étagé

étage

ÉTAGE. n. m. Espace entre deux planchers dans un bâtiment. Premier, second, troisième, quatrième étage, ou elliptiquement Le premier, le second, le troisième, etc. Ordinairement, quand on parle des étages séparément, on appelle Premier étage Celui qui est au-dessus du rez-de-chaussée et de l'entresol. Les étages supérieurs, inférieurs. Il a loué le premier étage. Il occupe le second étage. Loger au quatrième étage. Étage en mansarde. Étage bas, Étage peu exhaussé.

Il se dit quelquefois en parlant des Maisons où il n'y a que le rez-de-chaussée. Dans ce pays-là, les bâtiments ne sont qu'à un étage, que d'un étage, n'ont qu'un étage.

Il se dit, par analogie, en parlant de Choses disposées par rangs les unes au-dessus des autres. Une coiffure à double, à triple étage. Disposer par étage. Les étages d'une chaîne de collines. Des coteaux en étages.

Fig. et fam., Avoir un menton à double étage, à triple étage, se dit d'une Personne qui a le dessous du menton fort gras.

Fig., Des gens de bas étage, Des gens d'une condition inférieure.

étage


ÉTAGE, s. m. [1re é fer. dern. e muet.] Au propre, intervalle d'un bâtiment, compris entre deux planchers. "Premier, second étage, etc. — En style proverbial, on dit, c'est un sot à triple étage. = Au figuré, degré d'élévation. "Il y a bien des étages de grandeur, de fortune "Il y a des esprits, des gens de tout étage, de divers étages, etc. — Dans ce sens, ce mot ne pâsse pas le style médiocre.
   Tout homme ment, dit le Sage,
   S'il n'y mettoit seulement
   Que les gens de bâs étage,
   On pourroit aucunement
   Soufrir ce défaut aux hommes.
       La Font.
  Mais cet esprit, lui-même en tant d'étages
  Se subdivise à l'égard des ouvrages,
  Que du Public tel charme la moitié
  Qui très-souvent à l'aûtre fait pitié.
      Rouss.
Cela est bon dans une Fable et dans une Épitre critique: mais je n'aime point à lire dans l'Ab. Du Bos, que: "l' imagination des Spectateurs n'est pas du même étage que celle des Peintres; ni dans les Bagatelles morales de l'Ab. Coyer: "Les Arts d'agrément, la Danse, la Musique, la parûre, sont descendus à tous les étages; ni dans des Auteurs plus anciens et montés sur le haut ton, entendre parler d'esprits de haut et de bas étage. Encôre moins peut-on soufrir cette expression figurée dans une Tragédie. Corneille, parlant des Dieux, dit:
   Ils descendent~ bien moins en de si bâs étages.
       Horace.
Mme. de Sévigné l'emploie plus heureûsement en parlant des degrés de parenté. "Je suis loin de la radoterie, qui fait passer l'amour paternel aux petits enfans. Le mien est demeuré tout court au premier étage et je n'aime ce petit peuple que pour l'amour de vous. — L'Acad. admet étage au figuré, sans dire à quel style il apartient.
   On dit, en style proverbial, menton à triple étage, qui descend fort bâs et fait plusieurs plis. — Fripon, menteur, fanfaron à triple étage, à l'excès.

Traductions

étagé

דרוג (ת), מפלסי (ת), דָּרוּג, מִפְלָסִי