abondant, ante

ABONDANT, ANTE

(a-bon-dan, dan-t') adj.
Qui est en abondance. Moissons abondantes. Prendre une nourriture abondante. La récolte avait été peu abondante à cause de la sécheresse. Verser des larmes abondantes. Le minerai de fer est abondant en ce pays. D'abondantes aumônes.
Et parce que l'iniquité jamais ne fut plus abondante qu'elle l'est, ni plus dominante, ... [BOURDAL., Pens. t. I, p. 233]
Qui a en abondance. pays abondant en toute chose. Maison abondante en richesses. Province abondante en blé. îles abondantes en pâturages.
Et de quelque façon que l'on me considère, Abondante en richesse ou puissante en crédit, Je demeure toujours la fille d'un proscrit [CORN., Cinna, I, 2]
Absolument. Source abondante.
Eux [les pauvres] dont les jours les plus abondants seraient pour vous des jours d'austérités [MASS., Jeûne.]
Rédemption dans son mérite la plus abondante ; elle a deux effets : l'un... [BOURD., Pens. t. III, p. 190]
Au fig. en parlant du discours ou de l'orateur. Style abondant. Orateur abondant. Éloquence abondante. Langue plus abondante. Chez Bossuet la pensée est abondante. Traiter sèchement un sujet abondant. Jamais orateur ne fut plus nourri, plus abondant.
Le sujet le plus simple était pour lui la plus abondante matière et une source intarissable [BOURD., Pens. t. II, p. 45]
Les difficultés où les commentateurs et les scholiastes eux-mêmes demeurent court, si fertiles d'ailleurs, si abondants et si chargés d'une vaine et fastueuse érudition dans les endroits clairs [LA BRUY., 14]
D'ABONDANT, loc. adv. De plus, outre cela. Je vous ai dit ces raisons, j'ajouterai d'abondant.
Et d'abondant la vache... [LAFONT., Jum.]
Cette locution a vieilli, mais elle n'est pas inusitée.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Restroiz [restreint] est, chier sires, tes sainz par jugement ; deslace ta cinture, et si vien habondanz de pitiet [S. BERN., p. 536]
  • XIIIe s.
    Et il si firent ; et d'abondant lui envoierent tous les os le [du] Comte Gautier de Brienne pour mettre en terre benoite [JOINV., 261]
  • XIVe s.
    Pour ceste science plus clerement entendre, je veul [veux] de habondant exposer aucuns mos selon l'a b c [ORESME, Eth. 334]
    Et comme il soit ainsi que latin est à present plus parfait et plus habondant langaige que françois [ID., Prol.]
    Et avient aucune foiz qu'une personne est abondant en grans biens pour lonc temps [ID., ib. 22]
  • XVIe s.
    Je ferai de beaux acquestz ung de ces matins, n'en doute, et d'abondant seray grant retireur de rentes [RAB., Pant. III, 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. habundant ; de abundans, d'abundare, abonder.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ABONDANT. Ajoutez :
  • Terme d'arithmétique. Nombre abondant, celui dont les parties aliquotes prises ensemble forment un tout plus grand que le nombre ; exemple, 12, dont la somme des parties aliquotes 1, 2, 3, 4, 6 est 16.