accusation

(Mot repris de accusations)

accusation

n.f.
1. Action d'accuser, de signaler comme coupable ; fait d'être accusé : Être l'objet d'accusations graves
2. Action en justice par laquelle on accuse une personne d'un délit ou d'un crime : Le greffier a lu l'acte d'accusation. Répondre de trois chefs d'accusation
points reprochés à l'accusé
3. (Précédé de l'art. déf.) Le ministère public (par opp. à la défense) : L'accusation a demandé une peine exemplaire.

ACCUSATION

(a-ku-za-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
Action en justice par laquelle on accuse quelqu'un. Les chefs d'accusation. Accusation d'empoisonnement. Intenter une accusation contre quelqu'un. Dresser une accusation. Par son éloquence, l'avocat ruina l'accusation. Il se lava de l'accusation de péculat. Il défendit aux tribunaux d'admettre les accusations de fourberie.
L'accusation qu'il suscita contre cet ecclésiastique [PASC., Prov. 16]
Toute espèce de reproche, d'imputation. Ne prêtons pas l'oreille aux accusations. Il fut indisposé contre moi par des accusations mal fondées.
Former des accusations contre quelqu'un [BOILEAU, Sat. XII, avertiss.]
Au sens passif, l'accusation de quelqu'un, l'accusation dont il est l'objet.
Encore que ses accusations soient incessamment aux oreilles de V. M. ... [PELLISSON, II, 161]
Action de révéler, de confesser.
Nous entendons tous les jours des pécheurs qui mêlent à l'accusation de leurs fautes les maximes du siècle et le langage des passions [MASS., Carême, Confession.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Verités est que toutes accusations de foy, à savoir mon qui croit bien en le [la] foy et qui non, la conoissance en appartient à sainte Eglise [BEAUMANOIR, II, 2]
  • XVIe s.
    Le peuple ayant mis en justice d'accusation capitale ses capitaines [MONT., I, 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. accusation ; espagn. acusacion ; ital. accusazione ; de accusatio, de accusare, accuser. Dans l'ancien français, on ne se servait guère que d'accusement dont les exemples abondent. Accusement a été employé jusque dans le XVIe s. :
    Le riche dessous toy ne craint point que son bien Par faux accusement ne demeure plus sien [RONS., 857]
    Quant à accusation cité plus haut de Beaumanoir, c'est une forme faite directement sur le latin et non un mot d'origine. La forme d'origine eût été acusaison, comme raison, oraison, etc.

accusation

ACCUSATION. n. f. Action en justice par laquelle on accuse quelqu'un. Accusation capitale. Il y a plusieurs chefs d'accusation contre lui. Former, intenter, susciter une accusation. Il a été mis en accusation. Lire au prévenu son acte d'accusation.

Il se dit aussi généralement de Tout reproche, de toute imputation qu'on fait à une personne de quelque faute, de quelque défaut que ce soit. Vous l'accusez de paresse, de peu d'exactitude, c'est une accusation mal fondée. On l'accuse de beaucoup de désordres, mais ce sont des accusations calomnieuses. Des accusations graves, légères, vagues.

accusation

Accusation, f. acut. Accusatio, Delatio reatus.

accusation

Une accusation par laquelle les nations estrangeres qui sont nos alliez poursuyvent les injures de nos magistrats, Iudicium sociale.

L'accusation est abbatuë et esteinte, Concidit et extinctum est crimen.

Forger et bastir une accusation, Conflare accusationem et iudicium.

Son accusation est formée, Relatus est inter reos, B.

Susciter une accusation capitale, Capitis periculum alicui creare.

Renouveler une accusation, Reum repetere.

accusation


ACCUSATION, ou ACUSATION, s. f. [Akuza-cion: en vers ci-on, tout bref.] Il se dit proprement d'une action en justice par laquelle on acûse quelqu'un. Mais dans un sens plus étendu, on le dit de tout reproche, de toute imputation qu'on fait à quelqu'un, de quelque défaut que ce soit. Juste acusation, acusation mal fondée, calomnieûse.
   Rem. 1°. * Acusation a un sens actif, et non pas passif; il se dit de celui qui acuse, et non pas de celui qui est acusé. Le Traducteur de l'Histoire d'Angl. de M. Hume. n'a pas fait cette attention. "Pour montrer le peu de foi que l'on doit ajouter à cette acusation de Richard, nous observerons, etc. Cette accusation n'était pas intentée par Richard, mais elle était dirigée contre lui: il n'y était pas acusateur, mais acusé. Il fallait donc dire, non pas, cette accusation contre Richard, comme le dit le même Auteur, dans la même page, mais dirigée contre, ou intentée contre, etc.
   2°. * Peut-on dire faire une acusation à.... pour dire, acuser, faire un reproche? Je ne le crois pas, malgré l'autorité de Bossuet, qui a employé cette expression. "On tolère à M. Jurieu de dire qu' on peut se sauver dans une Communion Socinienne: c'est une acusation que je lui ai faite dans l'Histoire des Variations.

Synonymes et Contraires

accusation

nom féminin accusation
2.  Fait de déférer en justice.
Traductions

accusation

Anzeige, Anklage, Beschuldigung, Denunziationaccusation, charge, indictment, accusal, complaint, incrimination, allegation, blame, denunciationbeschuldiging, aanklacht, telastlegging, aangifte, tenlastelegging, accusatieאישום (ז), אשמה (נ), הפללה (נ), לימוד חובה (ז), קובלנה (נ), קטגוריה (נ), קטרוג (ז), שטנה (נ), קוּבְלָנָה, קִטְרוּג, הַפְלָלָה, אִשּׁוּם, אַשְׁמָה, שִׂטְנָה, לִמּוּד חוֹבָהaangewing, aanklagakuzo, denunco, kulpigoacusación, cargo, denunciabesúgás, feljelentés, vádásökunaccusa, imputazione, denuncia, incriminazioneaccusatio, categoria, crimenacusação, argüição, denúnciaanklagelse, åtal, beskyllning, klagomålsuçlamaκατηγορία, δίωξη, καταγγελίαاتِّهام, تُهْمَةobvinění, obžalobaanklage, beskyldningsyytösoptužba告訴, 非難고발, 고소anklage, beskyldningoskarżenieобвинениеการกล่าวหา, ข้อกล่าวหาsự buộc tội, tội bị cáo buộc指控 (akyzasjɔ̃)
nom féminin
action de présenter qqn comme coupable faire une accusation mise en accusation

accusation

[akyzasjɔ̃] nf
(non formelle ou juridique)accusation
(DROIT) (poursuite)charge
répondre d'une accusation → to answer an accusation
mettre en accusation → to indict
acte d'accusation → charge (Grande-Bretagne), bill of indictment
(DROIT) (partie) l'accusation → the prosecution