abortif, ive

ABORTIF, IVE

(a-bor-tif, tiv')
Adj. Qui avorte. Fœtus abortif, celui qui est né avant d'avoir acquis le développement nécessaire pour pouvoir vivre. En botan. Étamine abortive, celle qui n'a pas d'anthère ou qui n'en a qu'une ébauchée ; fleur abortive, celle qui tombe sans laisser aucune trace de fécondation. Se met toujours après son subst.
S. m.Terme de médecine. Substance à laquelle on attribue la propriété de provoquer l'avortement. Les abortifs sont ordinairement de violents emménagogues ou des drastiques. Ce charlatan prescrivit des abortifs qui causèrent la mort de la femme.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je souhaiterois que nous retinssions la maniere que j'ai dite avoir esté entre les anciens, avant que ceste fiction abortive de sacrement vinst en avant [CALV., Inst. 1172]
    Tel enfantement [hors terme] est appelé abortif ou avortement [PARÉ, t. II, 624]
    Le tout est fait comme un œuf abortif, c'est-à-dire qui n'a encore la coquille ferme et dure [ID., t. XVIII, 6]
    Enfantement avortif [ID., ib.]
    Ses vers naistront inutis, Ainsi qu'enfans abortis, Qui ont forcé leur naissance [RONSARD, 363]

ÉTYMOLOGIE

  • Abortivus, de aboriri, de ab, indiquant privation, et oriri, naître (voy. ORIENT), ce qui empêche de venir à bien ou ce qui n'est pas venu à bien.