acception

acception

n.f. [ lat. acceptio, fait de recevoir ]
Sens particulier dans lequel un mot est employé : Le mot « cœur » a de nombreuses acceptions
Sans acception de personne,
Litt. sans préférence ni faveur à l'égard de qui que ce soit : On doit rendre la justice sans acception de personne.

acception

(aksepsjɔ̃)
nom féminin
sens, signification d'un mot mot qui a plusieurs acceptions

ACCEPTION

(a-ksè-psion ; en poésie, de quatre syllabes, a-ksè-psi-on) s. f.
Action d'admettre par préférence. La loi ne fait pas acception des personnes. Ne faire acception de personne.
Si l'on voit une acception de personnes dans la chaire de saint Pierre.... [BOSSUET, Lettr. quiét. 129]
Le Dieu du ciel et de la terre qui n'a acception de personne [VOLT., Zad. 7]
Manière de prendre un mot, sens qu'on lui donne. Ce mot a plusieurs acceptions. Acception propre, acception figurée. On prend ce mot dans une double acception.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Soyez renommé en administration de vraie justice, et à icelle puissamment exercer et executer, sans acception de personne [J. DES URSINS, Ch. VI, 1410]
  • XVIe s.
    Sans nulles acceptions de personnes [D'AUB., Hist. II, 229]
    Sans acception ne exception de personne [ID., ib.]
    Les fideles sont justes devant Dieu, non point par les œuvres, mais par acception gratuite [CALV., Inst. 590]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. acceptio ; catal. accepció ; espagn. accepcion ; de acceptio, de accipere, recevoir, de ad, à, et capere, prendre (voy. CAPTURE).

acception

ACCEPTION. n. f. Sorte de préférence qu'on a pour une personne au préjudice d'une autre. Il est surtout usité dans cette locution, Faire acception de personnes. Rendre la justice sans acception de personnes. La justice ne fait acception de personne.

On dit aussi Sans acception de qualités, sans acception de fortune, sans acception de parti, c'est-à-dire Sans tenir compte des qualités d'une personne, de sa fortune, du parti auquel elle appartient.

Il signifie aussi, en termes de Grammaire, Sens dans lequel un mot se prend. Ce mot a plusieurs acceptions. Acception propre. Acception figurée. C'est l'acception ordinaire de ce mot. Ce mot, dans son acception la plus naturelle, dans son acception la plus étendue, dans son acception rigoureuse, signifie, etc. Ce mot est mis, est employé ici dans une acception détournée.

acception

Acception, distinction, Acceptio, Acception de personnes.

Il ne faut point avoir acception de personnes en justice, Causae studendum est, non personae: Iuris ratio, non amicitiae habenda est: Deponenda est amicitiae persona simul ac calculus in manum sumitur, assumendaque integritas, iurisque religio.

acception


ACCEPTION, s. f. [Akcèp-cion, et en vers ci-on, 2e è moy. Tout bref.] Sorte de préférence. Il n'a d'usage que dans cette phrase, acception de persones; c. à. d. égard qu'on a pour les uns plutôt que pour les autres. Cette expression est tirée de l'Ecriture. Quelques-uns ont voulu introduire accepteur dans le même sens, mais ça été sans succès. Richelet.
   On dit faire et non pas avoir acception, comme a dit Bourdalouë: "le Dieu d'Israël n'avoit acception de persone. Remarquez de plus, persone au singulier; contre l'usage et l'esprit de l'expression, qui exige le pluriel.
   ACCEPTION, (Grammaire) Le sens dans lequel un mot se prend. "Ce mot a plusieurs acceptions; dans son acception naturelle il signifie, etc.

Traductions

acception

accezione

acception

Sinn

acception

zin

acception

acception

smysl

acception

mielessä

acception

감각

acception

känsla

acception

[aksɛpsjɔ̃] nf (= sens) → meaning, sense
dans toute l'acception du terme → in the full sense of the word, in the full meaning of the word
dans son acception la plus large → in the widest sense of the word