achevé

(Mot repris de achevee)

achevé, e

adj.
Qui est parfait en son genre (parfois en mauvaise part) : C'est le type achevé du gastronome
accompli : C'est d'un ridicule achevé

achevé


achevée

(aʃəve)
adjectif
qui est terminé et réussi un travail achevé

achevé

ACHEVÉ, ÉE. participe Il est aussi adjectif; et alors il signifie, Accompli, parfait, qui a toutes les bonnes qualités de son genre. Un ouvrage achevé. Une beauté achevée.

Il se dit également De ce qui est extrêmement mauvais dans son genre. C'est un fou achevé. Un sot achevé. Un scélérat achevé.

achevé


ACHEVÉ, ÉE, part. et adj. Suivant Bouhours, la Touche, l'Anc. Dict. de l'Acad. M. de Wailly, et autres, cet adjectif se prend en bone et en mauvaise part, lorsqu'on parle des persones: "un Auteur achevé, c. à. d. sans défauts; un fou achevé, c. à. d. un fou fieffé. Mais en parlant des chôses, il se dit toujours en bone part: "un ouvrage achevé, une beauté achevée. Malgré tant d'autorités, qui n'en font qu'une; car elles se réduisent toutes au P. Bouhours, que les autres ont copié, j'ôse douter qu'achevé se dise en bone part des persones, et que l'usage permette de dire un Auteur achevé, comme dit Bouhours ou un Prince achevé, comme on le lit dans Trévoux, ou un Poëte, un Orateur, un Avocat achevé, comme on pourrait le dire, si la remarque du P. Bouhours était juste. L'Acad. dans la dern. édit. de son Dict. ne cite d'exemple pour les persones, que fou achevé, sot achevé, scélérat achevé.
   * Rem. 1°. Th. Corn. examine la différence de ces deux expressions: S'achever de peindre, et achever de se peindre. La 1ere où le pron. se précède achever, est figurée, et veut dire, achever de se perdre, de se ruiner. La 2e où le même pron. se suit achever, signifie achever de faire son portrait. La Touche, l'anc. Acad. et M. de Wailly ont copié Corneille. Mais il me semble que les exemples sont mal choisis; car ces expressions ne sont pas ordinaires: il est rare sur-tout qu'on fasse son portrait. Mais ce qu'on dit plus communément, c'est, qu'en parlant d'un événement fâcheux, arrivé à quelqu'un, qui en a essuyé d'autres, on dise, c'est pour l'achever de peindre. Si c'est cela qu'on veut dire, il ne faut pas transporter le pron. le après achever, et dire, c'est pour achever de le peindre. Car alors la phrâse aurait un autre sens, et voudrait dire: c'est ce qui servira à finir son portrait, ce qui serait aûtre chôse que ce qu'on aurait dans l'esprit.
   * 2°. On faisait autrefois d'achever un usage plus étendu qu'on ne le fait aujourd'hui. Achever un dessein, dit Racine. Voy. Déssein. "Ma patience s'est achevée, dit Voiture, c. à. d. s'est lassée. Sans vouloir ici achever le jour à vous marquer ses autres exploits, dit Bossuet. Ce sont autant d'expressions surannées, et l'emploi d'achever est plus resserré aujourd'hui.

Traductions

achevé

volkomen, volmaakt, inoptimaforma, perfect, af(gemaakt), beëindigd, af

achevé

完成

achevé

dokončeno

achevé

afsluttet

achevé

완료

achevé

[aʃ(ə)ve] adj
d'un ridicule achevé → completely ridiculous, absolutely ridiculous
d'un comique achevé → absolutely hilarious