acquitter

(Mot repris de acquitterait)

acquitter

v.t. [ de quitte ]
1. Payer ce que l'on doit : Acquitter ses impôts, une facture
2. Déclarer non coupable : Acquitter un accusé

s'acquitter

v.pr. (de)
Accomplir ce à quoi on est tenu : S'acquitter d'une mission difficile
accomplir : S'acquitter de ses dettes envers qqn

acquitter


Participe passé: acquitté
Gérondif: acquittant

Indicatif présent
j'acquitte
tu acquittes
il/elle acquitte
nous acquittons
vous acquittez
ils/elles acquittent
Passé simple
j'acquittai
tu acquittas
il/elle acquitta
nous acquittâmes
vous acquittâtes
ils/elles acquittèrent
Imparfait
j'acquittais
tu acquittais
il/elle acquittait
nous acquittions
vous acquittiez
ils/elles acquittaient
Futur
j'acquitterai
tu acquitteras
il/elle acquittera
nous acquitterons
vous acquitterez
ils/elles acquitteront
Conditionnel présent
j'acquitterais
tu acquitterais
il/elle acquitterait
nous acquitterions
vous acquitteriez
ils/elles acquitteraient
Subjonctif imparfait
j'acquittasse
tu acquittasses
il/elle acquittât
nous acquittassions
vous acquittassiez
ils/elles acquittassent
Subjonctif présent
j'acquitte
tu acquittes
il/elle acquitte
nous acquittions
vous acquittiez
ils/elles acquittent
Impératif
acquitte (tu)
acquittons (nous)
acquittez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais acquitté
tu avais acquitté
il/elle avait acquitté
nous avions acquitté
vous aviez acquitté
ils/elles avaient acquitté
Futur antérieur
j'aurai acquitté
tu auras acquitté
il/elle aura acquitté
nous aurons acquitté
vous aurez acquitté
ils/elles auront acquitté
Passé composé
j'ai acquitté
tu as acquitté
il/elle a acquitté
nous avons acquitté
vous avez acquitté
ils/elles ont acquitté
Conditionnel passé
j'aurais acquitté
tu aurais acquitté
il/elle aurait acquitté
nous aurions acquitté
vous auriez acquitté
ils/elles auraient acquitté
Passé antérieur
j'eus acquitté
tu eus acquitté
il/elle eut acquitté
nous eûmes acquitté
vous eûtes acquitté
ils/elles eurent acquitté
Subjonctif passé
j'aie acquitté
tu aies acquitté
il/elle ait acquitté
nous ayons acquitté
vous ayez acquitté
ils/elles aient acquitté
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse acquitté
tu eusses acquitté
il/elle eût acquitté
nous eussions acquitté
vous eussiez acquitté
ils/elles eussent acquitté

ACQUITTER

(a-ki-té) v. a.
Rendre quitte, libérer une personne ou une propriété. Il a acquitté son ami, sa famille. Il devait sur sa charge, mais il l'a entièrement acquittée. Acquitter un débiteur, payer ses dettes.
Le juste paye ce qu'il ne doit pas et acquitte les pécheurs de ce qu'ils doivent [BOSSUET, Hist. II, 6]
Je vous prie de m'acquitter de cette dette [ID., Lett. CIII]
Payer. Il a acquitté toutes les dettes de sa famille. Acquitter la dîme, les frais de la condamnation, un legs.
Si je dois à ce prix vous acquitter ma dette [MOL., l'Étourdi, V, 9]
Que Castor et Pollux acquittassent le reste.... [LA FONT., Fab. I, 14]
Acquitter une lettre de change, un billet, un mémoire, en constater le payement en mettant au bas pour acquit et signant au-dessous.
Fig. Acquitter un vœu, acquitter une dette de reconnaissance. Rien ne saurait m'acquitter envers vous.
Essayons de lui faire acquitter sa promesse [TRISTAN, M. de Chrisp. IV, 10]
Et, sans lui rappeler des soins dont je l'acquitte, Je lui rends sa parole et protége sa fuite [VIENNET, Clovis, III, 8]
Xipharès, en un mot, devenant votre époux, Me venge de Pharnace et m'acquitte envers vous [RAC., Mithr. III, 5]
Acquitter sa conscience, faire ce à quoi la conscience oblige.
Acquitter, déclarer non coupable. L'accusé fut acquitté. S'ACQUITTER, v. réfl.
Se libérer de ce qu'on doit. S'acquitter de ses dettes. Il s'est acquitté envers vous. Il songeait à s'acquitter de ce qu'il devait à César.
Hélas ! de tant d'amour et de tant de bienfaits, Mon père, quel moyen de m'acquitter jamais ? [RAC., Ath. IV, 3]
Je m'acquitte par là de ce que je vous dois [MOL., l'Étour. V, 16]
S'acquitter de. Satisfaire à un devoir, une obligation.
Je lui ai une obligation dont il faut que je m'acquitte avant toutes choses [MOL., le Fest. de P. III, 6]
Souffrez que je lui rende ici ce qu'il m'a prêté, que je m'acquitte de la vie que je lui dois [, ib. III, 6]
Quelques pratiques communes dont ils s'acquittent avec beaucoup de négligence et de tiédeur [BOURD., Pensées, t. I, p. 59]
Trop heureux d'avoir pu, par un récit fidèle, De leur paix en passant vous conter la nouvelle, Et m'acquitter vers vous de mes respects profonds [RAC., Baj. III, 2]
Et moi, je suis venu, détestant la lumière.... m'acquitter, seigneur, du malheureux emploi.... [ID., Phèd. V, 6]
Et n'ai-je pris sur moi le soin de tout l'État Que pour m'en acquitter par un assassinat ? [ID., Andr. IV, 3]
Allons, il faut partir, il faut que je m'acquitte Des funestes tributs que sa cendre mérite [VOLT., Œd. V, 2]
Je m'acquitte en tremblant de cet affreux devoir [ID., Tancr. V, 5]
S'acquitter d'une chose, la faire, l'exécuter. Il veut danser, mais il s'en acquitte mal.
On doit être bien aise de s'en acquitter comme vous faites [SÉV., 35]
10° Au jeu, s'acquitter, regagner ce qu'on avait perdu, et rester quitte à quitte. Il a joué avec lui jusqu'à ce qu'il se fût acquitté.
11° Au jeu de billard, s'acquitter, jouer le premier coup. On dit plus ordinairement, donner l'acquit.

REMARQUE

  • Des grammairiens ont prétendu qu'on ne pouvait pas dire s'acquitter vers quelqu'un ; le fait est qu'on dit ordinairement envers. Mais, comme vers ne contient rien en soi qui en fasse un barbarisme ou un solécisme et l'exclue, c'est l'usage qui doit décider. Or, les meilleurs écrivains se sont exprimés ainsi.
    On s'acquitte vers eux par des chants de victoire [CORN., Hor. IV, 2]
    Vous prendrez donc le soin de m'acquitter vers lui [ID., Oth. III, 3]
    .... ne sont pas des exploits qui laissent à ton roi Le moyen ni l'espoir de s'acquitter vers toi [ID., Cid, IV, 13]
    À m'acquitter vers toi d'une telle promesse [MOL., le Dép. I, 2]
    Vers la couronne et vers vous acquitté, J'implore une faveur de Votre Majesté [ROTROU, Vencesl. V, 9]
    La mort a respecté ces jours que je te doi, Pour me donner le temps de m'acquitter vers toi [VOLT., Alz. II, 2]
    Racine s'en est aussi servi, comme on peut voir dans un exemple cité plus haut. Il n'y a donc aucune raison de signaler cette locution comme une faute ; elle est moins usitée que envers, voilà tout.

SYNONYME

  • ACQUITTER, S'ACQUITTER. On acquitte un devoir, un vœu, une promesse, et on s'en acquitte. Rien de plus voisin que ces deux locutions ; la seule différence qui y apparaisse, c'est que, dans la seconde, il y a un retour sur le sujet. J'acquitte ma promesse, c'est-à-dire elle est acquittée ; je m'acquitte de ma promesse, c'est-à-dire j'en suis délivré. Ainsi, tout en comprenant que ces deux expressions sont généralement équivalentes, on choisit l'une de préférence à l'autre, suivant l'idée qui, au moment, prédomine dans l'esprit.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Se de mon cors [je] voeil aquiter [obtenir] la vie [, Ch. de Rol. 36]
  • XIIe s.
    J'aqiterai d'Espagne une part grant [, Roncisv. p. 39]
    Qu'il l'aura ainz par le champ [combat en champ clos] aqité [, ib. p. 185]
    Là li dut li reis faire cinc cenz marz aporter ; Dunt il porreit ses detes à cele hure aquiter [, Th. le Mart. 119]
  • XIIIe s.
    Nous ne sommes mie tant de gent que nous puissions estre acquité de nostre passage paier [VILLEH., XXXV]
    Li venderes et li achateres se aquiteront le jour chascun pour un denier [, Livre des Mét. 345]
    La Magdelene [il] visita, De toz ses pechiez l'acuita, Et la fist saine [RUTEB., II, 5]
    Et se il le sert tant que il s'aquite, en servant le, vers lui de la dette, il deit estre maintenant quitte et delivre [, Ass. de Jérus. I, 189]
    Et je, pour mon serrement aquiter.... [JOINV., 212]
    Je promis à ma dame la royne vostre mere, que je feroye cest livre ; et, pour moy aquitier de ma promesse, l'ai je fait [ID., 192]
  • XVe s.
    Qu'il lui voulust renvoyer sa femme ; car il [Édouard II] s'en vouloit acquitter à Dieu et au monde, et que ce n'estoit pas sa coulpe qu'elle estoit partie de lui.... [FROISS., I, I, 11]
    Et fit à la porte mesmement trois de ses fils chevaliers, qui aussi se acquitterent moult bien en leur nouvelle chevalerie [ID., I, I, 102]
    Seigneur, il est bien vrai que le roi de France m'a envoyé en ceste ville et en ce chastel pour le garder et defendre à mon loyal pouvoir ; vous savez comment je m'en suis acquitté et voudroie encore faire [ID., I, I, 242]
    Soyez seure, ma doulce amye, Que je vous ayme loyaument ; Or vous requier et vous supplie : Acquittez vous pareillement [CH. D'ORL., Ball. XI]
    Pour ne s'estre bien acquité à la reformation de l'Eglise comme il devoit.... [COMM., VIII, 2]
  • XVIe s.
    Pour acquitter les vœux qu'il avoit faits [AMYOT, Lys. 38]
    Je vous absouls et descharge, comme très bien et sainctement acquitez de la foy que vous avez jurée à vostre capitaine [ID., Eum. 36]
    Il l'acquitta d'une infinie somme de debtes [ID., Pomp. 83]
    Plusieurs se sont trouvez qui ont maintenu qu'il faloit prendre la moitié de leurs biens pour en acquitter le roy [payer ses dettes], veu que le peuple est incapable pour sa pauvreté d'y satisfaire [LANOUE, 98]
    La pluspart de ceux qui doyvent le service s'en acquitent avec l'argent [ID., 232]
    Du petit on vient au grand, et qui s'acquite bien de l'un est mieux preparé pour se bien acquiter de l'autre [ID., 293]
    J'ai bien esprouvé que, pour cent francs de melancolie, n'acquitterons pas pour cent sols de dette [DES PÉRIERS, Contes, 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. aquitar ; espagn. aquietar ; bas-latin, acquitare, de ad, à, et quittare, quitter (voy. ce mot).

acquitter

ACQUITTER. v. tr. Rendre quitte, libérer des dettes. Il se dit en parlant des Personnes et des choses. Il les acquitta de ce qu'ils lui devaient. J'ai acquitté entièrement cette propriété. Il devait sur sa charge, mais il l'a tout à fait acquittée. Il s'est bien acquitté depuis tel temps. Il s'est acquitté de vingt mille francs depuis peu. Prov., Qui s'acquitte s'enrichit.

Acquitter une lettre de change, un billet à ordre, un mémoire, Constater, en y apposant sa signature au bas des mots Pour acquit, que le montant en a été payé.

Il signifie aussi Payer. Il a acquitté toutes les dettes de sa famille.

Acquitter un contrat, une obligation, Payer les sommes portées par ce contrat, par cette obligation.

Fig., Acquitter sa promesse, sa parole, Remplir la promesse qu'on a faite.

Fig., Acquitter sa conscience, Faire ce qu'on croit être obligé de faire en conscience.

En termes de Droit criminel, il signifie Renvoyer absous d'une accusation. Ses juges viennent de l'acquitter. Il n'a été acquitté que d'une voix.

S'ACQUITTER DE signifie au figuré Satisfaire à une obligation, la remplir. S'acquitter d'un devoir; s'en acquitter bien, s'en acquitter mal. S'acquitter d'une commission. Il s'acquitte de ses fonctions à la satisfaction générale. Il s'acquitte en conscience de tout ce qu'il fait. Il s'acquitte avec zèle de cet emploi. Il s'en acquitte dignement. Elle s'en est aisément acquittée.

S'acquitter des obligations qu'on a à quelqu'un, Les reconnaître par ses services. On dit dans le même sens S'acquitter envers quelqu'un.

S'ACQUITTER signifie également, en termes de Jeux, Regagner ce qu'on a perdu et rester quitte à quitte. J'ai joué contre lui jusqu'à ce qu'il se fût acquitté.

acquitter


ACQUITTER ou AQUITER, v. a. [Akité, 3e é fer.] Rendre quitte, libérer des dettes: Il régit les persones et les chôses: "Il a aquité son ami, sa succession, sa charge, il s'est aquitté de cent mille francs. — De-là le proverbe, qui s'aquite s'enrichit. = S'aquiter, dans son usage le plus ordinaire, se dit des obligations que l'on remplit. Il régit de pour les chôses, et envers pour les persones: "je me suis aquité de mon devoir envers vous. "La patrie qu'ils (les Forbins) ont défendûe et illustrée, s' est aquitée plusieurs fois envers eux du même tribut d'éloges, que nous rendons aujourd'hui à leur mémoire. Mourraille. Acad. de Marseille. * On a dit autrefois s'aquiter aux grands, pour envers les grands. Malherbe a employé ce faux régime. —
   Et je ne sais quelle offrande
   M'en peut aquitter aux Cieux.
   Cet aquiter à est remarquable, dit Menage. Il ne se souvenait pas de l'avoir vû ailleurs. Il n'est pas en effet suivant l'usage.
   On dit, en style proverbial, de celui qui a pris une charge à crédit, et qui prend de l'argent pour rendre la justice, qu'il s'aquite de sa charge. Ce jeu de mots vient de la double signification du verbe s'aquiter, qui tantôt signifie remplir les fonctions d'une charge; tantôt en payer le prix.

Synonymes et Contraires

acquitter

verbe acquitter

acquitter (s')

verbe pronominal acquitter (s')
2.  Remplir une tâche.
-littéraire: faillir à.
Traductions

acquitter

acquit, pay off, pay up, absolve, cancel, clear, square, receiptafbetalen, vereffenen, vrijspreken, kwijtschelden, verrekenen, betalen, kwiteren [factuur], voldoen, absolveren, de absolutie gevenדן לכף זכות, זיכה (פיעל), ניקה מכל אשמה, פרע (פ'), שילם (פיעל), זִכָּה, פָּרַע, שִׁלֵּם, דָּן לְכַף זְכוּת, נִקָּה מִכָּל אַשְׁמָהkwytskeld, loslaat, vergewe, vrylaat, vryspreek, vryverklaarabsoldreafbetaleabsolvieren, freisprechen, lossprechen, zeichnenαθωώνωfinpagi, kvitigiabsolverfyrirgefa, sýkna, veita aflausnabsolveravbetalaassolvere薪酬지불 (akite)
verbe transitif
déclarer qqn non coupable L'accusé a été acquitté.

acquitter

[akite] vt
(DROIT) [+ accusé] → to acquit
acquitter qn de [+ crime] → to acquit sb of
[+ facture, impôt, somme] → to pay, to settle [akite] vpr/vi
s'acquitter de [+ obligation] → to discharge; [+ impôt, dette] → to pay; [+ promesse, tâche] → to carry out