équivalent, ente


Recherches associées à équivalent, ente: équivaloir

ÉQUIVALENT, ENTE

(é-ki-va-lan, lan-t') adj.
Qui équivaut, qui est de même valeur. Rendre un service équivalent à celui que l'on a reçu.
Terme de géométrie. Il se dit des surfaces ou des volumes qui ont les mêmes contenances sans avoir les mêmes formes. Triangle équivalent à un quadrilatère. Le problème de la quadrature du cercle consiste à trouver un carré équivalent à un cercle.
S. m. Ce qui équivaut. On lui offrit l'équivalent. Cette proposition est l'équivalent de cette autre. Ce mot latin n'a pas d'équivalent en français.
Elle lui confia son goût pour le jeune mage, et l'assura que dans toutes les maisons de Persépolis il trouverait l'équivalent de ce qu'il avait vu dans la sienne [VOLT., Babouc.]
Quel peut être l'équivalent de la perte du nom de juste ? [RAYNAL, Hist. phil. IV, 33]
Terme de chimie. Nom donné à des quantités matérielles qui peuvent, dans les combinaisons, se remplacer de manière que l'une d'elles représente telle ou telle autre, et conduise à en apprécier le poids. On rapporte les équivalents à une unité de convention, qui est de 100 d'oxygène pour les chimistes français, et 1 d'hydrogène pour les chimistes anglais. Équivalent d'un engrais, la quantité de cet engrais qui, pour une égale superficie de terrain, un hectare par exemple, équivaudrait, quant aux proportions de l'azote et des phosphates, à la quantité moyenne du fumier de ferme employé annuellement.

ÉTYMOLOGIE

  • Équivaloir ; provenç. equivalent ; espagn. et ital. equivalente.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ÉQUIVALENT. Ajoutez :
    à l'équivalent, d'une manière équivalente.
    La masse des profits et des salaires de nos usines, que les admissions libres [d'objets importés] alimentent, est de beaucoup supérieure aux pertes qu'elles peuvent faire subir à quelques producteurs que la force des choses combat bien plus dangereusement encore que la liberté de l'admission à l'équivalent [P. BOITEAU, Journ. des Débats, 2 mai 1876, 3e page, 5e col.]