évident, ente


Recherches associées à évident, ente: évidant, évidents

ÉVIDENT, ENTE

(é-vi-dan, dan-t') adj.
Qui est connu tout d'abord et sans peine. Vérité évidente. Péril évident.
Surprise tout à coup d'un funeste accident, D'un jugement du ciel effet trop évident [ROTROU, Bélis. v, 7]
Philémon reconnut ce miracle évident [LA FONT., Phil. et Baucis.]
Il est évident que, il est clair et incontestable que.
Il m'est évident que les sensations de couleur ne sont, pour mon âme, que différentes manières de se sentir : ce ne sont que ses propres modifications [CONDILL., Art de rais. I, 6]

REMARQUE

  • Quand une chose est évidente, elle ne saurait être plus évidente ; mais l'évidence en peut être saisie plus promptement et plus sensiblement, [CONDIL., Lang. calc. II, 11]
    Cependant Montesquieu a dit :
    Il nous est plus évident qu'une religion doit adoucir les mœurs des hommes, qu'il ne l'est qu'une religion soit vraie [MONTESQ., Esp. XXIV, 4]
    En cet emploi, évident reçoit fort bien la marque de la comparaison.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Rien ne m'est seur, que la chose incertaine, Obscur, fors ce qui est tout evident ; Doubte ne fais, fors en chose certaine [CH. D'ORL., Bal. 107]
  • XVIe s.
    Et à nostre evident dommage [MONT., I, 99]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. evident ; eviden ; espagn. et ital. evidente ; du latin evidens, de e, et videre, voir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉVIDENT. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
    Tiex [telles] et si evidens necessités.... (1345) [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 2e part. p. 963]
    Pour le très grant prouffit, seurté, deffense et evident utilité de tout le royaume (1359) [ID., ib. t. III, p. 160]