absurde

(Mot repris de absurdes)

absurde

[ apsyrd] adj. [ du lat. surdus, sourd ]
1. Contraire à la logique, à la raison : Une hypothèse absurde
aberrant, incohérent ; logique, rationnel : Sa décision est absurde
2. Se dit d'une personne qui manque de logique ou de bon sens
n.m.
1. Ce qui est absurde, contraire au bon sens.
2. (Précédé de l'art. déf.) Absurdité du monde et de la destinée humaine, chez certains écrivains et philosophes contemporains : L'absurde chez Sartre.
Raisonnement par l'absurde,
raisonnement qui valide une proposition en montrant que sa négation conduit à une contradiction, à une impossibilité.

ABSURDE

(ab-sur-d', ou, suivant la prononciation réelle, ap-sur-d') adj.
Qui est contre le sens commun. Peut-on rien dire de plus absurde ? Une hypothèse étrangement absurde. Un absurde de croire que.... Une opinion absurde. Un absurde raisonnement.
Un merveilleux absurde est pour moi sans appas [BOILEAU, A. P. III]
Laisse là tes combats et cet absurde usage Qui met souvent le crime à l'abri du courage [, Anne de Boleyn, III, 4]
En parlant des personnes, qui parle ou agit contre le sens commun. Raisonneur absurde. C'est un homme absurde.
S. m. Absurdité. Tomber dans l'absurde. Réduire un homme, son homme à l'absurde. Démontrer une proposition par la réduction à l'absurde. L'absurde ne peut être cru.
Quand l'absurde est outré, l'on lui fait trop d'honneur De vouloir par raison combattre son erreur : Enchérir est plus court, sans s'échauffer la bile [LA FONT., Fab. IX, 1]
Absurde à, avec un verbe à l'infinitif.
Il mentait à son cœur en voulant expliquer Ce dogme absurde à croire, absurde à pratiquer [VOLT., IIe Disc. sur l'homme, 123]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Voilà un bon mot et un utile desir, mais pareillement absurde [MONT., II, 379]
    Il n'est aulcun absurde, selon nous, plus extreme que de maintenir que le feu n'eschauffe point [ID., II, 356]

ÉTYMOLOGIE

  • Absurdus. On fait venir habituellement absurdus de ab et surdus, sourd ; mais on ne voit pas comment cela pourrait signifier absurde. Dès lors on a cherché ailleurs : absurdus a le même sens que absonus, et signifie par conséquent qui sonne mal, d'où absurde. Le surdus de absurdus est rattaché au radical sanscrit sur, sonner, avec un suffixe, dus.

absurde

ABSURDE. adj. des deux genres. Qui est contre le sens commun. Cela est absurde. Il serait absurde de dire... Voilà un raisonnement absurde. Conduite absurde.

Il se dit aussi de la Personne qui parle ou agit absurdement. Un raisonneur absurde. Vous êtes absurde.

Il s'emploie aussi comme nom masculin et signifie Chose absurde. Tomber dans l'absurde. Démonstration, preuve par l'absurde. Démontrer une chose par l'absurde.

Réduire un homme à l'absurde, Le forcer, dans la discussion, à se rendre ou à déraisonner. Réduire une opinion, un raisonnement à l'absurde, Montrer, prouver que le principe ou la conséquence en est absurde.

absurde

Absurde, com. penac. Est pur Latin. Absurdus, absurda, adjectif, et quelquefois substantif, et se prend in extracto, et alors est neutre, comme, Ce seroit un trop grand absurde. Nimia haec quidem esset absurditas.

absurde


ABSURDE, adj. [bref, 3e e muet. Qui est contre la raison.]
   Rem. 1°. On dit dans le Dict. Gramm. que cet adjectif se met toujours après le substantif. Toujours, c'est trop dire: on devait se contenter du mot ordinairement; car en vers & dans la prose poëtique et oratoire, il peut élégamment précéder: opinion absurde, absurde systême.
   * 2°. Absurde se dit toujours des chôses, jamais des persones. On dit: une proposition absurde; mais on ne dit pas un Auteur, un homme absurde. "Ce Testament (du Cardin. de Richelieu) est l'ouvrage d'un faussaire aussi ignorant qu' absurde, dit Voltaire, qui s'est obstiné jusqu'à sa mort à le rejetter, malgré tant de preuves convaincantes. "Il (Johnson) a le même ton avec ses supérieurs, ses égaux et ses inférieurs; et il est par conséquent absurde avec au moins deux de ces trois classes d'Hommes. Milord Chesterfield. C'est un anglicisme. — Absurde se dit des chôses et des actions. Rich. Port. — L'Acad. le met sans Rem. mais elle ne done d'exemple que des chôses.
   ABSURDE, ridicule. (Synon.) Le premier a rapport à l'opinion, l'autre aux moeurs: l'un choque la raison, l'autre le goût. "On rejette les systêmes absurdes; et l'on se moque des discours et des manières ridicules. Fer.

Traductions

absurde

absurd, sinnlos, ungereimt, widersinnig, abgeschmackt, albern, unsinnigabsurd, nonsensical, foolish, senseless, cock-eyed, preposterous, meaningless, sillyabsurd, ongerijmd, onzinnig, zinloos, dwaas, zinledig, zinneloos, zotאבסורדי (ת), אווילי (ת), הבלותי (ת), הבלי (ת), נבער (ת), שטותי (ת), אֱוִילִיabsurd, sinneloosabsurdabsurd, meningsløsabsurda, sensencaabsurdo, sin sentidojärjetönabszurd, képtelenfáránlegurassurdo, spropositato, insensatoabsurdusabsurdo, disparatado, insensatoабсурдный, абсурд, бессмысленныйsaçma, abes, duyarsızπαράλογος, παράλογο, άσκοποςسَخِيف, لا مَعْنَى لَهُabsurdní, nesmyslnýapsurdan, besmislenばかげた, 無意味な무분별한, 불합리한absurd, sanseløsabsurdalny, nieprzytomnyabsurd, meningslösไม่มีความหมาย, ไร้สาระngớ ngẩn, vô nghĩa无意义的, 荒唐的荒唐 (apsyʀd)
adjectif
contraire à la raison, à la logique une idée absurde

absurde

[apsyʀd]
adjabsurd
nm
(= nature absurde de qch) → absurdity
(PHILOSOPHIE) l'absurde → absurd
par l'absurde → ad absurdio