acheter

(Mot repris de achetait)

acheter

v.t. [ du lat. captare, chercher à prendre ]
1. Obtenir, se procurer en payant : Acheter une voiture
acquérir : Acheter comptant, à crédit.
2. Payer la complicité de qqn : Acheter un témoin
3. Obtenir avec effort, avec peine : Acheter très cher sa liberté

acheter


Participe passé: acheté
Gérondif: achetant

Indicatif présent
j'achète
tu achètes
il/elle achète
nous achetons
vous achetez
ils/elles achètent
Passé simple
j'achetai
tu achetas
il/elle acheta
nous achetâmes
vous achetâtes
ils/elles achetèrent
Imparfait
j'achetais
tu achetais
il/elle achetait
nous achetions
vous achetiez
ils/elles achetaient
Futur
j'achèterai
tu achèteras
il/elle achètera
nous achèterons
vous achèterez
ils/elles achèteront
Conditionnel présent
j'achèterais
tu achèterais
il/elle achèterait
nous achèterions
vous achèteriez
ils/elles achèteraient
Subjonctif imparfait
j'achetasse
tu achetasses
il/elle achetât
nous achetassions
vous achetassiez
ils/elles achetassent
Subjonctif présent
j'achète
tu achètes
il/elle achète
nous achetions
vous achetiez
ils/elles achètent
Impératif
achète (tu)
achetons (nous)
achetez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais acheté
tu avais acheté
il/elle avait acheté
nous avions acheté
vous aviez acheté
ils/elles avaient acheté
Futur antérieur
j'aurai acheté
tu auras acheté
il/elle aura acheté
nous aurons acheté
vous aurez acheté
ils/elles auront acheté
Passé composé
j'ai acheté
tu as acheté
il/elle a acheté
nous avons acheté
vous avez acheté
ils/elles ont acheté
Conditionnel passé
j'aurais acheté
tu aurais acheté
il/elle aurait acheté
nous aurions acheté
vous auriez acheté
ils/elles auraient acheté
Passé antérieur
j'eus acheté
tu eus acheté
il/elle eut acheté
nous eûmes acheté
vous eûtes acheté
ils/elles eurent acheté
Subjonctif passé
j'aie acheté
tu aies acheté
il/elle ait acheté
nous ayons acheté
vous ayez acheté
ils/elles aient acheté
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse acheté
tu eusses acheté
il/elle eût acheté
nous eussions acheté
vous eussiez acheté
ils/elles eussent acheté

ACHETER

(a-che-té ; ne prononcez pas a-je-té, ni, comme Vaugelas le défend aussi, a-jé-ter. La syllabe che est muette quand la syllabe qui suit est sonnante, et prend l'accent grave quand cette syllabe qui suit est muette ; gardez-vous donc bien de prononcer, comme font quelques personnes, ach'trai pour a-chè-te-rai, et ainsi de suite) v. a.
Acquérir une chose à prix d'argent. Acheter une maison. Les gens qui font la traite achètent des noirs sur la côte d'Afrique.
Des étrangers achetèrent de quelques pêcheurs ce qu'ils allaient tirer du coup de filet qu'ils venaient de jeter dans la mer [FÉN., Philosophes, Thalès.]
Comme une pierre précieuse qu'on n'achète qu'en se défaisant de tout le reste et le vendant [BOURD., Pensées, t. I, p. 90]
Une femme de qui il achetait des herbes au marché [LA BRUY., Disc. sur Théoph.]
M'habiller de bonnes étoffes et me nourrir de viandes saines, et les acheter peu [ID., 10]
Les huit ou dix mille hommes sont au souverain comme une monnaie dont il achète une place ou une victoire ; s'il fait qu'il lui en coûte moins.... [ID., 10]
Absolument. La manie d'acheter.
Acheter un homme, lui donner une somme pour qu'il serve en place d'un autre à l'armée.
Acheter des soldats, donner à un gouvernement étranger de l'argent pour qu'il fournisse des soldats. Dans la guerre d'Amérique, l'Angleterre acheta plusieurs régiments dans les petits États de l'Allemagne,
Procurer à prix d'argent une chose qui n'est pas vénale, corrompre à prix d'argent. Acheter ses juges. Il acheta par des largesses l'attachement des soldats.
Et des mêmes présents qu'il verse dans mes mains, J'achète contre lui les esprits des Romains [CORN., Cinna, I, 2]
Je gage, s'il naît un Voltaire, Qu'on emprunte pour l'acheter [BÉR., Poëte de Cour.]
Fig. Obtenir avec peine et difficulté. Acheter la bienveillance par des flatteries. Il acheta la victoire au prix du sang de ses meilleurs soldats.
.... Ceux qui de leur sang m'ont acheté l'empire [CORN., Cinna, V, 1]
Ce que de tout mon sang je voudrais acheter [ID., Pol. IV, 3]
N'achetez point si cher une gloire inutile [RAC., Alex. V, 3]
J'entrevois vos mépris, et juge, à vos discours, Combien j'achèterais vos superbes secours [ID., Iph. IV, 6]
Nul ne leur a plus fait acheter la victoire [ID., Mithr. V, 5]
Il a par trop de sang acheté leur colère [ID., Andr. I, 1]
Vous achetiez sa mort avec mon hyménée [VOLT., Mér. IV, 2]
Que les jours de mon fils n'achètent point ses jours [ID., Orphel. II, 3]
Il achetait par ses propres périls sa réputation [FLÉCH., Mar. Th.]
Les plaisirs qui se font acheter par des remords [MASS., Prod.]
Chactas avait acheté la vertu par l'infortune [CHATEAUB., Atala, 207]
Si les hommes ne sont point capables d'une joie plus sensible que de connaître qu'ils sont aimés, et si les rois sont hommes, peuvent-ils jamais trop acheter le cœur de leurs peuples ? [LA BRUY., 10]
Fallût-il donc l'acheter [le salut] par les mêmes supplices, par les mêmes sacrifices [que les martyrs], nous y devons être disposés [BOURD., Pensées, t. I, p. 98]
Qu'est-ce après tout que ce retour ? et, si j'ose le dire, doit-il être d'un grand mérite devant Dieu, lorsqu'on le lui a fait acheter si cher ? [ID., ib. p. 283]
S'acheter, v. réfl. Être vénal. C'est un bien qui ne s'achète pas.
Proverbe. Qui bon l'achète, bon le boit, se dit du vin et en général de toute marchandise.

SYNONYME

  • ACHETER à, ACHETER DE. À quel marchand avez-vous acheté cela, ou de quel marchand ? Le premier est plus usité dans le langage ordinaire ; mais voici toute la différence. D'après Lafaye, on dira le premier quand on voudra aller trouver le marchand pour acheter un objet semblable, et le second quand on aura seulement l'intention d'indiquer la provenance : à désignant vers qui l'on est allé, à qui l'on s'est adressé, et de désignant de qui on tient la chose achetée. Mais l'usage confond tout à fait ces deux emplois. Et en effet, soit qu'on achète à, soit qu'on achète de, il faut toujours aller à celui qui vend.

REMARQUE

  • Je me suis acheté un manchon, c'est-à-dire j'ai acheté un manchon pour moi, est une locution qui peut se dire, puisqu'il n'y a aucune amphibologie. Mais déjà l'amphibologie commence si l'on met : On m'a acheté un manchon, qui peut signifier : on a acheté pour moi, ou de moi, un manchon. On peut voir au n° 5 que Corneille s'en est servi ; mais elle mérite beaucoup d'attention, pour qu'il n'y ait pas d'équivoque. Le danger de l'amphibologie augmente dans une phrase comme celle-ci qu'on entend tous les jours et qui est en effet dans le dictionnaire de l'Académie : J'ai acheté une montre à mon fils, avec le sens de pour mon fils ; mais qui peut aussi signifier : J'ai acheté de mon fils une montre, il m'a vendu une montre. On prendra donc bien garde, en s'en servant, à l'amphibologie ; et, en tout cas, on remarquera qu'ici l'emploi de à au lieu de pour est du parler vulgaire et négligé.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    E il ait testimoines que il l'achatad al marchied le rei [, L. de Guill. 25]
  • XIIe s.
    Respundi li reis : n'iert pas issi [ce ne sera pas ainsi] ; mais jo l'achaterai à tei [, Rois, 219]
    Qui l' pourra prendre moult m'aura achaté [m'aura rendu un grand service] [, Roncisv. p. 183]
    Si en [par largesse] puet l'on acheter L'amour au roi de Paradis [de Dieu] [LE COMTE DE BRET., Romanc. p. 162]
  • XIIIe s.
    Jà n'i verrez joiel, tant soit de chere vente, Que je ne vous achate [, Berte, 111]
    La paour que [elle] a eüe, [vous] eüssiez achetée [payée cher] [, ib. 115]
    Voirs est se je demande aucun heritage, por ce que je di que je l'acetai, et li defenderes met resons encontre.... [BEAUMANOIR, VII, 7]
    Ençois [plutôt] voulons soffrir martire Et travail por nos amender Et por Dame Deu achater [, Ren. 13246]
  • XVe s.
    Si achapterent le chasteau des Anglois ceux de Bayonne quatre mille francs [FROISS., II, II, 39]
  • XVIe s.
    Il en achapte force mestayryes, force granges.... [RAB., Pant. IV, Nouv. Prol.]
    Les Acheens les retirerent et achepterent tous à cinquante escus par teste [AMYOT, Flam. 28]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard et norm. acater ; bourguig. echetai ; provenç. acaptar, prendre à redevance ; anc. espagn. acaptar ; anc. portug. achatar ; bas-lat. accapitare. Diez le tire de ad-captare ; mais la forme accapitare ne le permet pas. Le mot vient de ad, à, et caput, tête (voy. CAPITAL), et signifie prendre pour chef, prendre à bail, à redevance, acheter. C'est ainsi que capital est devenu cheptel, qui signifie toute espèce d'avoir, en ancien français, chetel ou catel.

acheter

ACHETER. (J'achète; nous achetons.) v. tr. Acquérir à prix d'argent. Acheter des étoffes, des provisions, des livres, une maison, une terre. Acheter argent comptant, au comptant, comptant. Acheter à crédit. Acheter à bon marché. Acheter cher. Acheter à vil prix. Acheter au poids de l'or. Acheter en gros, en détail. J'ai acheté de lui cette maison, cette montre, ce cheval.

Acheter des bans, Obtenir à prix d'argent dispense de faire publier des bans de mariage, à l'église.

Au temps où la loi militaire permettait des remplaçants, Acheter un homme, Lui payer une somme convenue pour qu'il remplace un autre homme dans le service militaire.

Acheter des voix, des suffrages, Se les procurer à prix d'argent ou au moyen de quelques avantages, de quelques faveurs. On dit dans un sens analogue Acheter le silence de quelqu'un.

Acheter une chose à quelqu'un signifie L'acheter de lui. Je lui ai acheté un volume qu'il m'a fait payer cher. Vous ne sortirez pas de ma boutique sans m'acheter quelque chose. Il signifie aussi Acheter pour quelqu'un. J'ai acheté une montre à mon fils.

Il se prend aussi figurément. J'ai bien couru pour obtenir cette grâce, on me l'a bien fait acheter. C'est une dignité qu'il a achetée au prix de son sang. Vous me faites acheter bien cher la grâce que vous m'accordez.

acheter

Acheter, act. acut. Comparare, Emere, Mercari, Nundinari, Pensare argento, Praestinare.

Acheter ensemble, Commercari, Coemere.

Acheter à bon marché, à bon conte, à prix raisonnable, Bene emere, aequo pretio emere.

Acheter cher, Care emere, Iniquo pretio mercari.

Acheter trop cher, ou suracheter, Male emere.

Acheter à vil prix, ou à trop bon marché, Vili emere.

Avoir pouvoir d'acheter ou vendre de droit quelque chose, Commercium habere rei alicuius.

Acheter à deniers contans, Praesenti pecunia emere, mercari numerato, Cic. l. 12. epist. ad Attic.

Acheter sans fraude ne mal engin, pensant que celuy qui la vend a puissance de la vendre et aliener, Fide bona emere.

Acheter une chose qui tienne d'hypotheque pour asseurance de son argent, à la charge d'en faire la revente en rendant le sort et les usures, ou le sort simplement, Fiduciam accipere.

Acheter d'un vendeur mal asseuré, A malo authore quid emere.

Acheter les bans qui se doivent faire devant les espousailles, ou Estre dispensé des bans, etc. Solui iustis sponsalitiis, Solennitatibus sponsalium solui, Trium praeconiorum, quae fiunt in fanis, necessitatem redimere.

Acheter justice à grand travail et difficulté, Nundinari iustitiam aegre et aerumnose.

Acheter en fraude des creanciers du vendeur, Dolo malo mancipio accipere.

On devroit acheter cet homme au poids de l'or, Hunc hominem decet ro expendi, quanti vis emere.

On l'achetoit au double poids d'argent, Cum duplo rependebatur argento.

Qui aime fort à acheter, et souvent achete, et est enclin à cela, Emax.

Avoir faim d'acheter, Empturire.

Le desir et affection de souvent acheter, Emacitas.

Acheté, m. acut. passiue, Mercatus, Emptus, Comparatus.

Qui est acheté, Emptitius.

Qu'on n'a point acheté, Inemptus.

Celuy de qui on a acheté quelque chose, Author.

Serf acheté, Mancipium conciliatum.

acheter


ACHETER, v. a. [Acheté, 2ee muet, 3e é fer. tout bref; devant l' e muet, la 2e est un è moyen. J'achète, tu achètes, etc. il achètera, etc. On écrivait autrefois achepter, on a ensuite écrit achetter, puis acheter. — Plusieurs prononcent ajeté, ajeteur; et M. de Vaugelas avait déjà remarqué que ce défaut est particulier à Paris.] Acquérir à prix d'argent.
   Rem. Doit-on dire acheter de ou à;j' ai acheté ce cheval d'un Juif, ou à un Juif? Je préférerais le 1er; il y a des exemples de l'aûtre. "Il lui achète cette retraite tant desirée. Ann. Litt. "La Czarine vient d'acheter à la nièce du Seigneur de Ferney la Bibliothèque de son oncle. Linguet. — L'Acad. ne met point d'exemple du régime de la persone. S' ACHETER pour acheter, est un gasconisme. "Je me suis acheté un manchon. Dites, j'ai acheté, etc. Desgr. = Au figuré, il régit de ou par pour 2e régime de la chôse. "Thetis auroit volontiers acheté de toutes ses eaux l'honeur de votre alliance. Fontenelle. —
   Je n'en exige rien, dès qu'il faut par un crime
   Acheter un bienfait que j'ai cru légitime.       Créb.
de ne vaudrait rien au 2e ex. ni par au 1er. "Je renoncerois presque à mon bonheur, s'il falloit l'acheter par la perte de ma liberté. Marin. La Fleur d'Agathon.
   ACHETER s'emploie aussi au figuré avec le seul régime simple. "Les Hommes achètent souvent fort cher un repentir. "Ils sont tellement amoureux de leur liberté, qu'ils l'achètent au prix de leur vie.
   En style proverbial, acheter chat en poche, c' est acheter ce qu'on ne conait pas. Etre à quelqu'un à vendre et à acheter, (d'autres disent, et à engager;) lui être entièrement dévoué.

Synonymes et Contraires

acheter

verbe acheter
1.  Obtenir contre paiement.
2.  S'assurer la complicité de.
Traductions

acheter

buy, purchase, take overקנה (פ'), רכש (פ'), קָנָהkopen, aanschaffen, omkopen, afnemen, afkopen, betrekken, aankopen, inkopen, overnemenaankoop, aanskaf, koopcomprarkoupitkøbekaufen, abkaufen, einkaufen, erstehen, sich kaufen, erwerbenαγοράζω, αγοράξω, ψωνίζωaĉeticomprar, procurarseostmaostaakupitivásárol, veszbeli, membelikaupacomperare, comprare, acquistare買うemerepirktipirktkjøpekupićcomprarcumpăraпокупать, купитьköpa, anskaffanunuasatın almak, almakيَشتَري사다ซื้อmua (aʃte)
verbe transitif
obtenir contre de l'argent J'ai acheté un cadeau pour mon fils.

acheter

[aʃ(ə)te] vt
[+ produit, service, marchandise] → to buy
J'ai acheté des gâteaux à la pâtisserie → I bought some cakes at the cake shop.
acheter qch à qn [+ marchand] → to buy sth from sb; [+ enfant, ami] → to buy sth for
J'ai acheté des œufs au fermier → I bought some eggs from the farmer.
Qu'est-ce que tu lui as acheté pour son anniversaire? → What did you buy him for his birthday?
acheter à crédit → to buy on credit
(soudoyer: fonctionnaire, homme politique) → to bribe
[+ faveurs, passeport] → to buy