étoile


Recherches associées à étoile: étoile de David, lune

étoile

n.f. [ lat. stella ]
1. Tout astre qui brille dans le ciel nocturne sous l'aspect d'un point.
2. En astronomie, astre doué d'un éclat propre et que l'on peut observer soit à l'œil nu, soit avec un instrument d'optique : Observer la naissance d'une étoile.
3. Astre considéré comme influençant la destinée humaine : Il est né sous une bonne étoile il a sans cesse de la chance
4. Ce qui, par ses branches rayonnantes, rappelle une étoile : Dans cet ouvrage, une étoile signale un renvoi astérisque
5. Fêlure à fentes rayonnantes : La vitrine est brisée en étoile.
6. Rond-point à plus de quatre voies.
7. Indice de classement attribué à certains sites, hôtels, restaurants ou produits : Elle ne descend que dans des hôtels trois étoiles.
8. Dans le commerce, unité de froid équivalant à − 6 °C et qui, multipliée, indique le degré maximal de réfrigération d'un conservateur ou d'un congélateur.
9. Artiste célèbre au théâtre, au cinéma, etc. star
10. Échelon suprême dans la hiérarchie de certains corps de ballet : Une danseuse étoile.
À la belle étoile,
en plein air, la nuit : Nous avons couché à la belle étoile.
Étoile de David,
symbole judaïque constitué par une étoile à six branches.
Étoile de mer,
invertébré marin en forme d'étoile astérie
Étoile filante,
météore.
L'étoile Polaire,
étoile, visible à l'œil nu, qui est la plus proche du pôle Nord et qui en indique la direction.
Étoile géante, naine
géant, nain.

ÉTOILE

(é-toi-l') s. f.
Primitivement et dans le langage ordinaire, tout astre, soit fixe, soit errant.
Jamais étoile, lune, aurore ni soleil Ne virent abaisser sa paupière au sommeil [CORN., Médée, II, 2]
Cette obscure clarté qui tombe des étoiles [ID., Cid, IV, 3]
Aurait-il [Dieu] imprimé sur le front des étoiles Ce que la nuit des temps enferme dans ses voiles ? [LA FONT., Fabl. II, 13]
Thalès plaçait la terre au centre du monde, il la croyait sphérique, il a pensé que les étoiles ne sont pas d'une autre substance [CONDIL., Hist. anc. III, 14]
Pour toute réponse à cette vive attaque, l'empereur le prit par la main [le cardinal Fesch], le conduisit à la fenêtre, l'ouvrit, et lui dit : Voyez-vous là haut cette étoile ? - Non, sire. - Regardez bien. - Sire, je ne la vois pas. - Eh bien ! moi, je la vois, s'écria Napoléon [SÉGUR, Hist. de Nap. II, 3]
La lune est dans le ciel et le ciel est sans voiles ; Elle éclaire de loin la route des étoiles, Et leur sillage blanc dans l'océan d'azur [LAMART., Harm. I, 10]
Fig. Personne éminente ou chère.
Quand.... Je demande à mon cœur tous ceux qui ne sont plus, Et que, les yeux flottants sur de chères empreintes, Je pleure dans mon ciel tant d'étoiles éteintes [LAMART., Harm. IV, 10]
L'étoile du matin, l'étoile du soir, la planète Vénus.
Est-ce vous qui faites paraître en son temps sur les enfants des hommes l'étoile du matin, ou qui faites lever ensuite l'étoile du soir ? [SACI, Bible, Job, ch. XXXVIII, v. 32]
Là le lac immobile étend ses eaux dormantes Où l'étoile du soir s'élève dans l'azur [LAMART., Méd. I, 1]
L'étoile du berger, la planète Vénus. Il fait clair d'étoiles, la nuit est claire et les étoiles brillent.
Étoile fixe, ou, simplement, étoile, astre fixe qui brille de sa lumière propre.
Ces masses prodigieuses qu'on appelle des étoiles ne sont qu'un point à nos yeux et ne nous paraissent presque que des étincelles [NICOLE, Ess. de mor. 1er traité, ch. 8]
Les étoiles fixes ne sauraient être éloignées de la terre moins que de vingt-sept mille six cent soixante fois la distance d'ici au soleil, qui est de trente-trois millions de lieues [FONTEN., Mond. 5e soir.]
Il [Tycho-Brahé] a composé avec tant d'exactitude un nouveau catalogue des étoiles fixes, que ce seul ouvrage peut mériter à son auteur le nom que quelques-uns lui ont donné de restaurateur de l'astronomie [ROLLIN, Hist. anc. liv. XXVII, ch. 2]
Les étoiles fixes sont autant de points de comparaison dont les astronomes ne peuvent se passer.... aussi s'est-on donné des soins infinis dans tous les siècles pour connaître le nombre et la situation des étoiles fixes [MAIRAN, Éloges, Halley]
Chaque étoile fixe est un soleil comme le nôtre environné de planètes [VOLT., Jenni, 8]
.... Lorsque la nuit sur ses immenses voiles De leur rayon tremblant fait briller les étoiles [DUCIS, Abufar, I, 3]
Ses grands yeux noirs brillaient sous la noire mantille : Telle une double étoile au front des nuits scintille Sous les plis d'un nuage obscur [V. HUGO, Orient. 33]
L'étoile polaire, étoile située à la queue de la Petite Ourse, et très voisine du pole boréal. Étoiles fondamentales, certaines étoiles dont l'observation est presque toujours facile et qui servent aux marins. Étoiles groupées, amas nébuleux ressemblant à de petites comètes, à la vue simple. Étoiles doubles, groupe de deux étoiles qui forment un système et dont l'une tourne autour de l'autre, conformément aux lois de la gravitation. Étoiles doubles, multiples, se dit aussi de groupes d'étoiles placées dans des directions visuelles si voisines qu'elles paraissent ne former qu'un astre. Étoiles changeantes, étoiles qui présentent des variations de couleur. Familièrement. Loger, coucher à la belle étoile, coucher dehors, en plein air.
La nuit m'ayant surpris dans un endroit où il n'y avait aucune habitation, il fallut me résoudre à coucher à la belle étoile [LESAGE, Estev. Gonz. ch. 46]
Faire voir à quelqu'un les étoiles en plein midi, lui donner un grand coup sur les yeux, sur la tête, qui lui fait voir mille bluettes, et aussi lui en imposer, lui en faire accroire. On dit d'un prédicateur qu'il voit les étoiles, quand il bat la campagne et perd le fil de son sermon. Compter les étoiles, perdre son temps, pousser la curiosité trop loin Poétiquement. Porter le front, avoir le front dans les étoiles, être au comble de la gloire.
Quand la faveur.... Vous ferait devant le trépas Avoir le front dans les étoiles [MALH., IV, 5]
Étoiles tombantes, étoiles filantes, petits corps que l'on voit pendant la nuit traverser l'air et s'éteindre presque aussitôt, et qui proviennent de régions célestes placées bien au delà de l'atmosphère terrestre.
La plupart des météores, les feux follets, les exhalaisons, les étoiles tombantes, les phosphores naturels et artificiels, les bois pourris et lumineux, ont-ils d'autres causes que l'électricité ? [DIDEROT, Interprét. de la nat. n° 35]
Encore une étoile qui file, Qui file, file et disparaît [BÉRANG., Étoiles fil.]
Fig. Destinée, fortune, influence prétendue des astres.
Aussi, pourvu que je vous aie favorable, il ne m'importe que les étoiles me soient contraires [VOIT., Lett. 29]
Un destin tout-puissant, une invincible étoile Aux yeux de ma raison attache un sombre voile [MAIRET, Panthée, I, 7]
À ma mauvaise étoile imputons mon ennui [ROTROU, Vencesl. III, 2]
Mais, madame, accusez une étoile fatale [ID., ib. v, 2]
Il semble que nos actions aient des étoiles heureuses ou malheureuses, à qui elles doivent une grande partie de la louange et du blâme qu'on leur donne [LAROCHEF., Réflex. 58]
Son étoile est d'être utile à M. de Lavardin [SÉV., 438]
Tout le monde croit que l'étoile [le crédit] de Quanto [Mme de Montespan] pâlit [ID., 310]
L'étoile du roi résiste à Ruyter [ID., 225]
C'est mon étoile, disent-ils, c'est mon ascendant, c'est l'astre puissant et bénin qui a éclairé ma nativité, qui met tous mes ennemis à mes pieds [BOSSUET, Polit. VII, VI, 5]
Ils se trouvent dignes de leur étoile [LA BRUY., VIII]
Je crois qu'à la fin je serai un sot ; il semble que ce soit mon étoile et que je ne puisse m'en dispenser [MONTESQ., Lett. pers. 54]
Ils étaient très orgueilleux et très ignorants ; il n'y avait d'étoiles que pour eux ; le reste de l'univers était de la canaille dont les étoiles ne se mêlaient pas [VOLT., Dict. phil. Astronom.]
Berger, tu dis que notre étoile, Règle nos jours et brille aux cieux [BÉRANG., Étoiles filantes]
Je m'en prends à mon étoile, et j'accuse les dieux qui ne veulent pas nous voir ensemble si près d'eux [au sommet des Pyrénées], non plus que Castor et Pollux [P. L. COUR., Lett. I, 23]
Être né sous une heureuse, sous une fâcheuse étoile, réussir, échouer en ce qu'on fait. Lire dans les étoiles, se dit des faiseurs d'horoscope.
Petit artifice qui imite dans les airs l'éclat d'une étoile. Chaque fusée en éclatant lance un bouquet d'étoiles.
Ornement qui a quelque ressemblance avec une étoile. Un manteau parsemé d'étoiles.
La coupe transversale d'une racine de vigne offre une étoile à neuf ou dix rayons parfaitement bien dessinée des mains de la nature [BONNET, Usage des feuilles, 5e mém.]
Insigne de décoration, ainsi dit à cause de ses rayons. L'étoile des braves, l'étoile de l'honneur, la croix de la Légion d'honneur.
Ils [les maréchaux] préfèrent au cordon bleu De l'honneur l'étoile sacrée [BÉRANG., Deux cousins]
L'étoile de l'honneur brille sur sa poitrine [BARTHÉLEMY, ]
Ordre de l'Étoile polaire, ordre de chevalerie institué en Suède.
M. de Linné fut le premier homme de lettres décoré de l'ordre de Étoile polaire [CONDORCET, Linné.]
Ordre de l'Étoile, ordre de chevalerie institué à Paris en 1351 par le roi Jean.
Fêlure en forme d'étoile faite à une bouteille, à une vitre, etc. Il est prudent de vider les bouteilles qui ont une étoile.
Terme d'imprimerie. Sorte d'astérisque qui sert à remplir un vide, ou à marquer un renvoi. Monsieur trois étoiles, s'emploie pour désigner quelqu'un qu'on ne veut pas nommer ; ce qui s'indique, en écrivant ou en imprimant : Monsieur ou M.***.
Des initiales d'abord ; on attribue à M. le comte trois étoiles.... ; et puis demain le nom en toutes lettres [SCRIBE, Le Puff, IV, 1]
Ces madrigaux niais et doux, Qui peignent, avec ou sans voile, Des bergères toutes à tous, à qui les adresserions-nous Sans madame de trois étoiles ? [PONS, (de Verdun), Contes et poésies, p. 64]
10° Terme de vétérinaire. Étoile en tête, ou, simplement, étoile, marque blanche et particulière des robes foncées, existant au front du cheval et du bœuf.
Comme on faisait beaucoup de cas des chevaux qui avaient, sur le devant du front, une espèce d'épi ou rebroussement du poil qu'on appelle étoile ou pelote, ils vinrent à bout d'en faire paraître [, Dict. des arts et mét. Marchands de chevaux]
Fausse étoile, marque artificielle que les maquignons font aux chevaux qui n'en ont pas de véritable.
11° Étoile de mer, astérie.
Diverses espèces de vers d'eau douce, les vers de terre, les orties et les étoiles de mer, coupés par morceaux, se reproduisirent de bouture comme le polype [BONNET, 1er mém. Reprod. salamandre]
12° Poétiquement. Étoile se dit pour fleur en étoile.
Tandis que l'étoile inodore [le bluet] Que l'été mêle aux blonds épis, Émaille de son bleu lapis Les sillons que la moisson dore [V. HUGO, Orient. 31]
13° Point central où aboutissent plusieurs allées, qui forment comme autant de rayons d'étoiles.
Ce fut Chandenier qui fit percer une étoile régulière à mon père qui voulait bâtir [SAINT-SIMON, 38, 183]
C'est une sorte d'étoile où concourent quelques allées qui resserrent entre elles un parterre moins étendu qu'irrégulier [DIDEROT, Mém. La promenade du sceptique]
14° Terme de fortification. Étoile ou fort à étoile, ouvrage de fortification fait à angles saillants et qui a six pointes.
15° Point graisseux en forme d'étoile qui se voit dans le bouillon ; on dit aussi les yeux du bouillon.
S'il pensait y trouver une étoile de graisse [RÉGNIER, Sat. x]
16° Terme de chirurgie. Étoile, ou bandage étoilé, ou, simplement, étoilé, bandage improprement comparé à une étoile, parce que les jets de bande forment à peu près un X par leur entre-croisement.
17° Terme de coiffeur. Extrémité d'une tresse de cheveux.
18° Terme de marine. Petit anneau de fer-blanc, contenant la mèche qui éclaire le compas de route.
19° Pièce de la cadrature d'une montre ou d'une pendule à répétition. Une des pièces du moulin à mouliner les soies. Outil pour faire une étoile sur le dos des livres. Instrument pour vérifier le calibre des canons.

PROVERBE

    On ne peut aller contre son étoile, on ne peut résister à sa propre destinée.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Clere est la lune, les esteiles flambient [, Ch. de Rol. CCLXVIII]
  • XIIe s.
    Là sus au ciel mainte estoile flambie [, Ronc. p. 147]
    Enpris [j'] ai greignor [plus grande] folie Que li faus enfes [enfant] qui crie Pour la bele estoile avoir Qu'il voit haut et clair seoir [, Couci, III]
    As esteilles s'en vunt e à la tenebrur, E se sunt comandé à Deu nostre seignur [, Th. le mart. 49]
  • XIIIe s.
    Li oel qui en son chief estoient à deus estoiles resembloient [, la Rose, 2990]
    ....Dont aucunes gens cuident que ce soit li dragons, ou que ce soit une estele qui chiet [tombe] [BRUN. LATINI, Trés. p. 120]
  • XVe s.
    Car fortune n'est pas si très cruelle, Qu'elle voulsist hors de ce monde oster Celle qui est des princesses l'estoille [CHARLES D'ORL., Ball. 56]
  • XVIe s.
    Estoient logez à l'enseigne de l'estoile [en plein air] [JEAN D'AUTON, Annales de Louis XII, dans LACURNE]
    Sa clarté [de ton livre] nous suffit ; l'homme n'a plus que faire D'estoiles au matin quand le jour est levé [RONS., Sonn. à des Caurres.]
    À midy estoile ne luit, chat-huant ne sort de son nid [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 97]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, siteul ; norm. ételle ; il ételle, il fait clair d'étoiles ; provenç. estela, stela ; espagn. estrella ; ital. stella ; du latin stella.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉTOILE. Ajoutez : - REM. Dans la locution loger, coucher à la belle étoile, il ne faut pas croire que le sens soit : coucher aux rayons des belles étoiles, ou du moins la locution a commencé par : coucher à une auberge dont l'enseigne est la belle étoile. Cela résulte de la phrase citée à l'historique : Estoient logez à l'enseigne de l'estoile [en plein air]. On comprend très bien la façon de cette plaisanterie : c'est un jeu de mots entre une prétendue enseigne d'auberge portant des étoiles, et les étoiles du ciel sous lesquelles couche celui qui n'a pas de logis.

étoile

ÉTOILE. n. f. Astre qui brille de sa lumière propre. Autrefois on donnait également ce nom aux planètes; mais on les distinguait des étoiles proprement dites ou étoiles fixes par la dénomination d'étoiles errantes. Étoile de la première, de la seconde, de la troisième grandeur. On découvrit cette année-là une nouvelle étoile. Le lever, le coucher d'une étoile. La scintillation des étoiles. La nuit est belle, on voit briller les étoiles. L'éclipse fut si grande qu'on vit les étoiles en plein jour. Étoile polaire. On divise les étoiles en groupes qu'on appelle Constellations.

Étoiles doubles, multiples, Étoiles placées dans des directions visuelles si voisines qu'elles paraissent ne former qu'un seul astre quand on les observe avec de faibles instruments.

L'étoile du berger, La planète de Vénus. On l'appelle aussi Étoile du matin, lorsqu'elle précède le lever du soleil; et Étoile du soir, lorsqu'elle paraît après le coucher de cet astre.

Fig., Loger, coucher à la belle étoile, Coucher en plein air.

Fig. et fam., Faire voir à quelqu'un des étoiles en plein midi, En imposer, en faire aisément accroire à quelqu'un.

Il se dit encore abusivement des Fragments de matières cosmiques qui traversent l'atmosphère. Étoiles tombantes ou filantes. J'ai vu tomber une étoile. Des étoiles qui filent.

Il se dit figurément, en termes de Théâtre, d'une Artiste qui, dans une troupe, se distingue par un talent, une réputation hors pair. Une étoile du chant, de la danse.

Il signifie encore au figuré Influence prétendue des astres sur le tempérament et sur la fortune des hommes. Ce chef a confiance dans son étoile. Son étoile pâlit. Être né sous une bonne étoile, Être heureux dans tout ce que l'on entreprend.

Il se dit, par analogie, en termes de Pyrotechnie, d'une Pièce d'artifice qui imite, dans les airs, l'éclat d'une étoile. Une bombe remplie d'étoiles.

Il se dit aussi de Certains ornements auxquels on suppose quelque ressemblance avec une étoile, et qui ont ordinairement cinq rayons. Une couronne d'étoiles. Peindre, sculpter, broder une étoile.

L'étoile des braves, La croix de la Légion d'honneur.

ÉTOILES se dit des Ornements qui, sur le costume des généraux, indiquent leur grade.

Il se dit, en termes de Typographie, dans le même sens qu'Astérisque. On l'emploie surtout pour désigner l'Astérisque destiné à remplacer chacune des syllabes ou des lettres d'un mot qu'on ne veut pas écrire en entier. Voyez ASTÉRISQUE.

Fig. et fam., Monsieur trois étoiles, s'emploie pour désigner Quelqu'un qu'on ne veut pas nommer, ou qui n'est qu'un personnage imaginaire. En écrivant ou en imprimant, Monsieur ou M. ***.

En termes d'Histoire naturelle, Étoile de mer. Voyez ASTÉRIE.

ÉTOILE se dit aussi d'une Croix à cinq branches.

Il se dit encore d'une Fêlure à plusieurs fentes, rayonnant autour d'un point.

Il se dit, en parlant des Chevaux ou des boeufs, d'une Marque blanche sur leur front.

Il désigne encore le Centre où se réunissent plusieurs allées d'un parc ou plusieurs routes ou avenues. L'Arc de Triomphe de l'Étoile.

Il se dit, en termes de Fortification, d'un Fortin à quatre, cinq ou six angles saillants.

étoilé

ÉTOILÉ, ÉE. adj. Qui est parsemé d'étoiles. Le ciel était fort étoilé, Fort serein. La voûte étoilée, Le ciel. Une nuit étoilée.

Par analogie, il s'emploie aussi comme nom masculin pour désigner Certains animaux dont le corps porte des taches qui ont la forme d'étoiles.

Par analogie, il se dit de Tout ce qui est fait, disposé, façonné en forme d'étoile. Feuilles étoilées.

étoile


ÉTOILE, s. f. ÊTOILÉ, ÉE, adj. [É-toa-le, , lé-e; 1re é fer. 3e e muet au 1er, é fer. aux 2 autres.] Étoile, astre, corps lumineux, qui brille au Ciel pendant la nuit. Il se dit plus proprement de celles qui sont apelées fixes, et qui étant lumineûses par elles-mêmes, ont une scintillation sensible. Les aûtres sont apelées étoiles errantes ou planètes. — On apelle abusivement, étoile, ces météores que l'on voit courir dans l'air la nuit, et s'éteindre incontinent. = On dit, proverbialement, loger, coucher à la belle étoile, coucher dehors. "Il fut bien-tôt réduit à passer la nuit dans la rûe... Il fait à ce sujet une peintûre si gracieûse qu'elle doneroit envie de coucher à la belle étoile. Journ. de Mons. — On dit aussi de celui à qui l'on a doné un grand coup sur la tête, qu'on lui a fait voir les étoiles en plein midi (d'aûtres disent toutes les étoiles); et de celui qui est imposteur ou visionaire, qu' il fait voir aux autres, ou qu'il croit voir lui-même les étoiles en plein midi.
   ÉTOILE a divers autres sens. = 1°. Centre où se réunissent plusieurs allées d'un parc, ou plusieurs routes d'une forêt. = 2°. En termes d'Imprimerie, astérisque. Celui-ci est plus savant: étoile est plus vulgaire. = 3°. Marque blanche sur le front d'un cheval.
   ÉTOILÉ, ÉE, adj. Semé d'étoiles; Ciel fort étoilé, fort serein. = Où il s'est fait une félure en forme d'étoile. Bouteille étoilée. = Cet adjectif marche toujours à la suite du substantif. L'étoilé firmament sent le Ronsard, ou le Du Bartas.
   Rem. On se sert beaucoup du mot étoile pour exprimer le destin, la fatalité. "C'est mon étoile d'être malheureux. "L'étoile de M. de Lausun repâlit. Il n'a point de logement: il n'a point ses anciènes entrées. Sév. — Cette manière de parler sent un peu l'astrologie judiciaire. Elle me déplait sur-tout dans la phrâse suivante de l'Ab. Du Bos: "Un grand Magistrat, un grand Général, un grand Ministre ne deviennent ce qu'ils sont capables d'être que dans un âge plus avancé que l'âge où les Peintres et les Poètes atteignent le degré d'excellence où leur étoile leur permet d'atteindre. — Que font les étoiles aux talens des Poètes et des Peintres?

Synonymes et Contraires

étoile

nom féminin étoile
1.  Littéraire. Destinée propre à chacun.
chance, sort -littéraire: fortune.
2.  Personne célèbre.
Traductions

étoile

Sternstarster, bles, gesternte, kol, lotכוכב (ז), כוכבת (נ), כּוֹכָבsterestel, estrellahvězdastjerneαστέρι, άστροsteloestrellaستارهtähtiताराcsillagstjarnastella, star, stellettaaster, astrum, sidus, stellastjernegwiazda, gwiazdkaestrela, astro, estrelhostjärnaتارا, 星形звездаنـَجْمzvijezdaดาวyıldızngôi saoЗвезда明星 (etwal)
nom féminin
1. point qui brille dans le ciel, la nuit
corps lumineux qui se déplace très vite dans le ciel
2. dehors, la nuit dormir à la belle étoile
3. destinée être né sous une bonneune mauvaise étoile
4. figure en forme d'étoile mettre une étoile en haut d'un sapin de Noël
5. animal marin
6. artiste très célèbre une étoile du cinéma

étoile

[etwal]
nfstar
à la belle étoile → out in the open, under the stars
dormir à la belle étoile → to sleep out in the open, to sleep under the stars
la bonne étoile de qn → sb's lucky star
la mauvaise étoile de qn → sb's unlucky star
adj
danseuse étoile, danseur étoile → leading dancer