abolir

(Mot repris de abolirai)

abolir

v.t. [ lat. abolere, détruire ]
Faire cesser la validité d'un acte juridique, d'un usage, d'une pratique ; annuler, abroger : Abolir l'esclavage

abolir


Participe passé: aboli
Gérondif: abolissant

Indicatif présent
j'abolis
tu abolis
il/elle abolit
nous abolissons
vous abolissez
ils/elles abolissent
Passé simple
j'abolis
tu abolis
il/elle abolit
nous abolîmes
vous abolîtes
ils/elles abolirent
Imparfait
j'abolissais
tu abolissais
il/elle abolissait
nous abolissions
vous abolissiez
ils/elles abolissaient
Futur
j'abolirai
tu aboliras
il/elle abolira
nous abolirons
vous abolirez
ils/elles aboliront
Conditionnel présent
j'abolirais
tu abolirais
il/elle abolirait
nous abolirions
vous aboliriez
ils/elles aboliraient
Subjonctif imparfait
j'abolisse
tu abolisses
il/elle abolît
nous abolissions
vous abolissiez
ils/elles abolissent
Subjonctif présent
j'abolisse
tu abolisses
il/elle abolisse
nous abolissions
vous abolissiez
ils/elles abolissent
Impératif
abolis (tu)
abolissons (nous)
abolissez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais aboli
tu avais aboli
il/elle avait aboli
nous avions aboli
vous aviez aboli
ils/elles avaient aboli
Futur antérieur
j'aurai aboli
tu auras aboli
il/elle aura aboli
nous aurons aboli
vous aurez aboli
ils/elles auront aboli
Passé composé
j'ai aboli
tu as aboli
il/elle a aboli
nous avons aboli
vous avez aboli
ils/elles ont aboli
Conditionnel passé
j'aurais aboli
tu aurais aboli
il/elle aurait aboli
nous aurions aboli
vous auriez aboli
ils/elles auraient aboli
Passé antérieur
j'eus aboli
tu eus aboli
il/elle eut aboli
nous eûmes aboli
vous eûtes aboli
ils/elles eurent aboli
Subjonctif passé
j'aie aboli
tu aies aboli
il/elle ait aboli
nous ayons aboli
vous ayez aboli
ils/elles aient aboli
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse aboli
tu eusses aboli
il/elle eût aboli
nous eussions aboli
vous eussiez aboli
ils/elles eussent aboli

ABOLIR

(a-bo-lir) v. a.
Mettre à néant. Abolir une loi. Les actes de ce gouvernement furent abolis. Des sectes ont voulu abolir le mariage. Les parlements furent abolis par l'Assemblée constituante. Dans les républiques anciennes, on abolissait quelquefois en partie les dettes pour soulager la plèbe obérée.
En vain l'hérésie lui a-t-elle refusé ce culte suprême, et, par une audace insoutenable, a-t-elle entrepris de l'abolir [BOURD., Pens. t. III, p. 262]
Pour en abolir la mémoire [BOSSUET, Hist. I, 10]
L'idolâtrie allait abolir la loi de Dieu [ID., ib. II, 109]
On verra de David l'héritier détestable Abolir tes honneurs, profaner tes autels [RAC., Ath. v, 6]
Et veulent aujourd'hui qu'un même coup mortel Abolisse ton nom, ton peuple et ton autel [ID., Esth. I, 4]
Une mode a à peine détruit une autre mode, qu'elle est abolie par une plus nouvelle, qui cède elle-même à celle qui la suit et qui ne sera pas la dernière [LABRUY., 13]
Il abolit la dignité de patriarche, quoique assez dépendante de lui, et par là se trouva plus maître de son église [FONTENELLE, Czar Pierre.]
J'abolis les faux dieux [VOLT., Mah. II, 5]
Tu juras toi-même D'abolir pour jamais l'autorité suprême [ID., M. de Cés. I, 3]
Terme d'ancien droit criminel. Abolir une créance, en interdire les poursuites.
Mes services.... Pour le faire abolir [mon crime] sont plus que suffisants [CORN., Cid, II, 1]
S'abolir, être aboli. Cet usage s'est aboli peu à peu.
Une maison de confusion où les plus anciennes pratiques s'abolissent [BOURD., Pens. t. II, p. 386]
[Liberté] Tes purs adorateurs, étrangers sur la terre, Voyant dans ces excès ton saint nom s'abolir, Ne le prononcent plus [LAMART., Méd. II, 20]
Tout crime s'abolit au bout d'un certain nombre d'années [, Acad.]

SYNONYME

  • ABOLIR, ABROGER. Idée commune, mettre hors d'usage. Abolir est plus général que abroger ; tout ce qui met hors d'usage abolit, mais tout ce qui abolit n'abroge pas. La désuétude, l'oubli, l'indifférence abolissent une loi, mais ne l'abrogent pas ; pour qu'elle soit abrogée, il faut un acte solennel et régulier de la puissance publique. C'est pour cela qu'une loi seule, un édit, un règlement sont abrogés ; tandis qu'une coutume, une tradition, en usage sont abolis.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Jésus dit qu'il n'est point venu pour abolir la loy, mais pour l'accomplir [CALV., Inst. 267]
    L'Église est establie gardienne de la verité de Dieu, afin qu'elle ne s'abolisse point en ce monde [ID., ib. 820]
    Les pierres moyennant lesquelles Deucalion et Pyrrha restituoient le genre humain aboly par le deluge [RAB., Pant. III, 8]
    Le temps me peut abolir avant eage, Et mon malheur me garder de vous voir Beaucoup de jours [ST-GELAIS, 174]
    Voilà comment Timoleon alloit coupant et arrachant les tyrannies de la Sicile et y abolissant toutes guerres [AMYOT, Tim. 46]
    Onques puis le peuple n'en voulut user [de l'ostracisme] et en abolit l'usage entierement [ID., Arist. 18]
    Ils conspirerent ensemble de ruiner et abolir à Athenes l'autorité du peuple [ID., ib. 32]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn, abolir ; ital. abolere ; de ab, indiquant diminution, et de olescere, croître, par conséquent faire décroître. La comparaison d'abolere avec adolescere, inolescere, exolescere, montre un radical commun ol, qui signifie croître. Les langues néo-latines ont changé abolere en aboliscere, d'où la conjugaison de ce mot en italien, abolisco, etc.

abolir

ABOLIR. v. tr. Mettre hors d'usage, réduire à néant. Les nouvelles coutumes ont aboli les anciennes. Cette loi fut abolie en fait, sans être formellement révoquée. Cette loi trop sévère, cette coutume bizarre s'est abolie d'elle-même. Le culte des faux dieux fut aboli. Plus d'une fois les Romains firent des lois pour abolir les dettes. Abolir la mémoire du passé. Abolir le passé. Un usage aboli.

En termes d'ancien Droit criminel, Abolir un crime, En arrêter ou en interdire la poursuite judiciaire par un acte d'autorité souveraine. Tout crime s'abolit au bout d'un certain nombre d'années.

abolir

Abolir, Signifie proprement oster, effacer, et mettre du tout à neant quelque chose, comme si on disoit apo tou holou ékballéin, Ex vniuerso tollere. Mais on en use pour mettre hors d'usage quelque chose, Abolere, Abrogare, Antiquare, Conuellere, Exterminare, Inducere, Interuertere, Obliterare, Resignare, Delere.

S'abolir et aller hors d'usage, Obsolescere, In desuetudinem abire.

Abolir ce qui est fait selon les loix, Quod factum est legibus rescindere.

Abolir les loix, Leges perimere, abrogare, antiquare, Pessundare et obterere.

Abolir le bruit du peuple Romain, Nomen populi Romani delere.

Abolir la memoire d'une chose, Memoriam rei alicuius obruere.

Oster et abolir ce que aucun a fait, Sustollere atque irrita facere quae quis gessit, Antiquare.

Abolir du tout quelque magistrat, Magistratum tollere ac solo aequare.

Abolir une escriture par petis points qu'on met au dessous de chaque lettre en la maniere des anciens, Expungere.

Abolir une partie d'une loy par une nouvelle, Derogare.

Abolir un magistrat, Imminuere magistratum, B. ex Plin. iuniore, abrogare, tollere e republ.

Aboli, m. C'est mis hors d'usage, Abolitus, Obsoletus, Antiquatus, passiuae significationis.

Abolie, f. C'est mise hors d'usage, effacée du tout.

abolir


ABOLIR, v. a. [Aboli, bref] Annuller, mettre hors d'usage. L'Acad. le dit des loix, des coutumes; mais il paroit qu'abroger se dit plutôt des premières, et abolir des autres. — On le dit aussi des crimes, mais seulement au Palais et en style de Chancellerie. = Il s'emploie avec le pron. pers. S'abolir: " cette coutume s'est abolie d'elle-même. "Tout crime s'abolit au bout d'un certain nombre d'années. Acad.

Traductions

abolir

abolish, abrogateafschaffen, opheffen, kwijtschelden [van straf]ביטל (פיעל), דחה (פ'), הפר (הפעיל), פסל (פ'), שלל (פ'), פָּסַל, בִּטֵּל, הֵפֵרafskaf, herroep, ophef, vernietigabschaffen, aufheben, einstellen, niederschlagenaboliciiaboliraboliαφορίζω, καταργώabolireيُلْغِيzrušitafskaffelakkauttaaukinuti廃止する폐지하다avskaffeobalićabolirотменятьavskaffaยกเลิกyürürlükten kaldırmakhủy bỏ废除取消 (abɔliʀ)
verbe transitif
supprimer définitivement abolir une loila peine de mort

abolir

[abɔliʀ] vt [+ frontières, esclavage, régime] → to abolish; [+ monopole] → to end, to abolish