abouchement

abouchement

n.m.
Action d'aboucher des tubes, des conduits ; jonction, raccordement : L'abouchement de deux tuyaux, de deux vaisseaux sanguins.

ABOUCHEMENT

(a-bou-che-man) s. m.
Mise face à face, entrevue, conférence. On ménage un abouchement entre les deux adversaires.
En anat. L'abouchement de deux vaisseaux, leur union, leur jonction.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    L'abouchement qui fut fait auprès de Toury en Beausse par la reine, le roi de Navarre et le prince de Condé, pour aviser aux moyens d'appaiser les differens survenus [LANOUE, 556]

ÉTYMOLOGIE

  • Aboucher.

abouchement

ABOUCHEMENT. n. m. Action d'aboucher ou de s'aboucher. On avait ménagé un abouchement entre eux. L'abouchement des deux princes n'eut pas le succès qu'on en attendait. Il a vieilli.

En termes d'Anatomie, il signifie Union, jonction de deux vaisseaux.

On dit également, en termes d'Arts, L'abouchement de deux tubes, de deux tuyaux.

abouchement


ABOUCHEMENT, s. m. [Aboucheman, tout bref: 3e. e muet; en y a le son d'an, le t ne se prononce point, même devant une voyelle.] Entrevûe; conférence. "L'abouchement de Charles V avec François 1er. Richelet. "Je crois ce mot un peu vieux, et il me paraît qu'il n'est guère de l'usage actuel. L'Acad. le met sans remarque.