achalander

(Mot repris de achalandons)

ACHALANDER

(a-cha-lan-dé) v. a.
Achalander une boutique, y faire venir des chalands.
Fig. Procurer la vogue.
Il fallait bien des cérémonies, bien du temps pour achalander un oracle [VOLT., Mœurs, Oracle.]
S'achalander, v. réfl. Devenir achalandé.

ÉTYMOLOGIE

  • À et chaland.

achalander

ACHALANDER. v. tr. Fournir de chalands. La bonne marchandise et le bon marché achalandent une boutique. Ce marchand est fort achalandé. Cette boutique commence à s'achalander. Si vous voulez vous achalander, logez-vous dans un meilleur quartier. Fig., Achalander un produit, un système, une invention.

achalander

Achalander, actif. acut. Est attirer, apprivoiser, acconduire aucun à venir acheter d'ordinaire chez nous, ce dont il a affaire, Allicere emptores, voyez Chaland.

Achalandé, m. acut. Celuy qui a grand concours et affluence d'acheteurs de sa marchandise. Duquel le Magazin, boutique ou ouvroir est frequenté d'acheteurs de sa marchandise ou denrée, Is cuius rerum venalium officina emptoribus affluit, Composé.

Achalandée, f. penac. voyez Achalandé.

achalander


ACHALANDER, v. a. [3e lon. 4eé fer. Achalandé.] Faire avoir des chalands. Il se dit à l'actif, au passif et au réciproque. "Le bon marché l' a fort achalandé; il est fort achalandé; il commence à s'achalander. — On le dit, non-seulement du Marchand, mais encore de sa boutique.