abreuvé, ée

ABREUVÉ, ÉE

(a-breu-vé, vée) part. passé.
Au propre et au figuré. Troupeaux abreuvés. On renvoya les convives bien abreuvés. Terres abreuvées. L'Égypte abreuvée par les débordements du Nil. Une plante abreuvée par une eau abondante. Plaie abreuvée d'une humeur malsaine. Abreuvé d'amertume.
Me nourrissant de fiel, de larmes abreuvée [RAC., Phèdre, IV, 6]
Sa langue abreuvée de fiel et de vinaigre [BOSSUET, Hist. II, 4]
Et le jour me retrouve abreuvé de mes larmes [VOLT., Œd. I, 1]
Et j'ai sur ces chemins de carnage abreuvés.... [ID., Mér. I, 2]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ABREUVÉ. Ajoutez :
  • Il se dit aussi de la lumière.
    À cet instant, les objets sont comme abreuvés de lumière [DIDER., Œuv. compl. 1821, t. IX, p. 463]