équarrir

(Mot repris de équarris)

équarrir

[ ekarir] v.t. [ du lat. pop. exquadrare, rendre carré, de quadrus, carré ]
1. Tailler une pierre, une pièce de bois à angle droit, en les rendant carrées.
2. Dépecer un animal de boucherie pour en tirer la peau, les os, les graisses, etc.

équarrir

(ekaʀiʀ)
verbe transitif
1. technique tailler en rendant carré équarrir une pièce de bois
2. animal mort couper en morceaux équarrir un mouton

ÉQUARRIR

(é-ka-rir) v. a.
Tailler à angle droit. Équarrir une pierre.
Apprends à manier d'un bras vigoureux la hache et la scie, à équarrir une poutre [J. J. ROUSS., Ém. III]
C'est l'instrument [la mâchoire] avec lequel le castor coupe les arbres, équarrit leurs troncs [CHATEAUB., Amér. 9]
Rendre carré.
L'habitude où nous sommes d'équarrir nos parterres et même nos arbres [BERN. DE ST-P., Étude 5]
Terme de menuiserie. Rafraîchir les rives, redresser l'épaisseur des battants, refaire les rainures, etc.
Équarrir une glace, la rendre carrée en se servant du diamant et des pinces.
Agrandir un trou avec l'équarrissoir.
Dépecer un animal mort ou qu'on abat. Équarrir un cheval, un mouton. Locution tirée de ce qu'on le coupe par quartiers.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ly carette de tous bois esquariz doit un denier [TAILLIAR, Recueil, p. 471]
  • XIVe s.
    Despense pour abatre et esquarrer le dit boys [, Bibl. des Chartes, 5e série, t. III, p. 240]
  • XVIe s.
    Le juschoir sera composé de perches de bois esquarries, pour mieux la poulaille s'y affermir, qu'estans rondes [O. DE SERRES, 348]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et carré ; Berry, équarrier ; provenç. esquayrar, escairar, scayrar ; espagn. escuadrar ; portug. esquadriar ; ital. squadrare.

équarrir

ÉQUARRIR. v. tr. Tailler à angles droits. Équarrir une poutre, une pierre, un bloc de marbre. Une pièce de bois équarrie.

Équarrir une glace, La rendre carrée en se servant du diamant et des pinces.

Il se dit aussi de l'Action de dépecer les bêtes mortes ou que l'on abat. Équarrir un cheval.

èquârrir


ÈQUâRRIR, v. act. ÉQUâRISSAGE, s. m. ÉQUâRISSEMENT, s. m. [Ékâri, ri-sage, riceman; 1re é fer. 2e lon. 4e e muet au 3e.] Equârrir, c'est tâiller à angles droits. Equârrissage est l'état de ce qui est équârri; équârrissement, l'action d'équârrir. Ainsi, des deux substantifs, le premier a le sens passif, le second le sens actif; et c'est ce qui les distingue, et doit empêcher de les confondre, et d'employer l'un pour l'aûtre. "Equârrir une poûtre, une pierre. "Cette poûtre a quinze pouces d'équârrissage. "L'équârrissement de ce bloc de marbre a doné beaucoup de peine.
   Rem. Quoiqu'on dise une équerre, et non pas une équarre, on dit équârrir, équârrissement, etc. et non pas équérir, etc.

Traductions

équarrir

squadrare

équarrir

[ekaʀiʀ] vt [+ pierre, tronc] → to square off; [+ animal] → to quarter