étranglement

étranglement

n.m.
1. Action d'étrangler ; fait d'être étranglé : Meurtre par étranglement strangulation
2. Brusque resserrement : L'étranglement d'une voie de circulation rétrécissement ; élargissement
Goulot ou goulet d'étranglement

étranglement

(etʀɑ̃gləmɑ̃)
nom masculin
1. action de serrer le cou pour empêcher de respirer Elle est morte par étranglement.
2. endroit où qqch est resserré l'étranglement d'un cours d'eau dans les gorges

ÉTRANGLEMENT

(é-tran-gle-man) s. m.
Action d'étrangler ; état de celui qui est étranglé.
Elle est morte d'un étranglement à la gorge [SÉV., 472]
La fille aînée de la femme-chef ordonna l'étranglement de douze enfants [CHATEAUBR., Amér. 216]
Terme de chirurgie. Toute constriction exercée sur une partie quelconque de manière à y suspendre la circulation. Étranglement des hernies, constriction de l'intestin ou de l'épiploon sorti du ventre et serré par l'ouverture qui lui a donné passage. Étranglement se dit encore, lorsqu'une partie celluleuse, entourée d'une enveloppe aponévrotique ou d'une gaîne fibreuse, étant prise d'inflammation, l'enveloppe, peu extensible, résiste à la tuméfaction.
État de ce qui est étranglé, rétréci en certains points.
N'oubliez pas de vous assurer si les petits sacs dont la grande artère vous a paru composée sont de véritables sacs, et si ce ne sont point de simples étranglements d'un vaisseau unique [BONNET, 4e lett. Hist. nat.]
Terme d'hydraulique. Endroit d'une conduite où l'eau ne passe qu'avec peine. Terme de mine. Accident d'une couche dont le toit et le mur se rapprochent en s'écartant de leur parallélisme.

ÉTYMOLOGIE

  • Étrangler ; provenç. estrangolament.

étranglement

ÉTRANGLEMENT. n. m. Action d'étrangler, et plus ordinairement État de celui qui est étranglé. Des indices d'étranglement. Un os arrêté dans la gorge lui a causé un étranglement qui a failli le faire mourir.

Il se dit aussi d'un Resserrement, d'un rétrécissement, accidentel ou naturel, dans quelque partie d'une chose plus ou moins allongée. L'étranglement des vaisseaux gêne la circulation du sang. L'étranglement d'une hernie. Le corps de plusieurs insectes, tels que l'araignée, la guêpe, est divisé en deux par un étranglement. La tige de cette plante a plusieurs étranglements.

étranglement


ÉTRANGLEMENT, s. m. ÉTRANGLER, v. act. [1re é fer. 2e lon. 3ee muet au 1er; étrangleman, é fer. au 2d, étranglé.] Étranglement ne se dit qu'en Médecine, du resserrement excessif d'un vaisseau; et en Histoire Naturelle, en parlant de certains insectes, tels que l'araignée, la guêpe, etc. dont le corps est composé de deux parties unies par un fil très-délié, qui se nomme étranglement.
   ÉTRANGLER, au propre, faire perdre la respiration et la vie, en pressant le gosier ou en le bouchant. "On l'a étranglé: il s'est étranglé. "Elle le tenoit à la gorge, et l'aurait étranglé, si elle en avait eu la force. — V. n. "Secourez-moi, j'étrangle. "j'étrangle de soif; j'ai grande soif. = Au figuré, ne doner pas l'étendûe nécessaire. "Vous étranglez cette chambre en voulant y mettre alcôve et cabinet. "Cet endroit de votre discours est étranglé: il n'est pas assez étendu. "Vous en avez étranglé les preuves, les raisonemens. "Voilà le seul chapitre, qui ne fût point étranglé. SÉV. = On emploie le participe adjectivement dans le même sens. "Habit étranglé; corridor, parterre étranglé. Croisée étranglée.

Synonymes et Contraires

étranglement

nom masculin étranglement
1.  Action d'étrangler, de s'étrangler.
2.  État de ce qui est resserré.
3.  Littéraire. Action d'empêcher quelque chose.
Traductions

étranglement

חניקה (נ), חנק (ז), לעלוע (ז), חֶנֶק

étranglement

strangolamento

étranglement

[etʀɑ̃gləmɑ̃] nm [vallée] → narrowing, narrow passage