accoutumé, ée


Recherches associées à accoutumé, ée: accoutumance, filtres, orthographe, tuyauterie

ACCOUTUMÉ, ÉE

(a-kou-tu-mé, mée) part. passé et adj.
Qui a pris une habitude. Accoutumé à la guerre. Accoutumé, dès la jeunesse, aux luttes populaires. Tribu accoutumée à vivre sous les armes. Peu accoutumé à entendre la vérité.
Une âme accoutumée aux grandes actions Ne se peut abaisser à des soumissions [CORN., Cid. II, 7]
Vous irritez un roi dont vous voyez l'armée Nombreuse, obéissante, à vaincre accoutumée [ID., Nic. III, 2]
Vos maux sont accoutumés désormais à ces divins remèdes [MASS., Recherch.]
Nourri dans l'abondance, au luxe accoutumé [VOLT., Henr. X]
À ces viles grandeurs ton âme accoutumée [ID., Fanat. I, 4]
Mon âme à la vengeance est trop accoutumée [ID., Orphel. V, 4]
Ma raison, chaque jour, s'y voit accoutumée [ID., Zaïre, I, 1]
Accoutumé à vivre de peu [FÉN., Tél. V]
Passé en habitude, habituel, ordinaire. A l'heure accoutumée. Cérémonies accoutumées. Cela a manqué à la fortune accoutumée de César.
Reprends auprès de moi ta place accoutumée [CORN., Cinna, V, 3]
Forme accoutumée [ID., Othon, III, 4]
Au milieu d'un petit nombre de témoins domestiques et accoutumés, le personnage cesse, et l'homme prend sa place [MASS., Or. fun. Madame.]
À l'accoutumée, loc. adv. À l'ordinaire, comme de coutume.
Me promenant un jour, à l'accoutumée [BALZ., le Prince, avant-propos]
Vous agirez donc à l'accoutumée, par le seul sentiment de la vertu [ID., liv. VIII, lett. IV]
Le pape n'osa recevoir l'hommage annuel du royaume de Naples, que le connétable Colonne se préparait à lui rendre à l'accoutumée [SAINT-SIMON, 96, 22]
Il [le P. Tellier] ne me parla plus pour cet emploi, mais d'ailleurs toujours à son accoutumée [ID., 369, 129]
David jouait de la harpe devant Saül comme à l'accoutumée [VOLT., Phil. IV, 315]
Nous entrons enfin dans la grotte dont il tient la clef ; tout s'y passe comme à l'accoutumée [ARNAULT, le Sexagénaire, t. III, p. 232]