étuver

(Mot repris de étuvât)

étuver

v.t.
1. Chauffer dans une étuve.
2. Cuire à l'étouffée.

ÉTUVER

(é-tu-vé) v. a.
Mettre au four ou à l'étuve. Terme de marine. Passer à l'étuve des fils de caret ou des bordages.
Terme de cuisine. Faire une étuvée.
Faire une lotion douce (par allusion à la chaleur de l'étuve). Étuver une plaie.
J'étuve de mes pleurs leurs blessures sanglantes [RÉGNIER, Dial.]
S'étuver, v. réfl. Se faire une lotion.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et vous baingnerés en l'estuve Où Venus les dames estuve [, la Rose, 12956]
  • XIVe s.
    Se vous voulez saler anguille, estuviez et effondrez [, Ménagier, II, 5]
  • XVIe s.
    Et avecques gros raisins chenins, estuvarent les jambes de Forgier mignonnement [RAB., Garg. I, 25]
    Ils estoient tousjours sales ét crasseux, comme ceulx qui ne s'estuvoient ny ne s'oignoient jamais [AMYOT, Lyc. 34]
    Nous estuverons les parties honteuses de decoction de mauves [PARÉ, XV, 65]

ÉTYMOLOGIE

  • Étuve ; wallon, sitouvé ; espagn. estufar, estofar, estobar ; ital. stufare.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ÉTUVER. Ajoutez :
    S'étuver, prendre un bain de vapeur, [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne]

étuver

ÉTUVER. v. tr. Faire passer à l'étuve. Étuver des pains de sucre.

Par analogie, il signifie, en termes de Médecine, Laver en appuyant doucement. Étuver une plaie.

Traductions

étuver

stomen