jeun

(Mot repris de a jeun)

à jeun

[ ʒœ̃] loc. adj. inv. et loc. adv. [ du lat. jejunus, qui n'a rien mangé ]
Sans avoir rien mangé ni bu depuis le réveil : Elles sont encore à jeun. Il faut prendre ce médicament à jeun.

JEUN (À)

(jun) loc. adv.
Sans avoir rien mangé de la journée.
Et la moindre disgrâce, Lorsque je suis à jeun, me saisit, me terrasse [MOL., Sgan. 7]
J'en appelle : Comment, dit Philippe, de votre roi ? et à qui ? à Philippe à jeun, répliqua-t-elle [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 142, dans POUGENS]
Qu'un peuple est grand qui, pauvre, gai, modeste, Seul maître, après tant de sang et d'efforts, Chasse en riant des princes qu'il déteste, Et de l'État garde à jeun les trésors ! [BÉRANG., Tomb. de juillet.]
Particulièrement, dans le langage de l'Église catholique. Être à jeun, n'avoir ni bu ni mangé depuis minuit.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cil qui liet [joyeux] sont en ceste poureteit, sont jeun de la pasture de veriteit [, Job, p. 470]
  • XIIIe s.
    Puis viendra Jehan Clopinel, Au cuer jolif, au cors isnel, Qui nestra sor Loire à Meün, Qui à saoul et à jeün Me servira toute sa vie [, la Rose, 10604]
  • XVe s.
    Encores estoyent-ils tous jeuns, et n'avoyent porté vin ne victuailles avecques eux [FROISS., liv. I, p. 273, dans LACURNE]
    Jeun estomac ne se doit point partir [EUST. DESCH., Poésies mss. f° 308, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Dormir à jeun en haut soleil, comme font les chiens [RAB., Pant. IV, 63]
    En plus grand dangier de mort est l'homme mordz [mordu] à jeun d'ung serpent jeun, que aprez avoir repeu, tant l'homme que le serpent [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. jejunus, qui est à jeun (voy. JEÛNE). Dans l'ancienne langue, jeün est un adjectif.

jeun

JEUN (À). loc. adv. Sans avoir rien mangé de la journée. Il est encore à jeun. Prendre un remède à jeun. Vous ne voudriez pas rester si longtemps à jeun.

jeun

¶ Le Jeun, ou la Jeune, ou June, Ieiunium.

Ordonner une jeune, Instituere ieiunium.

A jeun, ou Jun, Ieiunus.

Ne à jeun, ne apres manger, Neque ieiuno, neque coenato vomendum est. B. ex Celso.

Qui est à jeun, Ieiuni oris saliua.

jeun


JEUN (à), adv. JEûNE, s. m. JEûNER, v. n. JEûNEUR, EûSE, s. m. et f. [1re long. excepté au 1er où elle est dout. 2e e muet au 2d; é fer. au 3e, lon. au dernier.] Être à jeun; c' est n'avoir pas mangé de la journée. = Jeûne, abstinence de viande, et retranchement d'une partie de la nourritûre. "Le jeûne étoit plus rude autrefois, où l'on ne mangeait qu'une seule fois dans la journée, après le Soleil couché. "Le jeûne est plus rigoureux dans l' Orient que dans l'Ocident. "Le Jeûne est de précepte éclésiastique. = Jeûner, observer des jeûnes. "Il a jeûné tout le carême: Il jeûne tous les samedis. = Faire jeûner, retrancher une partie de la nourritûre; doner peu à manger. "Il est trop replet: il faut le faire jeûner. "Cet avâre fait jeûner ses domestiques. = Jeûneur, qui jeûne beaucoup et souvent. C'est un grand jeûneur, une grande jeûneûse: Les Orientaux sont de grands jeûneurs.

Traductions

jeun : à jeun

Fastenvastenצום금식 (aʒœ̃)
adverbe
sans avoir rien mangé auparavant être à jeun prendre un médicament à jeun

jeun

[ʒœ̃] nm
à jeun [boire, manger, fumer] → on an empty stomach
à prendre à jeun → to be taken on an empty stomach
Il faut être à jeun pour la prise de sang → You shouldn't eat anything before giving a blood sample.