accul

ACCUL

(a-kul) s. m.
Lieu où l'on est acculé, qui n'a point d'issue. Les voleurs, poussés dans un accul, y furent pris.
Fig.
Pontchartrain fut fort blâmable de n'avoir point senti de quel accul de fortune il [Pelletier] l'avait tiré [SAINT-SIMON, 59, 140]
Le fond du terrier où les chiens poussent les renards, les blaireaux, etc. Le renard est à l'accul.
En termes de marine, une espèce de crique trop petite pour les grands bâtiments.
En termes d'artillerie, piquets qu'on enfonce en terre pour empêcher le recul du canon.

ÉTYMOLOGIE

  • À et cul.

accul

ACCUL. n. m. Lieu qui n'a point d'issue, où l'on est acculé. Ceux qui poursuivaient les voleurs les poussèrent dans un accul où on les prit. Il a vieilli.

Il se dit, en termes de Chasse, du Fond du terrier où les chiens poussent les renards, les blaireaux et autres animaux qui se terrent. Quand on voit que le renard est à l'accul... Avant que de lâcher les bassets, il faut savoir où sont les acculs.

Il se dit, en termes de Marine, d'une Petite anse, d'une espèce de crique trop petite pour de grands bâtiments.

Il se dit, en termes d'Artillerie, des Piquets qu'on enfonce en terre pour empêcher le recul du canon.

accul


ACCUL ou ACUL, s. m. [L' l se prononce: bref.] Lieu qui n'a point d'issûë, où l'on est aculé.