évangile

(Mot repris de évangiles)
Recherches associées à évangiles: bible, évangélistes

évangile

n.m. [ gr. euaggelion, bonne nouvelle, de aggelos, messager ]
1. (Avec une majuscule) Message de Jésus-Christ : Prêcher l'Évangile.
2. (Avec une majuscule) Ensemble des quatre livres où sont consignées la vie et les paroles de Jésus-Christ ; chacun de ces livres.
3. Passage de ces livres lu durant la messe ; moment de cette lecture.
4. Fig. Texte qui sert de fondement à une doctrine : Le traité de Maastricht, évangile de l'Union europénne bible, catéchisme, credo
Parole d'évangile,
chose indiscutable, d'une vérité certaine.

évangile

(evɑ̃ʒil)
nom masculin
religion livre contenant l'enseignement de Jésus-Christ les quatre évangiles

ÉVANGILE

(é-van-ji-l') s. m.
La loi, la doctrine de Jésus-Christ.
Saint Thomas porta l'Évangile aux Indes [BOSSUET, Hist. II, 7]
Saint Kilien prêcha l'Évangile dans la Franconie [ID., ib. I, 11]
Les Juifs qui avaient reçu l'Évangile [ID., ib. II, 9]
Que ses douleurs l'ont rendue savante dans la science de l'Évangile, et qu'elle a bien connu la religion et la vertu de la croix, quand elle a uni le christianisme et les malheurs ! [ID., Reine d'Anglet.]
L'Évangile est proposé à l'homme comme sa seconde raison, comme le supplément de sa conscience [MIRABEAU, Collection, t. v. p. 271]
Nom des livres qui contiennent la vie et la doctrine de Jésus-Christ. Il parut, dans les premiers siècles de l'Église, un grand nombre d'Évangiles. L'Église n'a reconnu que quatre Évangiles. Jurer sur les Évangiles ou sur l'Évangile, jurer en touchant les Évangiles. Évangiles apocryphes, ceux que l'Église n'a pas reconnus. L'Évangile de l'enfance, celui de ces livres où est racontée l'enfance de Jésus-Christ.
Absolument. L'Évangile, le recueil des quatre Évangiles reconnus par l'Église, à savoir l'Évangile selon saint Matthieu, l'Évangile selon saint Marc, l'Évangile selon saint Luc, et l'Évangile selon saint Jean. Lire l'Évangile. Croire une chose comme l'Évangile, la croire sans réserve. Familièrement. Ce n'est pas mot d'Évangile, c'est une chose qui mérite peu de foi.
Les serments des gascons Passent peu pour mots d'Évangile [LA FONT., Gasc.]
En sens inverse, parole d'Évangile, chose qui mérite toute confiance.
Tu as beau rire, c'est l'Évangile [HAMILT., Gramm. 3]
Ses procès-verbaux [du maire] sont paroles d'Évangile pour MM. les juges de Tours [P. L. COUR., I, 150]
Gens de l'Évangile, bonnes gens, faciles à tromper.
Ce diable était des gens de l'Évangile, Simple, ignorant, à tromper très facile [LA FONT., Papef.]
La partie de l'Évangile qu'on lit à la messe. Le côté de l'évangile, le côté gauche de l'autel en entrant dans le chœur, ainsi dit parce que c'est le côté où l'on dit l'évangile. C'est l'évangile du jour, se dit d'une chose nouvelle dont tout le monde s'entretient.
Je ne sais comment je pourrai vous parler d'autre chose aujourd'hui que de cet évangile du jour [SÉV., 16 mars 1689]
Vous savez que Mme de Savoie ne souhaite au monde que l'accomplissement du mariage de son fils avec l'infante du Portugal, c'est l'évangile du jour [SÉV., t. VI, lett, 585, dans POUGENS]
Il [Locke] prouve que la souveraineté appartient aux peuples, et qu'ils ne font que la déposer entre les mains de ceux qu'on appelle souverains .... vous savez que c'est l'évangile du jour à présent parmi les protestants [BAYLE, Lett. à Minutoli, 24 sept. 1693]
Commencement du premier chapitre de saint Jean qu'un prêtre récite en mettant un pan de son étole sur la tête de la personne à l'intention de qui il le récite.
Il n'est pas croyable ce qu'elle [Mme de Saint-Herem] dépensait à se faire dire des évangiles sur la tête [SAINT-SIMON, 97, 26]
Cette cérémonie se nomme, dans le département des Côtes-du-Nord, donner l'évangile.
Évangile est le titre de quelques anciens livres burlesques. L'Évangile des quenouilles.
Évangile éternel, doctrine de Joachim de Flore, moine calabrais du XIIe siècle, et de Jean de Parme, du XIIIe, suivant laquelle l'ancien testament répondant au premier âge du monde, le nouveau testament au deuxième âge, un troisième testament inaugure le troisième âge (voy. JOACHIMITE).
Il se dit, dans le langage néologique, des doctrines novatrices qui agitent la société.
Ses compagnons [de Byron allant en Grèce] épars, groupés sur le navire, Ne parlent point entre eux de foi ni de martyre, Ni des prodiges saints par la croix opérés, Ni des péchés remis dans les lieux consacrés ; D'un plus fier évangile apôtres plus farouches, Des mots retentissants résonnent sur leurs bouches : Gloire, honneur, liberté, grandeur, droit des humains .... [LAMART., Harold, X]

REMARQUE

  • 1. Évangile prend un É majuscule quand il s'agit de la loi de Jésus-Christ, des livres qui contiennent sa vie, et du recueil de ces livres. Il prend un é minuscule quand il s'agit de la partie de l'Évangile que le prêtre dit.
  • 2. Le genre d'évangile a été longtemps féminin ; Boileau l'a encore fait féminin : L'Évangile au chrétien ne dit en aucun lieu : Sois dévot ; elle dit : Sois doux, simple, équitable, Sat. XI.
    Monsieur Joli [évêque d'Agen] prêcha à l'ouverture [de l'assemblée du clergé en 1675] ; mais comme il ne se servit que d'une vieille évangile et qu'il ne dit que de vieilles vérités, son aermon parut vieux [SÉV., Lett. 14 juin 1675]
    Aujourd'hui évangile est toujours masculin.
  • 3. Évangile, au sens de la partie qui se dit à la messe, a été fait féminin, par exception, pendant que le mot était d'ailleurs masculin. Aujourd'hui aucune exception n'a plus lieu.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Sire, tout n'est pas Evangile Quanque l'en dit aval la vile [, la Rose, 12481]
    Et lors le seignor deit comander que on aporte une Evangille [, Ass. de Jér. 96]
  • XVe s.
    [Le chancelier de France] dit en plein conseil royal au chancelier d'Aquitaine, qu'il ne disoit pas Evangile [ne disait pas la vérité] [MONSTREL., t. I, f° 163, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Il est maudit en l'Evangile qui a le choix et prend le pire [par allusion aux Juifs qui, ayant le choix d'adopter la religion du Christ, la rejetèrent et sont maudits] [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, 25]
    Ainsi choisissiez vous le pire ; c'est pourquoy estes mauldict en l'Evangile [RABEL., IV, 46]
    Je ne me soucie pas plus de l'evangile que de l'epistre [pas plus de l'un que des autres] [, Moyen de parvenir, p. 110, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. evangeli, avangeli ; espagn. et ital. evangelio ; portug. evangelho ; du lat. evangelium, le terme grec signifie bonne nouvelle et provient de deux mots se traduisant par bien et annoncer, d'où le terme messager, ange (voy. ce mot).

évangile

ÉVANGILE. n. m. La loi de JÉSUS-CHRIST, sa doctrine. Lorsque Notre-Seigneur JÉSUS- CHRIST commença à prêcher son Évangile. Annoncer, prêcher l'Évangile. La prédication de l'Évangile. La lumière de l'Évangile. Les promesses de l'Évangile.

Il se dit aussi des Livres qui contiennent la vie et les doctrines de JÉSUS-CHRIST et dont la réunion forme le Nouveau Testament. Les quatre Évangiles. Livre des Évangiles. Les deux princes jurèrent la paix sur les Évangiles, en touchant les Évangiles.

Il se dit absolument du Nouveau Testament, du recueil des quatre Évangiles. Lire l'Évangile. Jurer sur l'Évangile. Présenter l'Évangile à baiser.

Fam., Il croit cela comme l'Évangile, Il le croit fermement.

Fig. et fam., Tout ce qu'il dit n'est pas parole d'Évangile, Il ne faut pas croire tout ce qu'il dit.

Il se dit en outre de Livres relatifs à la vie et à la doctrine de JÉSUS-CHRIST, mais qui n'ont pas été admis par l'Église ou de Livres de piété consacrés à l'usage d'une certaine classe de lecteurs et où la doctrine de l'Évangile est mise à leur portée. Les évangiles apocryphes. L'Évangile de l'enfance.

Il se dit encore de Cette partie des Évangiles que le prêtre lit à la messe. La messe est bien avancée, l'évangile est dit.

Le dernier Évangile, L'évangile qui se dit à la fin de la messe.

Le côté de l'évangile, Le côté gauche de l'autel, en faisant face à l'autel.

Figurément, ÉVANGILE se dit du Livre, du document essentiel et symbolique d'une doctrine quelconque. Les livres de Karl Marx sont l'évangile du Communisme.

Fig. et fam., C'est l'évangile du jour, se dit de Quelque chose de nouveau dont tout le monde s'entretient et aussi d'une Doctrine à la mode.

evangile

Evangile, Euangelium, C'est à dire Bonne nouvelle,

évangile


ÉVANGILE, s. m. [1re é fer. dern. e muet.] Plusieurs veulent que ce mot soit masc. quand il signifie tout le corps d'un Évangile, comme. "L'Évangile de St. Marc est le plus court de tous; et qu'il soit fém. quand il signifie la partie d'un évangile qu'on lit à la Messe. "On en est à la premiere Évangile. — L'Acad. a aparemment regardé cette distinction comme frivole, puisqu'elle met ce mot toujours masculin. "Le premier évangile est dit. = Du temps de Boileau on faisait indiféremment évangile, dans le 1er sens, de l'un et de l'aûtre genre.
   L'Évangile, au Chrétien ne dit en aucun lieu,
   Sois dévot: Elle dit, etc.
Aujourd'hui, il faudrait dire: il dit, etc.
   On dit, d'un évènement nouveau, et dont tout le monde s'entretient, que, c'est l'évangile du jour. "Ne faites jamais de scrupule de me parler des évangiles du jour, dont on a la tête pleine. Sév. Souvent pourtant ces évangiles du jour ne sont pas paroles d'évangile. — On dit d' un menteur, que ce qu'il dit n'est pas mot d'évangile. On le dit aussi des chôses, qui sans être faûsses ne méritent pas le même respect que l'Evangile, et qu'on peut contredire sans conséquence. "Je ne croyois pas, dit Huet, que tout ce qu'a dit Longin fussent mots d'évangile, qu'on ne put contredire sans audace. — Rousseau et Gresset l'ont dit de la médisance et des propôs gaillards.
   Un homme, à table, exerce ses discours
   Sur quelque intrigue ou conte de la ville,
   Qui bien souvent n'est pas mot d'évangile.
       Rouss.
  L'oiseau surpris n'entendoit point leur style,
  Ce n'étoit plus paroles d'évangile...
  Mais des gros mots, et non des plus chrétiens.
      Ververt.
On dit encôre d'un homme trop crédule. "Il croit cela, il croit tout, comme l'évangile.

Synonymes et Contraires

évangile

nom masculin évangile
Texte qui fonde une doctrine.
Traductions

évangile

gospel

évangile

evangelie, bijbel

évangile

evangelium

évangile

Evangelium

évangile

vangelo

évangile

evangelium

évangile

evangelium

évangile

evangelio

évangile

evankeliumi

évangile

evanđelje

évangile

福音

évangile

복음

évangile

ewangelia

évangile

evangelho

évangile

gospel

évangile

คำสอนของพระเยซู

évangile

incil

évangile

sách Phúc âm

évangile

福音

évangile

福音

évangile

הבשורה

évangile

[evɑ̃ʒil] nmgospel
Évangile (= texte de la Bible) → Gospel
Ce n'est pas parole d'Évangile (fig) → It's not gospel., It's not to be taken as gospel.