épouvante.

S'ÉPOUVANTER signifie Être pris d'épouvante. Cet homme ne s'épouvante pas aisément. Il s'épouvante pour peu de chose, de peu de chose.

Synonymes et Contraires

épouvanter

Traductions

épouvanter

appal, terrifyהבעית (הפעיל), הִבְעִיתangst aanjagen, verbijsteren, ontzettenspaurire, terrorizzareيُخْيِفُděsitskræmme fra vid og sansAngst einjagenτρομάζωaterrarpelottaaprestraviti怖がらせる겁나게 하다skremmeprzerazićaterrorizarужасатьskrämma livet urทำให้หวาดกลัวdehşete düşürmeklàm cho khiếp sợ恐吓 (epuvɑ̃te)
verbe transitif
faire très peur

épouvanter

[epuvɑ̃te] vt → to terrify