absoudre

absoudre

[ apsudr] v.t. [ lat. absolvere, acquitter ]
1. Dans la religion catholique, pardonner ses péchés à un pénitent : Ils seront absous, elles seront absoutes.
2. Dans la langue juridique, exempter de peine l'auteur d'une infraction ; gracier : La prescription permet d'absoudre un coupable.

absoudre

(apsudʀ)
verbe transitif
pardonner ses fautes à qqn absoudre qqn de ses péchés

absoudre


Participe passé: absous
Gérondif: absolvant

Indicatif présent
j'absous
tu absous
il/elle absout
nous absolvons
vous absolvez
ils/elles absolvent
Passé simple
Imparfait
j'absolvais
tu absolvais
il/elle absolvait
nous absolvions
vous absolviez
ils/elles absolvaient
Futur
j'absoudrai
tu absoudras
il/elle absoudra
nous absoudrons
vous absoudrez
ils/elles absoudront
Conditionnel présent
j'absoudrais
tu absoudrais
il/elle absoudrait
nous absoudrions
vous absoudriez
ils/elles absoudraient
Subjonctif imparfait
Subjonctif présent
j'absolve
tu absolves
il/elle absolve
nous absolvions
vous absolviez
ils/elles absolvent
Impératif
absous (tu)
absolvons (nous)
absolvez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais absous
tu avais absous
il/elle avait absous
nous avions absous
vous aviez absous
ils/elles avaient absous
Futur antérieur
j'aurai absous
tu auras absous
il/elle aura absous
nous aurons absous
vous aurez absous
ils/elles auront absous
Passé composé
j'ai absous
tu as absous
il/elle a absous
nous avons absous
vous avez absous
ils/elles ont absous
Conditionnel passé
j'aurais absous
tu aurais absous
il/elle aurait absous
nous aurions absous
vous auriez absous
ils/elles auraient absous
Passé antérieur
j'eus absous
tu eus absous
il/elle eut absous
nous eûmes absous
vous eûtes absous
ils/elles eurent absous
Subjonctif passé
j'aie absous
tu aies absous
il/elle ait absous
nous ayons absous
vous ayez absous
ils/elles aient absous
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse absous
tu eusses absous
il/elle eût absous
nous eussions absous
vous eussiez absous
ils/elles eussent absous

ABSOUDRE

(ab-sou-dr' ou plutôt ap-sou-dr') , j'absous, tu absous, il absout, nous absolvons, vous absolvez, ils absolvent. J'absolvais. J'ai absous. J'absolus. J'absoudrai. Absous. Qu'il absolve. Absolvons, absolvez, qu'ils absolvent. Que j'absolve, que tu absolves, qu'il absolve, que nous absolvions, que vous absolviez, qu'ils absolvent. Que j'absolusse. J'absoudrais. Absolvant. Absous, absoute J'absolus et j'absolusse sont peu usités ; mais on ne doit pas les exclure de l'usage, puisqu'on dit je résolus et je résolusse. v. a.
Renvoyer de l'accusation. Absoudre du crime de prévarication. Il fut absous par dix voix contre cinq. Les juges le renvoyèrent absous. Il a été absous à pur et à plein.
Un témoin dont le nom vous eût absous du crime [VOLT., Cat. III, 4]
En termes de droit, absoudre et acquitter ne sont pas synonymes. Le tribunal absout une personne qui est reconnue coupable du délit à elle imputé, mais dont le délit n'est pas qualifié punissable par la loi. Il acquitte un accusé reconnu innocent.
En termes de théologie, remettre les péchés dans le tribunal de la pénitence. Absoudre un pénitent.
Absoudre les cas réservés [, Acad.]
Au figuré. Pardonner. Je vous absous de votre imprudence. On était disposé à l'absoudre de tous ses méfaits.
Tous ces crimes d'État qu'on fait pour la couronne, Le ciel nous en absout alors qu'il nous la donne [CORN., Cinna, V, 2]
De tes grandeurs tu sus te faire absoudre, France, et ton nom triomphe des revers [BÉRANGER, Enf. de la France.]
Absolument. Dix voix suffisaient pour absoudre. Le prêtre a pouvoir d'absoudre en cas de mort.
L'Église donne aux prêtres qui nous assistent tous les pouvoirs ; elle ne se réserve rien, et elle leur confère toute sa juridiction pour pardonner et pour absoudre [BOURD., Pensées, t. II, p. 311]
Là votre voix décide ; elle absout ou condamne ; Ici vous périrez.... [VOLT., Scyth III, 1]
S'absoudre, v. réfl. Il ne put s'absoudre lui-même de la faute qu'on lui avait pardonnée.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    De sa main destre [il] l'ad assols et signet [, Ch. de Rol. 25]
    Assoldrai vous por vos ames guarir [, ib. 87]
  • XIIe s.
    Quant [je] vous aurai assous et beneïs [, Ronc. IV, 56]
    Bien sont assolz, quite de leur pechiez [, ib. 57]
  • XIIIe s.
    Et si les assoloit comme bons fils [VILLEH., 55]
    Et il dit que si feroit il volentiers, mais que le patriarche l'absousist jusques à leurs revenir [JOINV., 270]
    Et je li dis : je vous assolz de tel pooir comme Dieu m'a donné [ID., 246]
    Se le legat ne me absoloit de mon serrement [ID., 276]
    Et illecque l'abbé de St-Urbain, que Diex absoille [ID., 210]
    Chil qui est escommeniés pot estre deboutés d'office d'avocat jusques à tant qu'il soit absolus [BEAUMANOIR, V, 17]
    Et on se doit penre [prendre] plus près en jugement d'assaure que de condampner [ID., XXXVI, 6]
    Dame, j'ai à nom Berte, si soit m'ame assolue [, Berte, 52]
    Des quels dis livres de parisis il se tiennent assouls et apaié [DU CANGE, absolutus.]
    Mais il meïsmes i respont, Et la cause nous en espont, Com cil qui bien de raison use, Et les diex assolt et escuse [, la Rose, 6388]
  • XVe s.
    Ils estoient devers le roi de France absols et nommés quittes, et encore leur delivroit on or et argent [FROISS., III, IV, 20]
    Le feu roi que Dieu absolve [COMM., VII, Prol.]
  • XVIe s.
    Le peuple absolut à toute peine Pelopidas [MONT., I, 3]
    Estre absouls de son debvoir [ID., I, 30]
    Sera il absoult.... [MONT., I, 128]
    Il resolut de mourir, afin que ses citoyens ne pussent jamais estre absoulz de leur serment [AMYOT, Lyc. 61]
    Il voulut que celui qui auroit fait le meurtre fut absoult à pur et à plein, moyennant que.... [ID., Publ. 21]
    Il se rencontra que les voix qui le condamnoient estoient une de plus que celles qui l'absolvoient.... il donna la derniere voix qui l'absolut judiciellement [ID., Caton d'Utique, 23]
    En Lacedemone il y avoit une loi, laquelle declaroit les enfants absouls d'aider à leurs peres en vieillesse, quand ils avoient esté nonchalans de les faire instruire en jeunesse [LANOUE, 116]
    Il n'appartient pas à un prestre de savoir pour certain si le pecheur est absous, mais à celui du quel il faut demander absolution [CALV., Inst. 501]
    Nul ne peut estre lié ou absous, sinon celui qui en est digne [ID., ib. 503]
    Leurs pensées les condamnent ou absoudent devant Dieu [ID., ib. 946]
    Combien plus vous doit elle delivrer et absoudre des liens humains ? [ID., ib. 1026]
    Il leur remonstra qu'ilz n'estoyent mie absouldz de leurs promesses [RAB., Garg I, 20]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. absolvre, absolver, assolver ; anc. catal. absolrer ; catal. mod. absoldrer ; espagn. absolver ; ital. assolvere ; d'absolvere, de ab, indiquant séparation, et solvere, délier (voy. SOLUTION). Du temps de PALSGRAVE on écrivait assouldre, et on prononçait assoudre, p. 23.

absoudre

ABSOUDRE. (J'absous, tu absous, il absout; nous absolvons, vous absolvez, ils absolvent. J'absolvais. J'ai absous. J'absoudrai. J'absoudrais. Absous, absolvons, absolvez. Que j'absolve. Absolvant. Absous, absoute.) v. tr. T. de Droit criminel. Renvoyer de l'accusation une personne reconnue l'auteur d'un fait qui n'est pas qualifié punissable par la loi. Il signifie aussi Déclarer un accusé innocent du crime ou du délit qui lui était imputé, l'acquitter. En absolvant cet homme, on n'a pas fait justice. Il y a eu cinq voix pour condamner l'accusé et sept pour l'absoudre. On l'a absous malgré le crédit de ses ennemis. Il s'est fait absoudre du crime dont on l'accusait.

En termes de Théologie, il signifie Remettre les péchés. Tout prêtre a pouvoir d'absoudre en cas de danger de mort. Absoudre un pénitent. Absoudre en confession.

Il s'emploie figurément dans le langage ordinaire. Je vous absous de votre négligence, en faveur de votre repentir.

absoudre

Absoudre, act. penac. Est declarer innocent aucun des crimes à luy mis sus. Selon ce on dit, Il est declaré absous et relaxé. Absoudre aussi est delivrer et aquiter du forfait commis et de la peine qui en depend: et ainsi en usent les ecclesiastiques. Absoluere, E reis eximere. Il vient du Latin absoluere, par syncope, metathese et epenthese.

Absoudre de peine et de coulpe, Eximere noxae poenaeque, B. Vulgo dicunt Absoluere a poena et culpa.

Absous, m. acut. Absolutus. Liberatus.

Absous à pur et à plain des cas à luy imposez, Reus omnino noxis solutus.

Absous par l'opinion de la pluspart, Absolutus copiose.

Absoute. f. penacu. Absoluta, Liberata.

absoudre


ABSOUDRE ou ABSOûDRE, v. a. [Ab-soû-dre; la 2e est longue: il seroit bon de marquer l'û d'un acc. circonfl. 3e. e muet.] Décharger l'accusé du crime qu'on lui imputoit.
   Conjugaison d'Absoûdre. J'absous, tu absous, il absout: nous absolvons, vous absolvez, ils absolvent. J'absolvois. (Il n'a point de prétérit simple, ni d'imparf. du subj. on ne dit point j'absolvai, que j'absolvasse, ni j'absolus, que j'absolusse.) J' ai absous; j'absoudrai; j'absoudrois; absous, que j'absolve; absous, absoûte.
   Prosodie. L'ou devant l'e muet est long: absoûdre et absoûte. — Devant la terminaison masculine, j'absoudrai, j'absoudrois, il est bref.
   Régime. Absoûdre se dit, ou avec le seul régime direct; il a été absous; il a eu tant de voix pour l'absoûdre; en absolvant ce criminel, on n'a pas fait justice; ou avec la prép. de pour 2e. régime de la chôse: on l'a absous du crime dont on l'accusoit.
   Il se dit de même de la rémission des péchés dans le sacrement de pénitence.

Synonymes et Contraires

absoudre

verbe absoudre
Remettre une faute à quelqu'un.
Traductions

absoudre

absolve, acquit

absoudre

kwytskeld, loslaat, vergewe, vrylaat, vryspreek, vryverklaar

absoudre

absoldre

absoudre

pekliberigi

absoudre

absolver

absoudre

fyrirgefa, sýkna, veita aflausn

absoudre

absolver

absoudre

assolvere

absoudre

[apsudʀ] vt
[+ pécheur] → to absolve
(DROIT) → to dismiss