évagation

ÉVAGATION

(é-va-ga-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Terme ascétique. Disposition qui fait que l'esprit se détache de l'objet auquel il devrait se fixer.
Mon indifférence ne se fait que trop connaître dans toute ma conduite à l'égard du sacrement de ce Dieu d'amour, dans les évagations de mon esprit, dans mes tiédeurs, mes lâchetés, mes ennuis en la présence de ce sacrement [BOURD., Pensées, t. III, p. 261]

SYNONYME

  • ÉVAGATION, DIVAGATION. La divagation est la disposition qui empêche l'esprit de se fixer à un objet quelconque ; l'évagation, celle qui l'empêche de se fixer à l'objet qui devrait l'arrêter.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Evagation [action d'aller çà et là] [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. evagationem, de evagari, de e, et vagari, vaguer.

évagation

ÉVAGATION. n. f. Disposition de l'esprit qui l'empêche de se fixer à un objet. Il ne s'emploie guère qu'en termes de Théologie ascétique.

evagation

Evagation, Euagatio.

evagation


EVAGATION, s. f. [évaga-cion: 1reé fer.] Terme de dévotion. Suite de distractions. "Évagation d'esprit. — Le Dict. de Trév. le met et cite Pomey. Dans le Rich. Port. on dit que dans le sens moral, c'est une manière d'agir sans principe. L'Acad. le définit, action de marcher comme au hasard, sans route certaine et sans terme connu. Elle ajoute qu' il ne se dit guère que dans le sens moral. Elle ne done point d' exemple. — Ce mot est peu usité, excepté chez les Ascétiques.