équipollent, ente

ÉQUIPOLLENT, ENTE

(é-ki-po-lan, lan-t') adj.
Équivalent. L'un est équipollent à l'autre. Vieilli.
Terme de minéralogie. Se dit d'une variété produite par des décroissements en nombre égal sur deux angles ou sur deux bords.
S. m. L'équivalent. Je lui en ai rendu l'équipollent. Vieilli.
Loc. adv. À l'équipollent, à proportion. Chacun dans cette affaire perd à l'équipollent de ce qu'il y avait mis.
De grasses brebis non galeuses Il avait des troupes nombreuses, Des taureaux à l'équipollent [SCARRON, Virg. VII]
Vieilli.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Por ce qu'il sunt en loi clamé [appelés] Equipolens as diffamé [, la Rose, 8228]
  • XIVe s.
    La moitié du zodiaque, ce sont six signes ou l'equipolent [l'équivalent] ne plus ne moins [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVIe s.
    Si je n'ai point le cœur assez gros, je l'ay, à l'equipollent, ouvert, et qui m'ordonne de publier sa foiblesse [MONT., IV, 28]
    Commutation equipollente à ce qui avoit esté ordonné par le testament [P. PITHOU, 25]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. aequipollens, de aequus, égal, et pollere, être fort ; provenç. equipollen ; espagn. equipolente ; ital. equipollente.