accablant, ante

ACCABLANT, ANTE

(a-kâ-blan, blan-t') adj.
Qui accable. Un poids accablant. Une charge accablante. Une douleur accablante. Des reproches accablants.
A ces mots, Idoménée parut comme un homme qu'on soulage d'un fardeau accablant [FÉN., Tél. XI]
Les affaires les plus désagréables, les embarras les plus accablants, les dégoûts et les déboires les plus affreux [BOURD., Pensées, t. III, p. 142]
Le nombre des matériaux nécessaires devient toujours plus accablant pour le géographe, et, s'il se pique de précision, tous ceux qu'il peut recouvrer lui sont nécessaires [FONTEN., Éloges, Delisle.]
Les remarques sont jugées accablantes pour M. de Cambrai [BOSSUET, Lett. quiét. 371]
Ces foudroyants regards, ces accablants reproches [TH. CORN., Ari. IV, 5]
Ah ! penser accablant où mon cœur s'abandonne ! [CAMPIST., Andron. V, 4]
Il n'avait répondu que par un silence accablant à ses supplications [MASS., Prière, 2]
Mais qu'il est accablant de parler de sa honte ! [VOLT., Brut. II, 1]
Importun, incommode. Un homme accablant. Visites accablantes. Il se met avant ou après le substantif : Une nouvelle accablante ; une accablante nouvelle.