érudit, ite


Recherches associées à érudit, ite: altruistes, audacieux, fraternel

ÉRUDIT, ITE

(é-ru-di, di-t') adj.
Qui a beaucoup d'érudition. Il est érudit et se connaît en inscriptions.
Avant de se rendre érudit, Se mettre au fait de la patrie, Savoir Paris avant Madrid, Savoir l'Europe avant l'Asie, Voilà le bon esprit [PANNARD, Mercure de janvier 1749, dans RICHELET]
Le peuple érudit, les savants qui cultivent l'érudition.
Le peuple érudit vante fort le bon Homère [, Dissert. sur le poëme épique, dans DESFONTAINES]
Qui a le caractère, les qualités de l'érudition. Ouvrage érudit.
La profusion érudite d'Origène [L'ABBÉ HOUTEVILLE, dans DESFONTAINES]
L'abbé Alary, quoique formé par ce savant, digne du seizième siècle, n'eut garde de l'imiter, ni dans sa critique un peu brutale, ni dans ses préventions érudites, ni dans ses opinions hasardées ou dangereuses [D'ALEMB., Éloges, Alary.]
S. m. Un érudit. Les illustres érudits qui ont déchiffré les hiéroglyphes et l'écriture cunéiforme.
De là cette foule d'érudits profonds dans les langues savantes jusqu'à dédaigner la leur, qui, comme l'a dit un auteur célèbre, connaissaient tout dans les anciens hors la grâce et la finesse [D'ALEMB., Encyclop. disc. prélim.]
Pour l'érudit, il méprisait Qui ? tout le monde et ses voisins sans doute [LAMOTTE, dans DESFONTAINES]
-REM. L'abbé Massieu (Préface aux œuvres de Toureil) accusait de néologisme, en 1721, le mot d'érudit.

SYNONYME

  • ÉRUDIT, SAVANT, DOCTE. Savant est le terme le plus général, désignant celui qui sait. Ainsi l'Académie des sciences est composée de savants ainsi que l'Académie des inscriptions et belles-lettres, mais ces deux ordres de savants sont bien différents : les premiers s'occupent de mathématiques, d'astronomie, de physique, de chimie, de biologie ; les autres s'occupent des langues des peuples anciens, de leurs ouvrages écrits, de leurs usages, de leurs monuments, etc. ; et on les nomme des érudits. Docte, étymologiquement celui qui a reçu de l'instruction, exprime une autre nuance ; il s'applique non pas à ceux qui sont versés dans les sciences mathématiques, ou physiques, ou organiques, mais à ceux qui sont versés soit dans l'érudition, soit dans les lettres.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. eruditus, part. passif du verbe erudire, instruire, de e, et rudis, ignorant, grossier, proprement, dégrossir.