aïe

aïe

[ aj] interj. [ onomat. ]
Exprime la douleur, l'inquiétude, etc. : Aïe ! Ça fait mal ! Aïe, elle va être furieuse !

aïe

(aj)
interjection
marque la douleur, la souffrance Aïe, ça fait mal !

aïe

AÏE. interjection Exclamation de douleur. Aïe! que je souffre! Aïe! vous me blessez!

Il s'emploie plus fréquemment seul, lorsqu'on éprouve une douleur inattendue: Aïe.

aïe


AïE, Interj. Exclamation de douleur: aïe que je souffre! dans le Rich. port. on écrit ahi. Celui-ci parait mieux exprimer, par le son des lettres, le cri de la douleur. Car, pourquoi cet e muet? Il serait encore plus simple d'écrire sans h et sans e: monosyllabe.
   AIE est toujours long: il se prononce comme un ê ouvert, haie, plaie, vraie; pron. , plê, vrê. voy. Oie.
   Aient, Terminaison de la 3e pers. du plur. du subj. du v. avoir, qu'ils aient. Avec ses cinq lettres, il n'a que le son d'un ê ouvert, ki-sê. — Plusieurs donent cette terminaison au prés. des verbes en ayer, égayer, essayer, payer, ils égaient, ils essaient, ils paient. D'autres écrivent égayent, essayent, payent et pron. écé-ie, 3ee muet, et ainsi pé-ie, etc. Cette dernière manière est la meilleure pour l'orthographe et pour la prononciation. Dans le Dict. gramm. on a adopté l'autre. Voy. AVOIR, conjugaison. Voy. aussi AYE.

Traductions

aïe

weh, wehe, au

aïe

ouch, ow, woe

aïe

ach, au, wee, auw

aïe

ai, au

aïe

ai, ui

aïe

aj

aïe

ahi

aïe

ai

aïe

Ouch

aïe

[aj] excl → ouch!, ow!